Accueil | Actualités | Médias | Casse-tête pour le CSA autour de la TNT gratuite
Pub­lié le 13 juillet 2014 | Éti­quettes : , , , ,

Casse-tête pour le CSA autour de la TNT gratuite

Le 23 ou 30 juillet prochain, le CSA doit se prononcer sur le passage de LCI, Paris Première et Planète+ sur la TNT gratuite au 1er janvier 2015. Un dossier extrêmement compliqué pour le Conseil.

À la table des négociations, en plus des parties concernées, l'Autorité de la Concurrence et la Commission européenne se sont invitées. Cette dernière demande, après plusieurs plaintes dont celle de NextRadioTV (BFMTV), des explications au gouvernement sur ce qui est appelé « l'amendement LCI », voté en 2013 et permettant au CSA de basculer une chaîne de la TNT payante à la TNT gratuite.

L'Autorité de la concurrence vient également mettre son grain de sel. Celle-ci voit d'un mauvais œil l'arrivée de LCI (groupe TF1) alors qu'il existe déjà sur la TNT gratuite deux chaînes similaires d'information en continu. Aussi, le passage en gratuit de trois chaînes en même temps pourrait provoquer un « effet cumulatif » dangereux pour le marché.

Cependant, il est difficile d'imaginer comment le CSA pourrait refuser une chaîne à l'un des trois groupes, et l'accorder en parallèle à un autre... Une mission compliquée et pleine de tensions. À titre d'exemple, si les Sages venaient à accorder une fréquence à LCI, BFMTV et i>Télé ont d'ores et déjà promis d'utiliser toutes les voix de recours juridique possibles. Et s'ils lui refusaient la fréquence, c'est cette fois TF1 qui irait en justice...

Voir également notre dossier : Comment le CSA veut restreindre les libertés sur internet

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This