Élection de Trump : les médias polonais entre hystérie et compréhension
Myriam Encaoua reconnaît sur i>Télé que les médias « brouillent » le message du FN

Myriam Encaoua reconnaît sur i>Télé que les médias « brouillent » le message du FN

Télécharger en PDF

Invité le 5 janvier 2017 de la matinale info d’i>Télé, Gilbert Collard était interrogé par la journaliste Myriam Encaoua sur une série de sujets d’actualité.

Après avoir évoqué les deux ans de l’attaque de Charlie Hebdo, celle-ci interroge le député Rassemblement Bleu Marine du Gard sur la campagne de Marine Le Pen, une campagne qui semble se préparer « sans les journalistes ». « Elle se fait beaucoup sur les réseaux sociaux cette campagne, sans filtre », a-t-elle lancé.

Et le membre du Bureau politique du Front National de rétorquer : « Oui, on a envie d’avoir un contact direct avec le peuple, on n’a pas besoin de vous. » De quoi visiblement agacer certains journalistes, à l’image de M. Encaoua, qui n’a d’ailleurs pas manqué de souligner que lorsque le FN s’exprime directement sur les réseaux sociaux, il « passe un message qui ne peut pas être directement brouillé ou critiqué par l’intermédiaire d’un journaliste »…

« Parce que vous brouillez les messages ? Vous vous rendez compte de l’aveu que vous venez de faire là ? », lui fait remarquer un Gilbert Collard plutôt satisfait de ce lapsus. Car c’en est bien un. Très actif sur les réseaux sociaux, et y rencontrant un succès croissant, le Front National semble bien décidé à exploiter ce nouveau canal d’influence en se passant de la déformation des médias.

« Voilà pourquoi on a besoin des réseaux sociaux, a-t-il poursuivi. Parce qu’on a besoin d’avoir affaire à une communication qui ne peut pas être brouillée ni biaisée, ce qui n’est pas le cas de tous les journalistes. » Et celui-ci de conclure en remarquant que, malgré tout, « très souvent il y a une tendance confortable à défigurer ce qu’on dit, parce que ça fait bien, comme ça on va au paradis médiatique ».

Nul doute que le lancement de la campagne pour l’élection présidentielle nous apportera toutes les réponses nécessaires au sujet de ce « filtre » de plus en plus visible.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook