Franz-Olivier Giesbert

FOG veut-il la peau de Jean-François Copé ?

Télécharger en PDF

Dans son édition de ce jeudi 27 février, Le Point accuse Jean-François Copé d’avoir « sponsorisé avec l’argent de l’UMP » la société Bygmalion fondée par deux de ses proches, Bastien Millot et Guy Alves.

L’hebdomadaire fait part d’une étrange générosité du président de l’UMP envers cette agence de communication, qui aurait « profité de la période faste de la présidentielle pour charger la mule sur certaines prestations facturées à l’UMP hors appel d’offres ». Et Le Point de mettre en avant l’état précaire des comptes de l’UMP, qui a dû faire appel à des dons de sympathisants pour éponger le trou de 11 millions d’euros laissé suite à l’invalidation des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy, avant de rappeler qu’en parallèle, les comptes de Bygmalion affichent une « santé florissante ».

Invité à s’exprimer sur le sujet le jour-même sur I-Télé, Jean-François Copé a dénoncé « un coup monté de manière absolument ignoble » auquel il a décidé de répondre par « la voix des tribunaux ». « C’est extrêmement grave, c’est un tissu de mensonges et tout ça donnera lieu à une réponse devant les tribunaux », a expliqué le président de l’UMP, gravement mis en cause pour favoritisme.

Mais outre cette indignation prévisible, Copé estime que cette affaire ne sort pas de nulle part… « Il y a derrière ça un homme, Franz-Olivier Giesbert, qui depuis des mois et des mois, nous attaque Nicolas Sarkozy comme moi-même, pour nous détruire », avance-t-il. Et de prévenir : « On va y répondre. »

De son côté, Bastien Millot, l’un des deux fondateurs de Bygmalion, a également répondu à ces attaques dans « Le Grand Direct des médias » sur Europe 1. Pour la défense de Bygmalion, celui-ci souligne que la société ne collabore « pas qu’avec des personnes de droite, il y en a aussi de gauche, ou du centre ».

À propos de l’auteur de l’article, Millot explique : « J’ai rencontré le journaliste qui a rédigé ce papier, et comme il l’a dit, « On nous a demandé un papier ». « On », veut donc dire la direction du Point. » Et la direction du Point mène, bien qu’il ne soit plus officiellement en fonction, à Franz-Olivier Giesbert. Dans la foulée, M. Millot estime que « la volonté de taper, et d’avoir un scoop, a pris le pas sur la volonté de faire un papier transparent » et ajoute que Bygmalion est « une vraie entreprise, avec des salariés » qui « n’est absolument pas une filiale de l’UMP. C’est honteux d’affirmer cela, surtout pour ceux qui y travaillent! » Celui-ci se laisse le temps de réfléchir à d’éventuelles suites judicaires après la consultation de son avocat.

Nous rappelons enfin à nos lecteurs que Bygmalion, la société de Bastien Millot, est également en cause pour des contrats douteux passés, selon Le Canard Enchaîné, avec France Télévisions. Selon le Canard, Bygmalion aurait « décroché 22 missions, moyennant 1,2 millions d’euros » avec le groupe public entre 2008 et 2013. Bémol : Martin Ajdari, l’actuel secrétaire général de France Télévisions qui a été entendu le 13 novembre et le 6 décembre 2013 par le juge Van Ruymbeke, n’aurait pas « trouvé trace de mise en concurrence » pour ces contrats.

Lire notre portrait de Franz-Olivier Giesbert, prince mondain de la connivence tranquille

Crédit photo : Thesupermat via Wikimédia (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook