Accueil | Actualités | Médias | Des médias tunisiens reprennent une fausse info du Gorafi
Pub­lié le 13 juin 2013 | Éti­quettes : , ,

Des médias tunisiens reprennent une fausse info du Gorafi

Lundi 10 juin, Le Gorafi, journal parodique publiant quotidiennement de fausses informations tordantes, publiait l’incroyable histoire d’un candidat à l’émission « Fort Boyard » « oublié dans la cellule d’une épreuve » et « retrouvé 7 ans plus tard ».

Il s’agissait évidemment d’une farce, comme tout le reste du contenu du Gorafi, anagramme du Figaro. Cependant, un média tunisien, Assabah.news, a mordu à l’hameçon. Dans sa quête de buzz, celui-ci a publié un papier reprenant celui du journal satirique… en le prenant au mot. D’autres médias en ligne tunisiens, dont El Kasbah News qui a depuis retiré l’article, ont repris leur confrère, suivis par les blogs et réseaux sociaux du pays.

L’article était pourtant un brin dans l’excès… « Les murs très épais du site vont contenir les appels à l’aide de Aymeric. Le jeune homme va survivre miraculeusement en se nourrissant d’araignées, de souris, de rats et de racines », écrit par exemple le Gorafi. Mais ceci n’aura visiblement pas suffit à mettre la puce à l’oreille aux journalistes tunisiens, trop soucieux de publier rapidement une information choc.

Dessin : © Milady de Winter pour l'Ojim

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This