Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Des médias sans-papier ?

11 avril 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Des médias sans-papier ?

Des médias sans-papier ?

Une dépêche de l’AFP en date du 2 avril 2020 a été reprise par quelques médias : il faudrait « régulariser les sans-papiers ». Très peu de médias en fait, voilà une étrangeté à regarder de plus près.

Deux remarques préliminaires

Le sujet est déli­cat : évo­quer cette propo­si­tion de manière trop forte, cela revient à con­venir qu’il y a beau­coup de clan­des­tins sur le ter­ri­toire nation­al, et donc à recon­naître que la ques­tion de l’immigration et de la recon­duite aux fron­tières est mise sous le tapis depuis de nom­breuses années.

Par ailleurs, il n’est pas dif­fi­cile d’imaginer ce qui pour­rait (con­di­tion­nel) avoir lieu en temps nor­mal, en dehors de la pandémie que vous vivons : des députés pro­poseraient une mesure de « régu­lar­i­sa­tion mas­sive », un gou­verne­ment suiv­rait, Zem­mour s’y opposerait, se retrou­vant alors accusé d’être le fils caché de Pétain, tan­dis que des hommes dits de droite et de droite nationale lut­teraient con­tre la propo­si­tion à l’Assemblée nationale et dans les médias, étant rap­pelés à leur très grand âge (une date de nais­sance sup­posé­ment située entre 1933 et 1945 du côté de Nurem­berg), le tout aux sons du cla­iron de la démoc­ra­tie et de Sibeth N’Diaye, exposant com­bi­en tout cela serait le fruit d’un dia­logue véri­ta­ble, durant lequel le prési­dent aurait par­lé (seul), les Français auraient écouté en silence et le gou­verne­ment aurait mis en oeu­vre un pro­jet dont toutes les ficelles étaient déjà jouées par avance.

Tout cela aurait pu avoir lieu, hors pandémie, mais nous vivons une pandémie. De fait, les réac­tions médi­a­tiques sont dif­férentes. Revenons sur la propo­si­tion et sur ces quelques réac­tions.

La source de l’idée se situe au Por­tu­gal. Libéra­tion le rap­porte le 30 mars 2020 : « Le Por­tu­gal régu­larise tem­po­raire­ment ses sans-papiers » (les « siens », c’est osé), « le gou­verne­ment social­iste d’Antonio Cos­ta a pris la déci­sion de pro­longer les droits des immi­grés en cours de régu­lar­i­sa­tion pen­dant la crise du coro­n­avirus ». Cette déci­sion est une réal­ité mais la présen­ta­tion con­tient une ‘fake news’ : il n’y a pas, dans cette déci­sion, d’immigrés en cours de régu­lar­i­sa­tion, pas plus au Por­tu­gal qu’en France, mais des clan­des­tins, per­son­nes ayant out­repassé la loi pour être présentes sur le ter­ri­toire, autrement dit des délin­quants. Pour Libéra­tion, l’objectif n’est cepen­dant pas de glo­ri­fi­er le gou­verne­ment por­tu­gais mais d’en prof­iter pour con­tin­uer son obses­sion­nel com­bat con­tre toutes les formes du mot « droite » : « alors que chez son voisin ibérique, le par­ti pop­uliste de droite Vox a réclamé que les sans-papiers paient de leur poche les soins de san­té, le Por­tu­gal a accep­té l’octroi des droits à tous ses immi­grés en cours de régu­lar­i­sa­tion ». De nou­veau le mot « ses », déni évi­dent du réel.

D’autres réactions ?

France bleu, dans la foulée de la déci­sion por­tu­gaise, indique que sept députés français (Jean-Michel Clé­ment, Bertrand Panch­er, M’Jid El Guerrab, San­drine Josse, Frédérique Dumas et Paul Molac) pro­posent la même chose : « régu­laris­er pro­vi­soire­ment les sans-papiers », les mêmes clan­des­tins donc. Nous sommes le mar­di 31 mars 2020 et c’est l’occasion d’apprendre que pour ces députés, tous de gauche ou LREM, ayant donc tous défendu l’idéologie de la société ouverte et liq­uide qui a con­duit à toutes les crises mon­di­al­isées que nous con­nais­sons, à com­mencer à celles des migrants, « ces hommes et ces enfants sont entrés illé­gale­ment dans notre pays ». Ce sont des pro­pos de François-Michel Lam­bert, à l’origine de la propo­si­tion, député écol­o­giste indépen­dant, mais ancien social­iste élu sous l’étiquette LREM, des Bouch­es-du-Rhône.

Ils sont vite devenus 15, ces députés, dont Olivi­er Fau­re, secré­taire nation­al du PS, ou Marie-Georges Buf­fet, anci­enne min­istre com­mu­niste sous Jospin, tout un monde qui a mil­ité pour que la France se peu­ple de clan­des­tins qu’elle ne peut pas (et ne veut pas) accueil­lir.

Com­ment ne pas y per­dre son latin ? Voici donc qu’un député écol­o­giste, ancien social­iste puis LREM, par­le « entrée illé­gale » et de « son pays ». Ne nous y trompons pas, très vite dans l’entretien le naturel revient au galop : « Nous devrons recon­stru­ire la France dans quelques semaines ou quelques mois. Nous pour­rons alors nous appuy­er sur ces per­son­nes. Elles seront un atout pour notre pays. Cette régu­lar­i­sa­tion est donc dans l’in­térêt de tout le monde. »

Pré­cisons que la France, avant la crise san­i­taire, allouait 935 mil­lions d’euros env­i­ron pour les 320 000 (esti­ma­tion) clan­des­tins offi­cielle­ment présents sur le ter­ri­toire français au titre de l’AME, en par­ti­c­uli­er des soins, et que dans le même temps il était demandé aux hôpi­taux de réalis­er 800 mil­lions d’économie. Les chiffres par­lent d’eux-mêmes en un moment où la France court après des masques de pro­tec­tion et des blous­es pour ses soignants.

Quand RTL relaie l’information le 2 avril 2020, de quinze ils sont devenus une ving­taine de députés, idéologique­ment pro­gres­sistes. Ils ont été rejoints par Sonia Kri­mi, député LREM. Extrait de RTL :

« Ils esti­ment que la mesure prise par le Por­tu­gal qui donne aux sans-papiers « les mêmes droits » pour l’ac­cès aux soins et aux aides finan­cières que les citoyens por­tu­gais est « une mesure de salubrité publique qui pro­tège tous les habi­tants ». Met­tant en avant « la sit­u­a­tion dra­ma­tique des sans-papiers et des sans-abris », ils ajoutent que la crise san­i­taire « rend encore plus cru­ciale la prise en compte de ce prob­lème qui n’a que trop duré ».

Des ficelles habituelles : l’apitoiement ; la vic­tim­i­sa­tion ; l’amalgame, ici entre sans-papiers (clan­des­tins) et sans-abris, dont nom­bre sont Français ; la cul­pa­bil­i­sa­tion ; le côté « posi­tif ».

Il est vrai qu’un reportage de BFM en date du 8 avril apportera de l’eau au moulin des bien-pen­sants. L’action se passe à Mon­treuil, « près de Paris », la jour­nal­iste ne pou­vant pas dire « dans le 9–3 », le Prési­dent de la République en revient et il a con­staté que tout allait encore mieux que dans le meilleur des mon­des. La parole est à Boubou, « jeune Malien ». Qui juge que les con­di­tions de con­fine­ment sont « inac­cept­a­bles ». Un autre « tra­vailleur sans-papi­er » réclame des loge­ments. À part Sonia, mil­i­tante asso­cia­tive qui veut « les pro­téger » les images ne mon­trent que des per­son­nes objec­tive­ment noires et en très grande par­tie habil­lées à l’africaine. Dif­fi­cile de prime abord de croire que les images ont été tournées en France, « près de Paris ». Mais si, pour­tant.

Une ques­tion n’est pas posée ; que font-ils là ? À Mon­treuil, bien sûr. Mais aus­si, en France. Après tout, sait-on jamais, peut-être firent-ils par­tie des ouvri­ers clan­des­tins employés sur le chantier du quo­ti­di­en Le Monde ? Car les moral­isa­teurs, comme ces députés et les médias qui relaient leurs paroles, don­nent par­fois ce drôle d’exemple.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).