Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Bouygues Telecom va-t-il avaler SFR ?

21 juin 2018

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | not_global | Bouygues Telecom va-t-il avaler SFR ?

Bouygues Telecom va-t-il avaler SFR ?

Bouygues Telecom va-t-il avaler SFR ?

Accueil | not_global | Bouygues Telecom va-t-il avaler SFR ?

21 juin 2018

Plus dure sera la chute ? La montée stratosphérique au firmament de Patrick Drahi a un peu étonné. Des banques plus que compréhensives, un financement complexe, des méthodes agressives (le groupe Drahi est réputé pour passer à la paille de fer ses relations avec ses fournisseurs, les plus petits étant les plus vulnérables), une expansion internationale, tout semblait sourire à l’empire Drahi.

Bouygues Telecom revient de loin

Il y a peu, le réseau télé­phonique du groupe Bouygues était con­sid­éré comme le mail­lon faible de la bande des qua­tre, Orange (le pre­mier en part de marché), Free (le petit dernier et le plus inno­vant par les tar­ifs), SFR (l’ambition de mari­er tuyaux et con­tenus) et enfin Bouygues Tele­com, isolé au sein du riche groupe éponyme dont le pôle con­struc­tion réalise la plus grande par­tie de son chiffre d’affaires alors que TF1, deux fois plus petit que la branche télé­phonique, fai­sait plus de béné­fices. En 2014 Mar­tin Bouygues refu­sait une offre de rachat de Patrick Drahi.

Malheur des uns, bonheur des autres…

Mais la chute dra­ma­tique de l’action d’Altice a freiné les ambi­tions de Patrick Drahi. Au même moment Bouygues Tele­com, mieux géré, renouait avec de solides béné­fices. Il n’en fal­lait pas plus pour que Mar­tin Bouygues ren­con­tre Patrick Drahi pour « par­ler de SFR ». Un jeu com­pliqué où la banque Lazard de Math­ieu Pigasse tra­vaille pour SFR et Roth­schild pour Bouygues.

Un calendrier à prendre en compte

Au même moment se négo­cie avec l’Arcep (autorité de régu­la­tion des com­mu­ni­ca­tions élec­tron­iques et des postes) le pro­longe­ment des licences 2G et 3G pour dix ans avec à la clé de nou­veaux investisse­ments pour cou­vrir les zones blanch­es. Puis fin 2018 s’ouvrira une péri­ode pour attribuer les licences 5G qui deman­deront elles aus­si de nou­veaux investisse­ments. Altice sem­ble pour le moment plutôt à l’aise dans le cal­en­dri­er de rem­bourse­ment de son énorme dette (plus de 50 mil­liards d’euros) mais le groupe pour­ra-t-il deman­der aux ban­ques de remet­tre au pot pour les licences 5G ? Si Bouygues a mon­tré un intérêt, Orange ou Free pour­raient se man­i­fester à leur tour pour dépecer SFR…

Rediffusion estivale

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».