Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Arnaud Lagardère a‑t-il encore des sous ?
Arnaud Lagardère a‑t-il encore des sous ?

14 mars 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Arnaud Lagardère a‑t-il encore des sous ?

Arnaud Lagardère a‑t-il encore des sous ?

Arnaud Lagardère a‑t-il encore des sous ?

Nous ne sommes pas trop soucieux pour le train de vie d’Arnaud Lagardère, même en cette époque de coronavirus il devrait pouvoir manger à sa faim. Mais d’autres s’inquiètent sur son endettement : son banquier le Crédit Agricole, les autres actionnaires de son groupe et en priorité le fond américain Amber Capital, et qui sait les qataris premiers actionnaires ? Une bonne raison pour faire venir en renfort Nicolas Sarkozy à son conseil de surveillance. Quelques chiffres glanés auprès de La Lettre A du 12 mars 2020 dans un dossier d’où émane une obscure clarté.

La balance actif/passif

Pour une entre­prise comme pour un par­ti­c­uli­er, sa sit­u­a­tion finan­cière s’évalue en met­tant en regard l’actif et le pas­sif. Les act­ifs : liq­uid­ités, parts de sociétés (les 7,33% du groupe Lagardère dans notre cas de fig­ure), immo­bili­er, œuvres d’art etc. Le pas­sif : l’endettement privé ou pub­lic. Si le pas­sif dépasse les act­ifs, dan­ger : la banque (ou l’État) peut exiger un rem­bourse­ment et saisir après une procé­dure judi­ci­aire cer­tains act­ifs : parts de société, apparte­ments, ter­rains, maisons etc.

Arnaud vrai riche ou futur pauvre ?

Arnaud Lagardère pos­sède 7,33% des actions de son groupe, ce qui lui per­met de le con­trôler via le sys­tème de la com­man­dite. Suiv­ant les éval­u­a­tions, cette par­tic­i­pa­tion peut val­oir de 120M€ (cours de bourse au 7 mars 2020) à plus de 150M€ si un acheteur veut obtenir le con­trôle de la société.

LCM, la hold­ing per­son­nelle d’Arnaud Lagardère ne pub­lie plus de comptes depuis 2009, mais quelques infor­ma­tions ont été don­nées au Point du 15 jan­vi­er 2020 éval­u­ant les dettes de LCM fin 2018 à 164M€, un qua­si équili­bre actif/passif à ce niveau.

Y a‑t-il des dettes cachées ?

Dans le domaine financier les dieux se cachent dans les détails. Ces 164M€ représen­tent la dette ban­caire auprès du Crédit Agri­cole. Quid des dettes sociales, fis­cales ou autres ? Nul ne le sait vrai­ment en-dehors de l’intéressé et peut-être de son ban­quier. Ces dettes pour­raient représen­ter plusieurs dizaines de mil­lions d’euros.

Grat­tant un peu, un archiviste con­scien­cieux s’apercevra que Arnaud Lagardère a deux autres hold­ings per­son­nelles qui elles non plus ne déposent pas leurs comptes et dont l’endettement (?) pour­rait s’étager de zéro à plusieurs dizaines de mil­lions d’euros.

Un peu d’immobilier peut-être ?

Vous vous direz qu’à ce niveau de for­tune on a un gen­til parc immo­bili­er. Oui da, une superbe pro­priété aux États-Unis achetée 20M$… à crédit en 2008 grâce à un prêt de BNP Paribas, prêt garan­ti …par cau­tion per­son­nelle de l’heureux pro­prié­taire. Référez-vous au début de cet arti­cle. Vous avez com­pris qu’on tourne en rond. Il y a quelques act­ifs immo­biliers en sus : un hôtel par­ti­c­uli­er dans la très chic Vil­la Mont­moren­cy à Paris, un domaine à Ram­bouil­let, sans doute d’autres petites choses.

Au bout du bout, les act­ifs sont ils suff­isants pour garan­tir le pas­sif ? Seuls Arnaud, son ban­quier (?) et les dieux le savent. Amber Cap­i­tal aimerait bien savoir, les qataris aus­si, peut-être pour­rons-nous le deman­der à Nico­las Sarkozy s’il est mis dans la confidence ?

NB : Mon­sieur Ramzi Khi­roun, porte-parole du groupe Lagardère, a porté plainte con­tre Claude Chol­let, directeur de la pub­li­ca­tion de l’Ojim pour « injures publiques ». Cette plainte n’influence en rien les arti­cles que nous con­sacrons au groupe Lagardère, pro­prié­taire de médias (Paris Match, JDD, Europe1). Voir notre arti­cle sur la plainte de M Ramzi Khiroun.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.