Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Bernard Arnault/Arnaud Lagardère, on se fâche poliment

7 septembre 2021

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | Veille médias | Bernard Arnault/Arnaud Lagardère, on se fâche poliment

Bernard Arnault/Arnaud Lagardère, on se fâche poliment

Accueil | Veille médias | Bernard Arnault/Arnaud Lagardère, on se fâche poliment

Bernard Arnault/Arnaud Lagardère, on se fâche poliment

7 septembre 2021

Dans les affaires il n’y a pas de sentiment ou seulement ses apparences. Arnault était venu au secours de Lagardère junior en prenant 27% des parts de sa holding, il en émerge pour ressortir à l’étage du dessous. Explications techniques et politiques en quatre rounds.

Premier round, Bernard au secours !

C’est peut-être ce qu’a lancé Arnaud Lagardère lorsque sa hold­ing per­son­nelle Lagardère  Cap­i­tal qui ne pub­li­ait plus ses comptes depuis belle lurette s’est révélée très lour­de­ment endet­tée. Ceci alors que le sys­tème de la com­man­dite de Lagardère SA (la société opéra­tionnelle) le rendait respon­s­able sur ses biens pro­pres. Une sit­u­a­tion proche de la ban­quer­oute. Avec l’aimable entre­gent de Nico­las Sarkozy, mem­bre du con­seil de sur­veil­lance du groupe, Arnault sur­paie les 27% de la hold­ing per­son­nelle d’Arnaud Lagardère et lui verse la coquette somme de 180M€. Arnaud Lagardère n’est plus aux abois et a trou­vé un con­tre­poids au fond activiste améri­cain Amber qui lui cherche des poux sur son style de man­age­ment et surtout à Vin­cent Bol­loré qui s’est invité au cap­i­tal de Lagardère. « Les familles Arnault et Lagardère » procla­ment leur « attache­ment au développe­ment et à l’intégrité du groupe ». Vraiment ?

Round 2, round d’observation

Que se passe t’il ? Bernard Arnault est à l’étage du haut (la hold­ing per­son­nelle), Vin­cent Bol­loré à celui du dessous (l’opérationnel) et il n’est pas cer­tain qu’ils se par­lent. Bernard aimerait bien récupér­er les bou­tiques hors tax­es de Lagardère mais la crise du Covid rend cette acqui­si­tion risquée et moins attrac­tive. Vin­cent regarde du côté d’Hachette pour le join­dre à Edi­tis. Les deux lorgnent sur les médias Lagardère : le JDD, Paris-Match, Europe1. Des pépites d’influence poli­tique (et économique) à l’orée des élec­tions de 2022. On se regarde en chien de faïence, on s’observe.

Round 3, fin de la commandite

Arnaud Lagardère acculé doit renon­cer à la com­man­dite qui lui don­nait le pou­voir avec 7,4% des actions. Il récupère 200M€ et remonte à 14% de Lagardère SA devenant le qua­trième action­naire après Bol­loré, le Qatar et Amber. Au pas­sage il se fait réélire à la prési­dence pour six ans ce qui fait tou­ss­er ses amis.

Round 4, Bernard Arnault se retire mais garde un œil

Que faire de 27% d’une société hold­ing per­son­nelle ? Quand la com­man­dite exis­tait cela per­me­t­tait d’avoir une influ­ence directe sur Lagardère SA, celle qui con­trôle les bou­tiques, Edi­tis et les médias. Hors com­man­dite, zéro. Pire, Bol­loré lui marche dessus en prenant de fac­to le con­trôle d’Europe1 et l’associant à CNews. Pire du pire, quand Arnaud Lagardère a récupéré dix mil­lions d’actions de Lagardère SA lors de la fin de la com­man­dite, il n’en a fait remon­ter que cinq dans Lagardère Cap­i­tal (où Arnault est présent) et s’en est gardé cinq intu­itu per­son­ae. Un geste inélégant.

Donc Bernard Arnault sort en sou­p­lesse, comme le pacte d’actionnaires l’autorise. Il con­ver­tit ses titres de Lagardère Cap­i­tal en Lagardère SA, mon­tant à 10% du cap­i­tal et devenant le cinquième action­naire du groupe. Ceci dès le tout début de sep­tem­bre 2021 alors qu’il avait un an devant lui pour procéder à l’opération. On n’est pas plus rapi­de et la pos­si­ble mise en exa­m­en (voir infra) d’Arnaud Lagardère pour abus de biens soci­aux n’est pas étrangère à cette célérité.

Round 5, et maintenant que vais-je faire ?

Bernard Arnault n’a pas pour habi­tude de jouer les sec­onds couteaux. On l’a vu avec Car­refour dont il déte­nait de manière résidu­elle 5,7% du cap­i­tal. Déçu des médiocres résul­tats d’Alexandre Bom­pard qu’il avait con­tribué à met­tre en place, il liq­uide sa posi­tion et prend ses pertes. Il pour­rait reven­dre immé­di­ate­ment ses 10% de Lagarère SA à Bol­loré en faisant une jolie plus-val­ue. Ou atten­dre que la fin de la crise san­i­taire fasse remon­ter le titre et aug­menter le pactole. Le match n’est pas tout à fait fini mais il a per­du une par­tie de son intérêt pour la deux­ième for­tune du monde.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés