L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Arte censure un documentaire sur l’antisémitisme des banlieues et de la gauche

7 juin 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Arte censure un documentaire sur l’antisémitisme des banlieues et de la gauche

Arte censure un documentaire sur l’antisémitisme des banlieues et de la gauche

7 juin 2017

Temps de lecture : 2 minutes

Quand il n’est pas d’« extrême-droite » (où il a quasiment disparu), l’antisémitisme intéresse peu les médias et les instances « antiracistes ». Arte vient d’en faire à nouveau la démonstration en censurant un documentaire accusé de mettre trop en avant la haine anti-juive venue de la banlieue immigrée et de la gauche antisioniste.

« Un peu­ple élu et mis à part : l’an­tisémitisme en Europe », film doc­u­men­taire pro­duit et financé par Arte (et porté par le pôle alle­mand de la chaîne), avait pour­tant été autorisé lorsqu’en avril 2015, la con­férence des pro­grammes du groupe, com­posée à par­ité de représen­tants français et alle­mands, avait validé le pro­jet. Mais d’en­trée, cette val­i­da­tion s’é­tait heurtée à l’hos­til­ité d’Arte France, esti­mant que ce con­tenu ne cor­re­spondait pas à la ligne édi­to­ri­ale de la chaîne, rap­porte Causeur.

Pour y remédi­er, les auteurs avaient même accep­té de s’ad­join­dre comme coau­teur Ahmad Man­sour, un psy­cho­logue d’origine arabe israéli­enne exerçant depuis dix ans en Alle­magne, per­son­nal­ité recon­nue out­re-Rhin comme représen­tant un cer­tain « islam des Lumières ». Or s’il a bel et bien accep­té de par­ticiper au pro­jet, c’est en tant que con­seiller, et non coau­teur, son emploi du temps ne lui per­me­t­tant pas de s’in­ve­stir d’avantage.

Pour­tant, même l’ar­rivée de ce « com­mis­saire poli­tique » (et cau­tion morale) n’au­ra pas suf­fit. Le directeur des pro­grammes d’Arte France, Alain Le Diberder, a en effet décidé de ne pas dif­fuser ce doc­u­men­taire de 90 min­utes, écrit et réal­isé par deux cinéastes alle­mands, Joachim Schroed­er et Sophie Hafn­er. Le tout pour des raisons exclu­sive­ment idéologiques. Une affaire qui rap­pelle celle du meurtre de Sarah Hal­i­mi, retraitée juive assas­s­inée par un islamiste juste avant les élec­tions, dont le mobile anti­sémite avait été sci­em­ment caché par les médias et les autorités.

Comme le note Causeur, « sur Arte, la dénon­ci­a­tion de l’antisémitisme se lim­ite à par­ler du nazisme et à met­tre en accu­sa­tion toutes les décli­naisons de l’extrême droite, du FN à Geert Wilders ». Pour ce qui est de l’an­tisémitisme de la gauche anti­sion­iste et des ban­lieues à forte pop­u­la­tion immi­grée, pour­tant le seul qui tue aujourd’hui, il fau­dra repass­er. Et dire que ce sont les mêmes qui con­spuent la collaboration…

Voir aussi : Arte, infographie

Mots-clefs : ,

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés