Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le CSA estime qu’il y a trop de blancs à la télévision

14 octobre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le CSA estime qu’il y a trop de blancs à la télévision

Le CSA estime qu’il y a trop de blancs à la télévision

La France n’est peut-être pas un pays « de race blanche », comme dirait Nadine Morano, mais il y a quand même une majorité de Blancs à la télévision. Rien que de très normal à priori.

Sauf que dans une étude réal­isée entre avril et mai 2015, le Con­seil supérieur de l’Au­dio­vi­suel a passé au crible 1 600 pro­grammes télévisés et a ren­du une con­clu­sion sans appel : il y a trop de blancs sur nos écrans !

Les choses sont présen­tées de manière légère­ment plus policée, mais le con­stat reste le même pour le 5e « baromètre de la diver­sité » du CSA : seules 14 % des per­son­nes mon­trées à la télévi­sion sont « perçues comme non-blanch­es » (sic).

Qui plus est, selon le Con­seil, ces per­son­nes « issues de la diver­sité » sont présen­tées comme plutôt pau­vres (17 % des CSP-), majori­taire­ment jeunes (18 % ont moins de 20 ans) et mas­cu­lines. Pire : elles seraient sur­représen­tées dans les activ­ités mar­ginales ou illé­gales avec 37 % de per­son­nes « non-blanch­es » con­cernées. On frémit à l’idée que le CSA puisse un jour appli­quer ses grilles aux jour­naux télévisés et à l’information…

Faute d’être autorisé à utilis­er des sta­tis­tiques eth­niques, le CSA a tout de même trou­vé la com­bine : par­ler de per­son­nes « perçues comme ». Ain­si, dans un pays qui n’est pas de « race blanche » et où, d’ailleurs, les races n’ex­is­tent pas, il demeure pos­si­ble, au moyen d’ac­ro­baties séman­tiques extra­or­di­naires, de faire remar­quer que, quand même, ces blancs qui n’existent pas sont un peu trop nom­breux.

Des méth­odes qui, à n’en pas douter, ravi­ront la nou­velle prési­dente de France Télévi­sions, Del­phine Ernotte, qui se plaig­nait elle aus­si de voir trop d’« hommes blancs de plus de 50 ans » à la télévi­sions. Con­clu­sion : les Blancs n’existent pas sauf quand il faut les faire dis­paraître.

Crédit pho­to : Mopic / Shutterstock.com

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

Pascale Clark

PORTRAIT — Pas­cale Clark est jour­nal­iste sur France Inter où elle se fait par­ti­c­ulière­ment remar­quer pour sa morgue, son mépris et son par­ti pris face aux per­son­nal­ités poli­tiques de droite.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision