Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
C dans l’air de Bruce Toussaint/Caroline Roux : de l’art du copinage
Publié le 

1 novembre 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | C dans l’air de Bruce Toussaint/Caroline Roux : de l’art du copinage

C dans l’air de Bruce Toussaint/Caroline Roux : de l’art du copinage

Bruce Toussaint présente C dans l’air, émission de France 5, le vendredi et le samedi à 17h45. La semaine, il officie dès 8h30 dans Toussaint-Aphatie sur France Info. Du lundi au jeudi, C dans l’air est confiée à Caroline Roux. L’émission doit avoir besoin d’un peu de promotion car jeudi 26 octobre 2017, une petite sauterie matinale entre potes du service public nous expliquait toute cette « poterie » en direct. Sur l’antenne de France Info, croissants payés par les contribuables.

Petit déjeuner chez Célyne Baÿt-Darcourt

Ce jeu­di 26 octo­bre, il est 9h22. C’est l’heure de Infos médias. À la suite des infor­ma­tions quo­ti­di­ennes con­cer­nant les médias en général, Célyne Baÿt-Dar­court reçoit son invitée : Car­o­line Roux. Après un hom­mage appuyé à Yves Calvi, « inven­teur » de C dans l’air, Car­o­line Roux explique que si elle et Bruce Tou­s­saint ont été « adop­tés » par les téléspec­ta­teurs, c’est parce qu’ils ont gardé ce qui exis­tait, « les experts par exem­ple », et qu’ils n’ont pas « bougé les meubles ». Inter­ven­tion de Célyne Baÿt-Dar­court : « Il y a plus de femmes depuis que vous êtes là ». Inévitable en ce mois de #Bal­ance­Ton­Porc. L’émission a du suc­cès : « 1,3 mil­lions de téléspec­ta­teurs depuis la ren­trée, record à 1,5 mil­lions début octo­bre ». Con­ver­sa­tion ? Sans oubli­er que nous sommes sur France info, radio du ser­vice pub­lic :

Célyne : « vous avez douté en suc­cé­dant à Yves Calvi »

Car­o­line : « Oui, je doute tou­jours, hein, ça c’est l’histoire de ma vie »

Célyne : « ah… c’est un peu l’histoire de tout le monde »

Car­o­line : « Bien sûr que j’ai douté, bien sûr. En revanche, j’avais une cer­ti­tude. Moi j’ai été élevée par Jérôme Bel­lay, par Yves Calvi. J’ai com­mencé à tra­vailler avec eux (…) Il y avait quelque chose qui est du reg­istre de l’héritage ».

Pas de doute, Car­o­line, sur sa capac­ité à présen­ter l’émission. Unique­ment sur l’acceptation de sa per­son­nal­ité ou non par les téléspec­ta­teurs fidèles de C dans l’air. « Cela a gâché mes vacances », dit-elle. Mais c’est fini. Ouf ! L’auditeur a craint le pire.

Et Bruce vint

Il n’est pas loin, Bruce. On est en plein dans sa mati­nale, avec Aphatie, là où il invite sa copine et col­lègue de C dans l’air, his­toire de don­ner un petit coup de pub­lic­ité à sa pro­pre émis­sion de France 5, pen­dant son autre émis­sion de France info. Les médias des citoyens, en somme. Mais avant, insis­tance liée à l’actualité : « Vous avez apporté plus de femmes sur le plateau, cela vient de vous ? ». Réponse : « Alors, ça, c’est vrai que c’est un com­bat, parce que c’est un com­bat et parce que c’est pas facile, et que vous êtes bien placées ici pour le savoir que par­fois quand on va chercher de l’expertise, on trou­ve par­fois des cos­tumes cra­vates et les choses sont en train de chang­er, donc au quo­ti­di­en on fait en sorte d’avoir des plateaux pas tou­jours par­i­taires hein je dois l’admettre mais en revanche avec plus de femmes, on fait égale­ment atten­tion à équili­br­er les plateaux sur les points de vue. C’est vrai qu’on essaie de faire mon­ter des opin­ions un petit peu dif­férentes… ». Notons que pour le moment les trois jour­nal­istes qui sont dans le stu­dio sont des femmes. Et que Car­o­line Roux ne paraît pas imag­in­er qu’un « cos­tume cra­vate » puisse être un vête­ment féminin, aspect qui pour­rait être sig­nalé au Min­istère de l’Égalité entre les femmes et les hommes. Comme si le cos­tume cra­vate était néces­saire­ment un habit mas­culin, on craint une inter­ven­tion du médi­a­teur. D’autant qu’aucune des individu(e)s non genré.e.s de type féminin présent(e)s dans le stu­dio ne relève le point. C’est trop tard : Bruce Tou­s­saint entre dans le stu­dio. Et cha­cun fait comme s’il venait spé­ciale­ment, lui qui tra­vaille pour­tant à cet endroit même chaque matin. Moment touchant d’amitié entre Car­o­line et Bruce. « On se par­le beau­coup, il y a une vraie gam­berge, on se racon­te beau­coup notre expéri­ence… ». Bruce insiste sur l’autorité et l’expérience de Car­o­line Roux. Humour : « J’appelle ma mère le matin, et Bruce ! ». La ques­tion revient sur l’émission, le choix des sujets : expli­ca­tions de Car­o­line Roux. Donc : « Et par exem­ple, vous con­nais­sez le sujet de C dans l’air de ce soir ? ». Présen­ta­tion. Il faut tout de même que la ren­con­tre du matin déplace les audi­teurs vers France 5, ce qui n’empêche pas Car­o­line Roux de plac­er une petite pub­lic­ité pour son autre émis­sion, Les Qua­tre Vérités le matin sur France 2 dans Télé­matin. C’est pour cela qu’elle est essouf­flée, elle en vient. Le taxi, c’est la course.

Bien sûr, C dans l’air rem­plit son « cahi­er des charges » offi­ciel : être une émis­sion en lien direct avec l’actualité. Durant la semaine du 23 au 27 octo­bre, les thèmes retenus étaient : « Macron/Hollande, la guerre des prési­dents », « Beurre, pourquoi la pénurie », « Glyphosate : pourquoi l’Europe ter­gi­verse », « Macron : nou­veau par­ti, vieilles méth­odes ? », « Cat­a­logne, le divorce et le chaos ». Il est tout aus­si vrai que des « experts » sont con­vo­qués et don­nent leur avis sur les sujets choi­sis. La ques­tion se pose alors : durant la dif­fu­sion de C dans l’air, pourquoi l’auditeur a‑t-il ce même sen­ti­ment qu’en écoutant l’émission Info média du 26 octo­bre 2017 avec Car­o­line Roux ? Parce que les « avis dif­férents » tels qu’imaginés par les jour­nal­istes des médias offi­ciels sont si proches, parce que les dif­férences sont si ténues. Si des visions réelle­ment dif­férentes du monde se con­frontaient dans C dans l’air, ce serait une révo­lu­tion sur les plateaux de télévi­sion, et cela se saurait non ?

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

Nicolas Truong

PORTRAIT — Né en 1967, Nico­las Truong dirige les pages « Idées-Débats » du Monde. Il ne fait guère preuve d’honnêteté idéologique, ni ne fait mys­tère de ses pen­chants intel­lectuels pous­sant très loin à gauche le bou­chon de ses idées.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision