Accueil | Actualités | Médias | « Ce Brésil si blanc », ou le racisme autorisé de Ouest-France
Pub­lié le 22 juin 2016 | Éti­quettes : , ,

« Ce Brésil si blanc », ou le racisme autorisé de Ouest-France

Racisme, sexisme et âgisme concentrés dans un seul article. Dans un seul titre même. Dans son édition du 17 juin 2016, Ouest-France consacrait un papier au nouveau pouvoir brésilien post-Dilma Rousseff.

Et pour le quotidien, ce pouvoir est (trop) « blanc, masculin et vieux ». Se basant sur la photographie officielle du gouvernement, Ouest-France juge que le cliché montre « un Président entouré d'hommes, âgés, tous blancs ». Visiblement, c'est un problème. Pour le quotidien, citant l'écrivain Eliane Brum, cette image « transmet un message clair » : le gouvernement Temer veut « garantir un retour vers le passé, quand les Noirs et les pauvres n'avaient accès ni à la consommation ni à l'université ». Rien que ça...

Cette discrimination à l'encontre de tout ce qui est blanc, vieux et homme n'a rien de nouveau. En septembre 2015, la nouvelle présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, jugeait que son groupe comportait trop d'hommes blancs de plus de 50 ans et qu'il fallait « que ça change ». Le mois suivant, le CSA lui donnait raison en estimant à son tour qu'il y avait trop de blancs à la télévision.

Et avril 2016, Didier Lestrade, journaliste pour Slate.fr et fondateur d'Act Up déclarait que les médias gays étaient eux aussi « atrocement blancs », le tout dans l'indifférence générale. Ce racisme là est permis, encouragé même. Si les races n'existent pas, la race blanche, elle, n'existe que lorsqu'il s'agit de la culpabiliser, voire de la faire disparaître...

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This