Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Altice dans la tourmente après avoir été pris au piège de la grosse dette

23 décembre 2017

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | not_global | Altice dans la tourmente après avoir été pris au piège de la grosse dette

Altice dans la tourmente après avoir été pris au piège de la grosse dette

[Red­if­fu­sion – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 25/11/2017]

Financée par l’argent facile – moyennant près de 50 milliards de dettes – l’expansion d’Altice se heurte à un mur au moment où les taux d’intérêts repartent à la hausse et la valeur boursière d’Altice s’effondre. Malgré la reprise en main par Patrick Drahi lui-même, et l’accord signé récemment avec TF1, l’avenir du groupe – mais aussi de ses titres de presse – s’assombrit.

Début novem­bre TF1 et Altice ont annon­cé qu’ils met­taient fin à leurs pour­suites judi­ci­aires respec­tives et qu’ils avaient trou­vé un accord de dis­tri­b­u­tion. Le con­trat prévoit la dif­fu­sion de TF1, TMC, HD1, NT1, LCI et des matchs de la Coupe du Monde de Foot­ball 2018 en Russie aux abon­nés SFR ain­si que la créa­tion et la mise à dis­po­si­tion d’une nou­velle chaîne reprenant les pro­grammes du groupe TF1 ; Altice en aura l’ex­clu­siv­ité pen­dant six mois. Les con­trats de dis­tri­b­u­tion des chaînes thé­ma­tiques His­toire, TV Breizh et Ushua­ia TV ont été renou­velés. SFR a dû renon­cer (le mon­tant n’a pas été divul­gué) à une par­tie des revenus qu’elle tirait de la dif­fu­sion sur inter­net des chaînes du groupe TF1, avec des com­pen­sa­tions somme toute min­imes.

L’action s’effondre

Le 9 juin 2017 l’ac­tion d’Altice coû­tait 23,26€. Le 22 novem­bre, elle venait d’at­tein­dre un nou­veau creux à 7,56 €, soit un effon­drement des deux tiers en moins de six mois. C’est un sim­ple com­mu­niqué d’aver­tisse­ment sur le résul­tat brut d’ex­ploita­tion – qui ne devrait aug­menter plus que de 6% au lieu de 10% pour des recettes plus faibles que prévu en France qui a provo­qué début novem­bre l’ef­fon­drement de l’ac­tion ; le 25 octo­bre elle valait encore 17,23€, le 2 novem­bre 16,16 €, le 9 novem­bre 10,66 €.

La val­ori­sa­tion bour­sière est tombée à 10 mil­liards d’eu­ros con­tre 22 mil­liards début novem­bre. Quinze jours avant le groupe annonçait la sus­pen­sion de son pro­gramme de rachat d’ac­tion ini­tié pour 1 mil­liard d’eu­ros en août 2017. Les investis­seurs con­tin­u­ent de se défi­er et les indi­ca­teurs au rouge s’ac­cu­mu­lent bien que la direc­tion ait été remaniée.

Un budget et des dettes intenables

Le 9 novem­bre, Michel Combes, directeur général d’Altice et PDG de SFR – la fil­iale à la fois la plus grosse et celle qui cumule le plus de prob­lèmes – est écarté et rem­placé par Dex­ter Goei, respon­s­able des activ­ités améri­caines. Patrick Drahi revient comme prési­dent du groupe Altice tan­dis que le con­fon­da­teur, Arman­do Pereira, revient comme directeur opéra­tionnel de l’ac­tiv­ité télé­coms pour redress­er SFR, aux côtés d’Alain Weill qui dirigeait jusque là l’ac­tiv­ité médias. Tan­dis que Michel Paulin, directeur général de SFR Télé­com et de Jean-Pas­cal Van Over­beke, respon­s­able de l’activité grand pub­lic, ont été virés.

La valse des têtes – qui tendait à faire accréditer que l’équipe de rêve qui avait con­stru­it et éten­du le groupe était de retour aux manettes et que la crois­sance allait revenir avec elle – n’a pas con­va­in­cu. En effet, le prob­lème, ce ne sont pas les dirigeants, mais comme l’assène Bloomberg, la dette. Plus de 54,1 mil­liards d’eu­ros (dont 1,3 mil­liard à court terme) fin 2016.

Comme nous l’écriv­ions en novem­bre 2015, en moins de deux ans, Drahi a bâti à coups d’emprunts un empire télé­coms, câbles et médias (Libéra­tion, l’Ex­press, l’Ex­pan­sion, BFMTV, RMC, Numéro 23…) présent en France, aux Etats-Unis, aux Caraïbes, en Suisse, au Por­tu­gal et en Israël. Il a béné­fi­cié à la fois d’une époque de crédit bon marché et du mécan­isme d’ac­qui­si­tion par la dette (LBO) dans laque­lle seuls s’y retrou­vent ban­quiers, cadres dirigeants et man­agers. Tan­dis que syn­er­gies imposées, coupes salar­i­ales et impayés ne ces­saient d’aug­menter.

Frais financiers en hausse

En 2016 déjà, la hold­ing néer­landaise Altice NV voy­ait ses frais financier triplés (de 1,2 à 3,7 mil­liards d’eu­ros), soit le dou­ble du résul­tat opéra­tionnel (1,6 mil­liards d’eu­ros). Résul­tat, la perte a sex­tu­plé (300 mil­lions d’eu­ros en 2015, 1,8 mil­liards en 2016). « Au pre­mier semes­tre [2017], la hold­ing néer­landaise du groupe affichait un résul­tat opéra­tionnel en chute à 253 mil­lions d’euros, con­tre 900 mil­lions pour la même péri­ode de 2016 », rel­e­vait Medi­a­part. Pour 1,8 mil­liards d’eu­ros de frais financiers et 1,4 mil­liards d’eu­ros de déficit.

Du côté des fil­iales améri­caines Sud­den­link et Cable­vi­sion, pas mieux : elles réalisent sur les neuf pre­miers mois de 2017 6,9 mil­liards de dol­lars de chiffre d’af­faires pour un déficit total de 700 mil­lions de dol­lars après paiement des très lourds frais financiers liés à leur endet­te­ment. Il n’y avait pas besoin d’être devin pour con­stater que tôt ou tard, les investis­seurs seraient inqui­ets pour leurs picail­lons.

Deux millions de clients perdus pour SFR

Pen­dant ce temps, SFR con­tin­ue de per­dre des clients. Deux mil­lions en deux ans, dont 500 000 fix­es et le reste sur mobiles. Et comme Altice y est adossé– SFR, c’est la moitié des résul­tats du groupe – rien ne marche plus. « La course à la réduc­tion des coûts, l’arrêt des investisse­ments, la mod­i­fi­ca­tion inces­sante des con­trats, un ser­vice clien­tèle aux abon­nés absents ont nour­ri un mécon­tente­ment gran­dis­sant de la clien­tèle », liste encore Medi­a­part.

« Ce n’est partout qu’accusations de dys­fonc­tion­nements, de ventes for­cées, de rup­tures de con­trat voire d’escroquerie ». Comme avec Numer­i­ca­ble et pour les mêmes raisons. SFR a licen­cié 3000 per­son­nes pour réduire les coûts – dont 600 par­ties le 30 juin 2017 – mais n’a pu se réor­gan­is­er. Plus per­son­ne ne sait qui s’oc­cupe de quoi ni qui en est respon­s­able. Bref, « quand vous êtes un client insat­is­fait, ça se sait très très vite. SFR, c’é­tait une mar­que extra­or­di­naire il y a encore trois, qua­tre ans. Aujour­d’hui, elle est abîmée et c’est ce qui explique la fuite de clients et de chiffre d’af­faires », résume Stéphane Dubreuil, con­sul­tant spé­cial­iste des télé­coms, prési­dent de Stal­lych Con­sult­ing sur Fran­ce­In­fo.

Quant à la con­ver­gence des con­tenus – c’est à dire des arti­cles de « Libéra­tion », « L’Ex­press » ou « BFM » soi-dis­ant « offerts » con­tre une aug­men­ta­tion en douce de l’abon­nement, nom­bre de clients l’ont assim­ilée à une vente for­cée et ont engagé des pour­suites. SFR a du reculer et leur offrir le retour au statu quo ante, si bien que les recettes par abon­nés stag­nent. SFR a bien essayé d’ex­ploiter des failles régle­men­taires en esti­mant que la moitié de son abon­nement rel­e­vait désor­mais de la TVA sur la presse (2%) mais le dis­posi­tif, qui a per­mis au groupe d’é­conomiser 800 mil­lions d’eu­ros d’im­pôts et tax­es, sera ren­du inopérant par la loi de finances 2018.

Les projets de croissance remis aux calendes grecques : tout l’argent ira aux créanciers

Pour réduire sa dette et atten­dre que la tem­pête passe en con­tin­u­ant à avoir du crédit, Altice a dû négoci­er avec ses investis­seurs. Le rem­bourse­ment est reporté à 2022. Mais en atten­dant, Altice ne peut plus puis­er dans une de ses fil­iales pour sec­ourir une autre – l’ar­gent et les act­ifs sont blo­qués dans cha­cune des struc­tures emprun­teuses.

Des engage­ments croisés ont aus­si été accep­tés, si bien que le groupe peut se retrou­ver obligé de rem­bours­er des emprunts sur plusieurs struc­tures si l’une d’elle défaille. Et cerise sur le gâteau, le cours des actions fig­ure par­mi les garanties accordées, ain­si que le ratio de dettes dans l’ex­cé­dent brut d’ex­ploita­tion. Résul­tat : tout l’ar­gent du groupe va aux créanciers tan­dis que l’in­vestisse­ment et le développe­ment sont gelés.

Pis, les paris financiers du groupe – liés à ce con­tin­uel besoin de crois­sance – sont per­dus. Tout comme la volon­té de Patrick Drahi de déploy­er la fibre dans toute la France pour éten­dre le marché, même si SFR vient de sign­er qua­tre nou­veaux con­trats de déploiement de la fibre à Cognac (7500 pris­es d’i­ci 2020), Wit­telsheim (5119 pris­es d’i­ci 2019), dans 53 com­munes du Rhône (38.080 pris­es d’i­ci fin 2020) et pour 230.000 foy­ers en Seine-Mar­itime d’i­ci 15 ans.

Vers des plaintes multiples ?

Sur­veil­lé de près par ses créanciers, SFR a du souci à se faire si les ventes de Noël – qui représen­tent jusqu’au tiers du résul­tat d’un opéra­teur – ne sont pas au ren­dez-vous. D’au­tant que les nuages con­tin­u­ent de s’ac­cu­muler. Cer­tains action­naires veu­lent en effet dépos­er plainte après avoir affir­mé que le groupe aurait minoré sa dette de 2015 à 2017 et affir­mé à tort qu’il en avait le con­trôle absolu. Effet garan­ti sur les action­naires paniqués, même si la dette d’Altice est à 85% à taux fixe, a annon­cé la direc­tion.

Celle-ci cherche tout de même du cash – la vente du réseau en République domini­caine (715,7 mil­lions d’€ de chiffres d’af­faires en 2016 pour 185,2 mil­lions d’€ de résul­tat d’ex­ploita­tion) pour­rait rap­porter 3 mil­liards d’eu­ros, sans que cela suff­ise à redress­er la barre. D’ailleurs, 49 fonds spécu­lat­ifs ont cédé pour 500 mil­lions de dol­lars d’ac­tions d’Altice USA ; 37 d’en­tre eux se sont com­plète­ment désen­gagés. La fil­iale suisse serait aus­si reven­due pour 200 mil­lions d’eu­ros – le Crédit Suisse a ramené entre temps son objec­tif de cours de 17 à 10 €. SFR envis­age aus­si de ven­dre ses antennes-relais en France – cha­cune est val­orisée à 250 000 € et SFR en a 20 000 – et sa fil­iale du Benelux pour 400 mil­lions d’eu­ros, voire sa fil­iale au Por­tu­gal qui pour­rait rap­porter jusqu’à 7 mil­liards d’eu­ros. Les investisse­ments sont décalés d’un an et la trans­for­ma­tion de la mar­que SFR en Altice en France est gelée, économisant plusieurs cen­taines de mil­lions d’eu­ros au pas­sage.

Drahi se retrou­ve dans la sit­u­a­tion d’Aris­tide Sac­card, con­traint de con­tin­uer à fuir en avant avec sa Banque uni­verselle jusqu’à la débâ­cle inéluctable. Out­re les investis­seurs, les (derniers) abon­nés de SFR et les employés des médias du groupe ont du souci à se faire. Pour ne rien arranger, Stan­dard & Poor’s a annon­cé vouloir abaiss­er pour l’an­née prochaine la per­spec­tive de « neu­tre » à « néga­tive » si « la direc­tion ne parvient pas à redress­er la barre en France, avec notam­ment une meilleure fidéli­sa­tion des clients et une baisse du “turnover” par­mi les dirigeants, ou si elle ne parvient pas à réduire sa dette ». La note serait main­tenue à B+, déjà jugée spécu­la­tive.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).