Accueil | Actualités | Médias | 17 départs au Nouvel Obs suite au rachat par le trio BNP

17 départs au Nouvel Obs suite au rachat par le trio BNP

Annoncé depuis plusieurs semaines, le rachat du Nouvel Observateur par le trio Bergé-Niel-Pigasse est effectif depuis mercredi 11 juin 2014.

L'Autorité de la concurrence avait donné son accord à ce rachat de 65 % du magazine la semaine dernière. Le trio BNP, déjà actionnaire du Monde, a ainsi déboursé 13,8 millions d'euros pour l'opération. Une bouchée de pain pour le trio de milliardaires. 33,5 % resteront entre les mains du fondateur Claude Perdriel, qui entend ainsi conserver une minorité de blocage.

Selon Les Échos, 17 personnes (sur 170) sont déjà candidates au départ parmi les salariés. En effet, comme après tout changement de propriétaire, une clause de cession est ouverte pour les journalistes. Celle-ci leur permet de quitter la rédaction avec de bonnes indemnités s'ils ne se reconnaissent pas de ce changement.

« Premier news magazine français, avec près de 500.000 exemplaires vendus par semaine, « Le Nouvel Observateur » et ses filiales, dont le site Rue89, est aussi un gouffre financier : il a perdu 9,8 millions d’euros en 2013 », rappellent Les Échos.

Voir notre portrait de Claude Perdriel ainsi que nos infographies du groupe Le Monde, de Xavier Niel, Pierre Bergé et Matthieu Pigasse.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux