Accueil | Actualités | Médias | Attentats : Schneidermann critique les médias et l’info en continu
Pub­lié le 28 février 2015 | Éti­quettes : , ,

Attentats : Schneidermann critique les médias et l’info en continu

Dans un tribune publiée dans Libération lundi dernier, Daniel Schneidermann s'en est pris à l'hypocrisie des médias français dans le traitement des attentats de janvier.

Le fondateur d'Arrêt sur Images a tout d'abord vivement critiqué le CSA, accusé d'avoir prononcé des sanctions « platoniques » à l'égard des chaînes. Celles-ci se sont en effet distinguées par leurs « dérapages multiples » et, suite aux remarques inconséquentes du CSA, se sont mises « sans la moindre autocritique » à hurler « à la liberté de la presse menacée ». « C'est l'Allemagne de l'est. C'est la Corée du Nord. C'est vrai : que va-t-on devenir si on ne peut plus balancer en direct toutes les images qui arrivent, tous les noms qui buzzent, toutes les infos qui passent par là ? », a ironisé l'éditorialiste.

Concernant les chaînes d'information en continu, Daniel Schneidermann a alerté sur les dangers de leur pouvoir d'attraction hypnotique. « On était là, dans les bureaux, dans les salons, dans les cuisines, tétanisés, anesthésiés, maraboutés par BFMTV qui n'en finissait pas de meubler dans l'attente du bain de sang », a-t-il rapporté avant d'ajouter : « On était là parce que vous gesticuliez, hors d'haleine, pour nous retenir. On n'était pas fiers de nous (...) On regrette d'avoir été là. On aurait préféré être ailleurs. On n'aurait rien perdu en attendant le soir pour connaître l'épilogue. »

Pour lui, l'information en continu est « nocive en temps de crise, où elle peut tuer », mais également « par temps calme » car elle « hystérise le débat politique ». Et celui-ci de conclure sur un ton résigné : « L'État ne semblant pas disposé à exproprier BFMTV et i>Télé pour attribuer leurs fréquences à des chaînes culturelles ou documentaires, rien d'autre à faire que de subir comme un spectacle supplémentaire la situation actuelle et ses moulinets hypocrites. »

Voir notre portrait de Daniel Schneidermann

Crédit photo : Anthony Morel via Wikimédia (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux