Accueil | Actualités | Médias | Arte censure un documentaire sur l’antisémitisme des banlieues et de la gauche
Pub­lié le 7 juin 2017 | Éti­quettes : ,

Arte censure un documentaire sur l’antisémitisme des banlieues et de la gauche

Quand il n'est pas d'« extrême-droite » (où il a quasiment disparu), l'antisémitisme intéresse peu les médias et les instances « antiracistes ». Arte vient d'en faire à nouveau la démonstration en censurant un documentaire accusé de mettre trop en avant la haine anti-juive venue de la banlieue immigrée et de la gauche antisioniste.

« Un peuple élu et mis à part : l'antisémitisme en Europe », film documentaire produit et financé par Arte (et porté par le pôle allemand de la chaîne), avait pourtant été autorisé lorsqu'en avril 2015, la conférence des programmes du groupe, composée à parité de représentants français et allemands, avait validé le projet. Mais d'entrée, cette validation s'était heurtée à l'hostilité d'Arte France, estimant que ce contenu ne correspondait pas à la ligne éditoriale de la chaîne, rapporte Causeur.

Pour y remédier, les auteurs avaient même accepté de s'adjoindre comme coauteur Ahmad Mansour, un psychologue d’origine arabe israélienne exerçant depuis dix ans en Allemagne, personnalité reconnue outre-Rhin comme représentant un certain « islam des Lumières ». Or s'il a bel et bien accepté de participer au projet, c'est en tant que conseiller, et non coauteur, son emploi du temps ne lui permettant pas de s'investir d'avantage.

Pourtant, même l'arrivée de ce « commissaire politique » (et caution morale) n'aura pas suffit. Le directeur des programmes d'Arte France, Alain Le Diberder, a en effet décidé de ne pas diffuser ce documentaire de 90 minutes, écrit et réalisé par deux cinéastes allemands, Joachim Schroeder et Sophie Hafner. Le tout pour des raisons exclusivement idéologiques. Une affaire qui rappelle celle du meurtre de Sarah Halimi, retraitée juive assassinée par un islamiste juste avant les élections, dont le mobile antisémite avait été sciemment caché par les médias et les autorités.

Comme le note Causeur, « sur Arte, la dénonciation de l’antisémitisme se limite à parler du nazisme et à mettre en accusation toutes les déclinaisons de l’extrême droite, du FN à Geert Wilders ». Pour ce qui est de l'antisémitisme de la gauche antisioniste et des banlieues à forte population immigrée, pourtant le seul qui tue aujourd’hui, il faudra repasser. Et dire que ce sont les mêmes qui conspuent la collaboration…

Voir aussi : Arte, infographie

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This