Zemmour, une certaine idée du journalisme à la française

Zemmour, une certaine idée du journalisme à la française

Zemmour, une certaine idée du journalisme à la française

Télécharger en PDF

Quoi qu’on en pense, avec Éric Zemmour, on sait Qui parle et d’Où. Ses convictions ne sont un secret pour personne, contrairement à la très large majorité de la profession qui parvient à les faire passer plus sournoisement, sous couvert d’objectivité.

Le bagage intellectuel et littéraire de Zemmour rappelle ce journalisme d’un autre âge, cultivé et au fait de l’histoire de son pays, aujourd’hui disparu. Ainsi l’écrivain fait-il encore partie – pour comment de temps ? – des rares dinosaures d’une profession en perdition.

Aussi, dans un entretien accordé le 23 mars dernier au Figaro Magazine, Éric Zemmour confiait écrire ses chroniques radio « avec beaucoup de soin. C’est un exemple de ce qui incarne à mon sens l’idée du journalisme à la française. Un mélange de littérature, de politique et de journalisme. Ainsi le « Bloc-notes » de François Mauriac est mon nirvana. J’essaie de faire perdurer cette tradition. »

Mais est-il un journaliste à proprement parler ? Dans un récent entretien au Nouvel Observateur, il confie : « J’utilise les techniques journalistiques pour défendre mes idées. À la télé, vous remarquerez d’ailleurs que je ne pose pas de questions. Je débats. » Il reconnaît également utiliser « la télévision comme un vecteur de diffusion de mes convictions et de mes idées. Et c’est d’ailleurs pour ça que j’ai perdu mon poste chez Ruquier. »

Alors, il est vrai, le définir reste difficile. Journaliste ? Écrivain ? Chroniqueur ? Quoi qu’il en soit, il incarne cette « idée du journalisme à la française » qui se perd en ces temps de consommation de masse de l’information. Dans un milieu de plus en plus abêti et idéologisé par la gauche et la bien-pensance, sa présence reste un souffle d’air frais. Un air venu du passé…

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook