Accueil | Actualités | Médias | Les médias gays sont « atrocement blancs »
Pub­lié le 2 avril 2016 | Éti­quettes : , , ,

Les médias gays sont « atrocement blancs »

« Enfin, ça sort ! », s'exclame Didier Lestrade, journaliste pour Slate.fr et fondateur d'Act Up. Depuis plusieurs jours, les « gays non blancs » s'activent sur les réseaux sociaux pour dénoncer, autour du mot-dièse #GayMediaSoWhite, l'absence de diversité dans la presse homosexuelle.

Après la polémique sur la cérémonie des Oscars, jugée trop blanche, ou encore sur l'effectif de France Télévisions, lui aussi trop blanc et trop masculin pour Delphine Ernotte, voilà que la presse gay se retrouve éclaboussée à son tour par ce débat ethniquement correct : il y aurait trop peu de noirs, d'arabes, d'asiatiques ou encore de latinos dans les colonnes de ces journaux, en France comme partout dans le monde.

Pour Didier Lestrade, les médias gays sont en effet « atrocement blancs » (sic) et pire ; ils « renforcent un racisme historique qui privilégie des modèles fades, rasés, photoshopés ». Outre le mauvais travail journalistique de cette presse, qui a le culot d'interroger des stars hétéros, les lecteurs non-blancs estiment qu'on y parle « des Afro-Américains uniquement lorsqu’on mentionne les taux élevés du VIH ».

Relatant son expérience au sein de Têtu, magazine duquel il a été licencié en 2008, Lestrade explique que lorsque Têtu « publiait un homme noir en couverture, les ventes étaient en baisse ». Il a donc été choisi, logiquement, d'éviter la chute des ventes et de privilégier les hommes blancs. Pourtant, dans le titre de son article, le journaliste estime que c'est à cause de son manque de diversité que la presse gay s'effondre. Plus loin, il dit qu'en procédant ainsi, « ces médias se détruisent eux-mêmes ». C'est à n'y rien comprendre.

Quoi qu'il en soit, le fondateur d'Act Up n'en démord pas : ces magazines sont définitivement « trop blancs », que ce soit au niveau de la couverture, du contenu comme des équipes rédactionnelles. Un racisme autorisé, politiquement en vogue, et qui ne risquera pas de vous marginaliser, à la manière de ceux qui jugent, en partant du même principe, que l'Équipe de France de football est peu représentative du peuple français.

De là à déclarer qu'elle est « atrocement noire », c'est une frontière qu'un journaliste de Slate ne s'amusera sûrement pas à franchir... Chiche ?

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This