Accueil | Actualités | Médias | Le CSA estime qu’il y a trop de blancs à la télévision
Pub­lié le 14 octobre 2015 | Éti­quettes : , ,

Le CSA estime qu’il y a trop de blancs à la télévision

La France n’est peut-être pas un pays « de race blanche », comme dirait Nadine Morano, mais il y a quand même une majorité de Blancs à la télévision. Rien que de très normal à priori.

Sauf que dans une étude réalisée entre avril et mai 2015, le Conseil supérieur de l'Audiovisuel a passé au crible 1 600 programmes télévisés et a rendu une conclusion sans appel : il y a trop de blancs sur nos écrans !

Les choses sont présentées de manière légèrement plus policée, mais le constat reste le même pour le 5e « baromètre de la diversité » du CSA : seules 14 % des personnes montrées à la télévision sont « perçues comme non-blanches » (sic).

Qui plus est, selon le Conseil, ces personnes « issues de la diversité » sont présentées comme plutôt pauvres (17 % des CSP-), majoritairement jeunes (18 % ont moins de 20 ans) et masculines. Pire : elles seraient surreprésentées dans les activités marginales ou illégales avec 37 % de personnes « non-blanches » concernées. On frémit à l’idée que le CSA puisse un jour appliquer ses grilles aux journaux télévisés et à l’information…

Faute d'être autorisé à utiliser des statistiques ethniques, le CSA a tout de même trouvé la combine : parler de personnes « perçues comme ». Ainsi, dans un pays qui n'est pas de « race blanche » et où, d'ailleurs, les races n'existent pas, il demeure possible, au moyen d'acrobaties sémantiques extraordinaires, de faire remarquer que, quand même, ces blancs qui n’existent pas sont un peu trop nombreux.

Des méthodes qui, à n'en pas douter, raviront la nouvelle présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, qui se plaignait elle aussi de voir trop d'« hommes blancs de plus de 50 ans » à la télévisions. Conclusion : les Blancs n’existent pas sauf quand il faut les faire disparaître.

Crédit photo : Mopic / Shutterstock.com

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.