Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les médias gays sont « atrocement blancs »

2 avril 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les médias gays sont « atrocement blancs »

Les médias gays sont « atrocement blancs »

« Enfin, ça sort ! », s’exclame Didier Lestrade, journaliste pour Slate.fr et fondateur d’Act Up. Depuis plusieurs jours, les « gays non blancs » s’activent sur les réseaux sociaux pour dénoncer, autour du mot-dièse #GayMediaSoWhite, l’absence de diversité dans la presse homosexuelle.

Après la polémique sur la céré­monie des Oscars, jugée trop blanche, ou encore sur l’ef­fec­tif de France Télévi­sions, lui aus­si trop blanc et trop mas­culin pour Del­phine Ernotte, voilà que la presse gay se retrou­ve éclaboussée à son tour par ce débat eth­nique­ment cor­rect : il y aurait trop peu de noirs, d’arabes, d’asi­a­tiques ou encore de lati­nos dans les colonnes de ces jour­naux, en France comme partout dans le monde.

Pour Didi­er Lestrade, les médias gays sont en effet « atro­ce­ment blancs » (sic) et pire ; ils « ren­for­cent un racisme his­torique qui priv­ilégie des mod­èles fades, rasés, pho­to­shopés ». Out­re le mau­vais tra­vail jour­nal­is­tique de cette presse, qui a le culot d’in­ter­roger des stars hétéros, les lecteurs non-blancs esti­ment qu’on y par­le « des Afro-Améri­cains unique­ment lorsqu’on men­tionne les taux élevés du VIH ».

Rela­tant son expéri­ence au sein de Têtu, mag­a­zine duquel il a été licen­cié en 2008, Lestrade explique que lorsque Têtu « pub­li­ait un homme noir en cou­ver­ture, les ventes étaient en baisse ». Il a donc été choisi, logique­ment, d’éviter la chute des ventes et de priv­ilégi­er les hommes blancs. Pour­tant, dans le titre de son arti­cle, le jour­nal­iste estime que c’est à cause de son manque de diver­sité que la presse gay s’ef­fon­dre. Plus loin, il dit qu’en procé­dant ain­si, « ces médias se détru­isent eux-mêmes ». C’est à n’y rien com­pren­dre.

Quoi qu’il en soit, le fon­da­teur d’Act Up n’en démord pas : ces mag­a­zines sont défini­tive­ment « trop blancs », que ce soit au niveau de la cou­ver­ture, du con­tenu comme des équipes rédac­tion­nelles. Un racisme autorisé, poli­tique­ment en vogue, et qui ne ris­quera pas de vous mar­gin­alis­er, à la manière de ceux qui jugent, en par­tant du même principe, que l’Équipe de France de foot­ball est peu représen­ta­tive du peu­ple français.

De là à déclar­er qu’elle est « atro­ce­ment noire », c’est une fron­tière qu’un jour­nal­iste de Slate ne s’a­musera sûre­ment pas à franchir… Chiche ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision