Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Accueil | Veille médias | Comment Patrick Drahi a sauvé Libération grâce aux avantages fiscaux

L’article que vous allez lire est gratuit. Le mois de décembre est le plus important pour nous, celui où nos lecteurs peuvent nous aider par un don avec un reçu fiscal pour 2023 de 66% de leur don. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

26 décembre 2022

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Comment Patrick Drahi a sauvé Libération grâce aux avantages fiscaux

Comment Patrick Drahi a sauvé Libération grâce aux avantages fiscaux

Temps de lecture : 2 minutes

Pre­mière dif­fu­sion le 09/10/2022.

Au moment où le Tchèque Daniel Křetínský passe la corde au cou de Libération avec une prise de contrôle à terme, il est intéressant de revenir sur les mécanismes financiers qui ont permis à Patrick Drahi de financer le quotidien.

Comment faire du mécénat avec des réductions d’impôt

On résume : en 2020 Drahi apporte Libéra­tion à un fonds de dota­tion FDPI, le Fonds de dota­tion pour une presse indépen­dante (sic). Bonne sur­prise, les sommes apportées à un fonds de dota­tion sont déduites à hau­teur de 60% de l’impôt sur les sociétés jusqu’à 2M€, à hau­teur de 40% au-delà.

Voir aus­si : La pseu­do-indépen­dance de Libération

Mais les sommes déductibles sont pla­fon­nées à hau­teur de 0,5% du chiffre d’affaires annuel. Prob­lème, la société SFR Presse de Drahi ne réalise que 10M€ de revenus annuels soit au max­i­mum un très mai­gre avan­tage fis­cal de 50K€. Eure­ka ! Drahi loge le FDPI dans sa plus grosse société, les télé­coms de SFR qui réalisent 9 mil­liards d’euros de chiffre d’affaires, même si l’activité n’a rien à voir avec la presse. Ascenseur fis­cal : la déduc­tion peut remon­ter jusqu’à 45M€ de dons par an.

Tour de passe-passe financier et 30M€ de bonus

Plus joli encore : Libéra­tion en pertes chroniques devait de l’argent à SFR. Si SFR avait pure­ment et sim­ple­ment aban­don­né ses créances ou cédé ses parts pour un euro sym­bol­ique, il n’aurait jamais béné­fi­cié de crédit d’impôt. En injec­tant 55M€ en 2020 pour effac­er les dettes il béné­fi­cie d’un abat­te­ment fis­cal max­i­mal. Pour que le jour­nal dis­pose d’un fonds de roule­ment il rajoute 20M€ en 2021, total 75M€ engen­drant un peu plus de 30M€ de crédit d’impôts. Cha­peau l’artiste… et mer­ci au généreux mécène !

Voir aus­si : Libéra­tion, infographie