A la une
Quand les médias n'affichent pas la source des rapports...

Quand les médias n’affichent pas la source des rapports…

Télécharger en PDF

Une information qui affole la presse ces jours-ci : la contrefaçon de médicaments devient très inquiétante, selon les conclusions d’un rapport de l’IRACM (Institute for Research against Counterfeit Medicine (Institut de Recherche contre les médicaments contrefaits) paru le 25 septembre dernier.

Mais en France, les cas de dégâts, avérés et cités dans ce rapport, ont été causés par des médicaments vendus sur internet ou dans des pharmacies illégales, et seuls quarante de ces cas ont été transmis à l’Afssaps de 2001 à 2008 ! Nous ne sommes donc pas devant un cas de santé publique préoccupant. Pourquoi les médias ont-ils autant relayé l’information ?

Prenons l’exemple du Monde qui dans son édition du 26 septembre, développe la question de l’activité lucrative de ces contrefaçons. L’article commence par le récit de la découverte de boites contrefaites d’Aspégic, la « célèbre marque d’aspirine du laboratoire français Sanofi » avant d’enchaîner sur le rapport de l’IRACM qui pointe les bénéfices financiers énormes de ceux qui vendent de faux médicaments…

Le sujet serait-il le manque à gagner financier des laboratoires pharmaceutiques, plutôt que les problèmes de santé causé par ces médicaments ? Car la presse a soigneusement tu (ou n’a pas cherché ?) cette information : c’est le laboratoire pharmaceutique Sanofi qui a fondé l’IRACM en octobre 2010

Voir aussi : Des médias tunisiens reprennent
une fausse info du Gorafi

Crédit photo : capture d’écran site iracm.com

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook