Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Covid-19 : la Pologne fait mal aux médias français ?

23 avril 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Covid-19 : la Pologne fait mal aux médias français ?

Covid-19 : la Pologne fait mal aux médias français ?

Les médias convenus sont toujours attentifs à rendre compte de ce qui déplaît à leur idéologie, y compris en cette période de pandémie, insistant par exemple sur les supposées incompétences de tel ou tel « populiste », Trump ou autre, avec des reproches qui pourraient aussi bien être faits à Emmanuel Macron. Pour d’autres gouvernements peu aimés chez nous, comme celui de la Pologne, la médiatisation varie entre passage sous silence ou accusations. Petit tour d’ horizon.

Dans le con­texte de la pandémie du coro­n­avirus, les médias français s’intéressent à très peu de pays : en gros, la France, l’Italie, l’Espagne, l’Angleterre, l’Allemagne. Un peu les pays scan­di­naves, quand cela peut appuy­er la poli­tique gou­verne­men­tale française. Beau­coup plus le Brésil ou les États-Unis, toutes les occa­sions étant bonnes, même les plus sor­dides, pour s’attaquer à qui dirige autrement. La ques­tion n’est évidem­ment pas de défendre ou d’être en accord avec les poli­tiques de Trump ou de Bol­sonaro mais sim­ple­ment de s’étonner que ce genre d’hommes poli­tiques, aux yeux des médias français, ne parvient jamais, mais alors jamais, à met­tre en oeu­vre la plus petite déci­sion poli­tique qui pour­rait appa­raître comme pos­i­tive dans nos médias — quel que soit le domaine.

Il en va de même avec les pays d’Europe de l’Est en cette péri­ode, à ceci près que glob­ale­ment le silence s’ajoute à l’absence de vision éventuelle­ment pos­i­tive de poli­tiques menées. Un exem­ple avec la Pologne dans nos médias ces derniers temps.

Elle et Libération, la Pologne ils n’aiment pas ça

Pour Elle, le 15 avril 2020, l’information cru­ciale serait celle-ci :

« Covid-19 : le Par­lement polon­ais tente de restrein­dre l’avortement et l’éducation sex­uelle ».

Le lien entre le covid-19 et les ques­tions liées à la sex­u­al­ité et à l’avortement n’est pas de prime abord bien clair. L’information provient en réal­ité de Libéra­tion daté du même jour :

« Ce jeu­di, la Diète devait se pencher sur un texte qui vise l’interdiction totale de l’avortement en cas de graves mal­for­ma­tions de l’embryon. Des man­i­fes­ta­tions ont eu lieu dans la rue, mal­gré le con­fine­ment, et sur Inter­net. »

Dans cet arti­cle, Libéra­tion mon­tre qu’une sim­ple erreur de mot a par­fois de lour­des con­séquences :

« Sous la pres­sion de la rue, le pro­jet de loi pop­u­laire « Stop­pons l’avortement » avait été poussé en com­mis­sion par­lemen­taire en 2018, ce qui reve­nait à le gel­er. Sor­ti du fri­go en plein con­fine­ment, le texte, rédigé par l’ultra-catholique insti­tut Ordo Iuris pour la cul­ture juridique (abrégé Ordo Iuris), prévoit de dur­cir la loi sur l’avortement, pour­tant déjà l’une des plus restric­tives d’Europe, résul­tat d’un com­pro­mis entre l’Église et l’État en 1993. »

Le mot « pop­u­laire » est une erreur man­i­feste, il rem­place de façon erronée le mot « pop­uliste » : si le pro­jet de loi avait l’aval du peu­ple polon­ais, ce que Libéra­tion ou Elle ne peu­vent en aucun cas imag­in­er, il n’y aurait pas lieu de porter le fer. Sauf à ne pas faire œuvre de démoc­ra­tie, ce dont ne sauraient être soupçon­nés deux organes de presse de cette répu­ta­tion. Dans Elle :

« La députée de l’opposition, Bar­bara Nowac­ka, engagée en faveur des droits des femmes, craint l’utilisation du coro­n­avirus pour engager un retour en arrière. « Nous avons vrai­ment peur qu’ils utilisent le fait que les citoyens polon­ais soient con­cen­trés sur leur futur et leur san­té main­tenant, et non sur leurs valeurs, l’éducation sex­uelle, les droits des femmes », a‑t-elle déclaré au quo­ti­di­en bri­tan­nique « The Guardian », hier. En effet, le droit à l’avortement ne sera pas le seul sujet débat­tu par le Par­lement polon­ais. Il pour­rait égale­ment être ques­tion de sup­primer les cours d’éducation sex­uelle. »

La question n’est pas ici d’exposer une opinion pour ou contre l’avortement mais :

  • de trou­ver éton­nant que les raisons pour lesquelles tous les êtres humains n’y sont pas immé­di­ate­ment favor­ables ne puis­sent en aucune manière faire l’objet d’un compte ren­du hon­nête dans les médias français. Une ques­tion idéologique ;
  • de remar­quer ce qui est passé sur silence. Par exem­ple, dans les pays les plus ouverts sur le plan de l’éducation sex­uelle à l’école, depuis longtemps, la France par exem­ple, cette édu­ca­tion ne fait reculer ni le nom­bre d’avortements ni les vio­lences sex­uelles. Par con­tre, l’éducation sex­uelle est util­isée à des fins par­ti­sanes pour dif­fuser une autre idéolo­gie, la théorie du genre, par le biais d’association automa­tique­ment financées par des fonds publics.

La Pologne ne souhaite peut-être pas ressem­bler à la France, il devrait être pos­si­ble dans des médias d’en inter­roger le pourquoi.

La Pologne ? Un pays qui ne ressemble en effet pas à la France

Le 19 avril 2020, Le Parisien, rap­por­tant les chiffres de l’université améri­caine Johns-Hop­kins pour l’ensemble des pays du monde, indique que : « Au 19 avril 2020, 347 décès dus au coro­n­avirus ont été rap­portés en Pologne. Cela représente 15 nou­veaux décès par rap­port au 18 avril 2020). Pour 100 cas, cela représente 3,97, tan­dis que le rap­port est de 5,52 en Chine, 13,2 en Ital­ie et 12,6 en France. »

Voilà donc un pays et un gou­verne­ment que nos médias qual­i­fient habituelle­ment d’ultra-conservateur et d’extrême droite mais qui d’évidence est d’une effi­cac­ité sans com­mune mesure dans sa lutte con­tre le covid-19, com­par­a­tive­ment à la France. Le lecteur s’attend donc à trou­ver des analy­ses dans les médias français, des com­para­isons, autres que celles avec les pays cités plus haut, pour com­pren­dre com­ment un pays comme la Pologne parvient à réalis­er ce que nous sommes inca­pables de faire : pro­téger un peu mieux sa pop­u­la­tion (le Maroc serait intéres­sant aus­si, lui qui pro­duit autant de masques par jour que la France par semaine).

Mais pas un mot ou plutôt pas une analyse sur tout cela. L’imaginer, sim­ple­ment, revenant déjà à remet­tre en ques­tion tous les dogmes offi­ciels et ceux de nos médias en par­ti­c­uli­er.

Pour­tant, le réel revient par­fois au galop.
Le Jour­nal de 13 heures de France 2, relayé par Fran­ce­in­fo, indique le 18 avril que les masques sont déjà oblig­a­toires en Pologne. Le gou­verne­ment, qui soudain n’est plus ultra-con­ser­va­teur ni d’extrême droite…, installe des dis­trib­u­teurs automa­tiques, cha­cun peut s’en pro­cur­er et les polon­ais sont très con­tents d’en porter. Ce même jour Fran­ce­in­fo va encore plus loin dans la bien­veil­lance à l’égard de la Pologne :

« Con­cer­nant les appli­ca­tions pour smart­phones per­me­t­tant à un util­isa­teur de savoir s’il a été en con­tact avec une per­son­ne infec­tée par le coro­n­avirus, le gou­verne­ment polon­ais a, en mars dernier, mis en place une appli­ca­tion util­isant la géolo­cal­i­sa­tion et la recon­nais­sance faciale pour véri­fi­er si une per­son­ne placée en quar­an­taine la respecte bien. Bien évidem­ment les Polon­ais ont, pour l’instant, le libre choix de la télécharg­er, dans ce cas, la per­son­ne est sus­cep­ti­ble de répon­dre à des deman­des offi­cielles con­cer­nant son « con­fine­ment ».

Le lecteur, étant peu habitué, est sur­pris que le média n’accuse pas le gou­verne­ment polon­ais de mesure lib­er­ti­cide. D’ailleurs le PiS au pou­voir n’est décidé­ment plus d’extrême-droite ni ultra. Il est sim­ple­ment « con­ser­va­teur »…  Fran­ce­in­fo con­clut sur le risque de voir arriv­er au pou­voir le par­ti Droit et Jus­tice lors de prochaines élec­tions prési­den­tielles, par­ti quant à lui ici qual­i­fié « d’ultra con­ser­va­teur ». Tant qu’à choisir, la Pologne actuelle pour­rait bien plaire à la majorité des médias con­venus français, à l’exception de vieil­leries comme Libéra­tion ou Elle ?

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).