Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Bayonne : la mort d’un Blanc compte peu

14 juillet 2020

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Bayonne : la mort d’un Blanc compte peu

Bayonne : la mort d’un Blanc compte peu

Alors que le mouvement Black Lives Matter étend ses ravages dans une partie de l’inconscient collectif européen, le meurtre de Philippe Monguillot le 11 juillet 2020 par « quatre individus » non dénommés ne provoque une vive émotion qu’à Bayonne, la ville où a eu lieu l’agression ; et beaucoup de discrétion gênée des médias de grand chemin.

Pratique du mensonge par omission

Le méti­er de jour­nal­iste con­siste – en théorie – en la recherche d’informations. Prenons un chauf­feur de bus lynché à mort publique­ment par deux ou qua­tre indi­vidus (les respon­s­abil­ités indi­vidu­elles de cha­cun d’entre eux sont l’affaire de la jus­tice), il serait intéres­sant de con­naître leurs noms, sauf s’il s’agit de mineurs. Que nous dis­ent les médias de grand chemin ?

Le Figaro et Le Monde utilisent pra­tique­ment les mêmes ter­mes, sans doute recopiés d’une dépêche AFP : les agresseurs sont « âgés de 22 et 23 ans et con­nus des ser­vices de police ». Pour Fran­ce­In­fo, Philippe Monguil­lot a « été agressé par plusieurs per­son­nes », alors que TV5 Monde par­le de « qua­tre hommes sus­pec­tés d’être impliqués dans l’agression ».

Des noms ?

Il aura fal­lu une « indis­cré­tion » cal­culée de policiers pour que les noms des agresseurs soient connus :

  • Mohamed C.
  • Mohamed A.
  • Mous­sa B.
  • Selim Z.

Le char­mant Jean-Bap­tiste Djeb­bari dont on dit qu’il est quelque chose comme min­istre délégué aux trans­ports déplo­rait des inci­vil­ités : « Les inci­vil­ités sont quo­ti­di­ennes mal­heureuse­ment dans les trans­ports aujourd’hui » (sic). Quelques jours aupar­a­vant, Libéra­tion décrochait le pom­pon en pub­liant le 30 juin une tri­bune inti­t­ulée « Lut­ter con­tre la haine antimusul­mane ». Rideau.

PS : par­mi les qua­tre noms incrim­inés, deux d’en­tre eux nient les faits. Il appar­tien­dra à la jus­tice de trancher.

Sur le même reg­istre, voir notre arti­cle sur Thomas, la vic­time blanche qui n’intéresse pas les médias

Derniers portraits ajoutés

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Jean-Pierre Pernaut

PORTRAIT — Il est le jour­nal­iste le plus détesté de la bobocratie médi­a­tique parisi­enne (Les Inrocks, Libéra­tion, etc…) mais son « Jour­nal de 13 heures » est le plus suivi du PAF (près de 7 mil­lions de per­son­nes quotidiennement).

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.