Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Contre les populismes, Challenges a trouvé la solution : le business des festivals
Contre les populismes, Challenges a trouvé la solution : le business des festivals

14 juin 2018

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Contre les populismes, Challenges a trouvé la solution : le business des festivals

Contre les populismes, Challenges a trouvé la solution : le business des festivals

Contre les populismes, Challenges a trouvé la solution : le business des festivals

Nous ne résistons pas au plaisir d’offrir à nos lecteurs la dernière couverture de Challenges, Le news de  l’économie. Le magazine est encore possédé majoritairement par Claude Perdriel.

Mais, comme nous vous l’annoncions le 28 avril 2018, le groupe Renault vient d’acheter 40% des parts du mag­a­zine, avec pour ambi­tion d’en faire un com­plé­ment de ser­vice pour les con­duc­teurs des futures voitures autonomes. Le mag­a­zine devient un adju­vant à la vente de pro­duits ou de ser­vices, un peu comme Libéra­tion (dont les jours de l’édition papi­er sont comp­tés) et L’Express ont servi à ven­dre des abon­nements télé­phoniques à SFR, les sous arrivant dans la même poche, celle de Patrick Drahi, pro­prié­taire des deux jour­naux et du réseau téléphonique.

La cou­ver­ture est (involon­taire­ment) amu­sante car son mes­sage est sim­ple : la sit­u­a­tion est grave (enten­dons pour les oli­garchies divers­es et var­iées, celles de la finance comme celles des médias). Deux dan­gers men­a­cent. Tout d’abord l’odieux pop­ulisme qui gagne du ter­rain en Ital­ie, Autriche, Slovénie et ailleurs. Et aus­si les désor­dres com­mer­ci­aux, enten­dez par là les ten­ta­tives de pro­tec­tion­nisme. Le pro­tec­tion­nisme qui empêche les mou­ve­ments de cap­i­taux et ceux de pop­u­la­tion. Les dol­lars et les migrants devraient cir­culer en toute lib­erté, tel est le mes­sage du libéral­isme tri­om­phant. Heureuse­ment deux bonnes fées nous pro­tè­gent encore. La fée Merkel toute de rose vêtue et le mage Macron qui porte un étrange gilet à moins que ce ne soit un ruban sig­nalant une décoration.

Le comique vient après en met­tant en par­al­lèle les deux titres, celui du haut et celui du bas. En haut Dernière chance avant de ren­tr­er dans le mur. En bas la réponse Le busi­ness des fes­ti­vals. Bien enten­du nous nous dou­tons que ce rap­proche­ment n’est pas voulu par le graphiste du jour­nal. Mais il est éclairant, face aux pop­ulismes la recette est con­nue : du pain et des jeux.

Publicité

Le Néo-féminisme à l'assaut d'Internet

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».