Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Arnaud Lagardère a‑t-il encore des sous ?

14 mars 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Arnaud Lagardère a‑t-il encore des sous ?

Arnaud Lagardère a‑t-il encore des sous ?

Nous ne sommes pas trop soucieux pour le train de vie d’Arnaud Lagardère, même en cette époque de coronavirus il devrait pouvoir manger à sa faim. Mais d’autres s’inquiètent sur son endettement : son banquier le Crédit Agricole, les autres actionnaires de son groupe et en priorité le fond américain Amber Capital, et qui sait les qataris premiers actionnaires ? Une bonne raison pour faire venir en renfort Nicolas Sarkozy à son conseil de surveillance. Quelques chiffres glanés auprès de La Lettre A du 12 mars 2020 dans un dossier d’où émane une obscure clarté.

La balance actif/passif

Pour une entre­prise comme pour un par­ti­c­uli­er, sa sit­u­a­tion finan­cière s’évalue en met­tant en regard l’actif et le pas­sif. Les act­ifs : liq­uid­ités, parts de sociétés (les 7,33% du groupe Lagardère dans notre cas de fig­ure), immo­bili­er, œuvres d’art etc. Le pas­sif : l’endettement privé ou pub­lic. Si le pas­sif dépasse les act­ifs, dan­ger : la banque (ou l’État) peut exiger un rem­bourse­ment et saisir après une procé­dure judi­ci­aire cer­tains act­ifs : parts de société, apparte­ments, ter­rains, maisons etc.

Arnaud vrai riche ou futur pauvre ?

Arnaud Lagardère pos­sède 7,33% des actions de son groupe, ce qui lui per­met de le con­trôler via le sys­tème de la com­man­dite. Suiv­ant les éval­u­a­tions, cette par­tic­i­pa­tion peut val­oir de 120M€ (cours de bourse au 7 mars 2020) à plus de 150M€ si un acheteur veut obtenir le con­trôle de la société.

LCM, la hold­ing per­son­nelle d’Arnaud Lagardère ne pub­lie plus de comptes depuis 2009, mais quelques infor­ma­tions ont été don­nées au Point du 15 jan­vi­er 2020 éval­u­ant les dettes de LCM fin 2018 à 164M€, un qua­si équili­bre actif/passif à ce niveau.

Y a‑t-il des dettes cachées ?

Dans le domaine financier les dieux se cachent dans les détails. Ces 164M€ représen­tent la dette ban­caire auprès du Crédit Agri­cole. Quid des dettes sociales, fis­cales ou autres ? Nul ne le sait vrai­ment en-dehors de l’intéressé et peut-être de son ban­quier. Ces dettes pour­raient représen­ter plusieurs dizaines de mil­lions d’euros.

Grat­tant un peu, un archiviste con­scien­cieux s’apercevra que Arnaud Lagardère a deux autres hold­ings per­son­nelles qui elles non plus ne déposent pas leurs comptes et dont l’endettement (?) pour­rait s’étager de zéro à plusieurs dizaines de mil­lions d’euros.

Un peu d’immobilier peut-être ?

Vous vous direz qu’à ce niveau de for­tune on a un gen­til parc immo­bili­er. Oui da, une superbe pro­priété aux États-Unis achetée 20M$… à crédit en 2008 grâce à un prêt de BNP Paribas, prêt garan­ti …par cau­tion per­son­nelle de l’heureux pro­prié­taire. Référez-vous au début de cet arti­cle. Vous avez com­pris qu’on tourne en rond. Il y a quelques act­ifs immo­biliers en sus : un hôtel par­ti­c­uli­er dans la très chic Vil­la Mont­moren­cy à Paris, un domaine à Ram­bouil­let, sans doute d’autres petites choses.

Au bout du bout, les act­ifs sont ils suff­isants pour garan­tir le pas­sif ? Seuls Arnaud, son ban­quier (?) et les dieux le savent. Amber Cap­i­tal aimerait bien savoir, les qataris aus­si, peut-être pour­rons-nous le deman­der à Nico­las Sarkozy s’il est mis dans la con­fi­dence ?

NB : Mon­sieur Ramzi Khi­roun, porte-parole du groupe Lagardère, a porté plainte con­tre Claude Chol­let, directeur de la pub­li­ca­tion de l’Ojim pour « injures publiques ». Cette plainte n’influence en rien les arti­cles que nous con­sacrons au groupe Lagardère, pro­prié­taire de médias (Paris Match, JDD, Europe1). Voir notre arti­cle sur la plainte de M Ramzi Khi­roun.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.