Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">«</span> Ce Brésil si blanc », ou le racisme autorisé de Ouest-France

22 juin 2016

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | « Ce Brésil si blanc », ou le racisme autorisé de Ouest-France

« Ce Brésil si blanc », ou le racisme autorisé de Ouest-France

Racisme, sexisme et âgisme concentrés dans un seul article. Dans un seul titre même. Dans son édition du 17 juin 2016, Ouest-France consacrait un papier au nouveau pouvoir brésilien post-Dilma Rousseff.

Et pour le quo­ti­di­en, ce pou­voir est (trop) « blanc, mas­culin et vieux ». Se bas­ant sur la pho­togra­phie offi­cielle du gou­verne­ment, Ouest-France juge que le cliché mon­tre « un Prési­dent entouré d’hommes, âgés, tous blancs ». Vis­i­ble­ment, c’est un prob­lème. Pour le quo­ti­di­en, citant l’écrivain Eliane Brum, cette image « trans­met un mes­sage clair » : le gou­verne­ment Temer veut « garan­tir un retour vers le passé, quand les Noirs et les pau­vres n’avaient accès ni à la con­som­ma­tion ni à l’u­ni­ver­sité ». Rien que ça…

Cette dis­crim­i­na­tion à l’en­con­tre de tout ce qui est blanc, vieux et homme n’a rien de nou­veau. En sep­tem­bre 2015, la nou­velle prési­dente de France Télévi­sions, Del­phine Ernotte, jugeait que son groupe com­por­tait trop d’hommes blancs de plus de 50 ans et qu’il fal­lait « que ça change ». Le mois suiv­ant, le CSA lui don­nait rai­son en esti­mant à son tour qu’il y avait trop de blancs à la télévi­sion.

Et avril 2016, Didi­er Lestrade, jour­nal­iste pour Slate.fr et fon­da­teur d’Act Up déclarait que les médias gays étaient eux aus­si « atro­ce­ment blancs », le tout dans l’in­dif­férence générale. Ce racisme là est per­mis, encour­agé même. Si les races n’ex­is­tent pas, la race blanche, elle, n’ex­iste que lorsqu’il s’ag­it de la cul­pa­bilis­er, voire de la faire dis­paraître…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.