Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Vu d’ailleurs : quand la presse américaine apprécie Prague

4 janvier 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Vu d’ailleurs : quand la presse américaine apprécie Prague

Vu d’ailleurs : quand la presse américaine apprécie Prague

En Europe de l’Ouest, celle de Merkel et Macron (moins le Royaume-uni en cours de départ), il est de bon ton de dénigrer dans tous les médias convenus, les pays du groupe de Visegrad. Ils seraient comme par essence « d’extrême droite », autrement dit ils ne correspondent pas aux idéaux du centre mou de droite et de gauche européiste style Macron.

Ces pays sont la République tchèque, la Hon­grie, la Pologne et la Slo­vaquie. Ils sont mem­bres de l’Union Européenne et de l’OTAN, et regroupent à eux qua­tre 64 mil­lions d’habitants, soit 13 % de la pop­u­la­tion de l’UE. Ce n’est pas anodin. Pour­tant, les médias français en par­lent peu, du moins jamais en bien, au point qu’il peut paraître à un obser­va­teur des médias que jamais, mais alors vrai­ment jamais rien dans aucun de ces pays n’est posi­tif (au sens don­né au mot « posi­tif » à l’Ouest de l’UE). Bien sûr, ils revi­en­nent un peu sur le devant de la scène médi­a­tique au moment des élec­tions et nos médias évo­quent la manière dont les qua­tre de Viseg­rad se dis­tinguent de nous con­cer­nant l’immigration, l’avortement, le mariage gay ou les poli­tiques pro-famille. En France ces sujets font tache : ils sont « étab­lis » comme des droits naturels de l’homme et toute dis­cus­sion de l’un d’entre eux trans­forme celui qui oserait en par­ler en nazil­lon de bas étage.

Le monde n’est pas la France, et dans la presse étrangère tout le monde ne pense pas comme les médias français. Arrê­tons-nous un instant, pour com­mencer cette année 2020 dans la bonne humeur, sur le regard porté par le mag­a­zine (légère­ment) con­ser­va­teur améri­cain Chron­i­cles Mag­a­zine: A Mag­a­zine of Amer­i­can Cul­ture, le 23 décem­bre 2019 (“Let­ter from Prague: The Dis­creet Charm of Mono­cul­tur­al­ism”), au sujet de l’un des pays du groupe de Viseg­rad.

Il s’agit de la République tchèque, en par­ti­c­uli­er de cette superbe ville de Prague.

Que pense-t-on de Prague dans ce court arti­cle signé de Srd­ja Trifkovic ?

  • Beauté, richesse cul­turelle, gas­tronomie, une ville d’un mil­lion d’habitants restant cepen­dant à taille humaine. Une ville agréable.
  • Un sen­ti­ment de bien-être qui vaut pour toute la République tchèque. Dix mil­lions d’habitants, une cer­taine prospérité, un monde rur­al assez banal : « tout est sim­ple­ment agréable », rien n’est mag­nifique, sauf Prague.
  • Les Tchèques sont prag­ma­tiques, ils ont sou­vent subi la grande His­toire (prox­im­ité des ottomans, empire d’Autriche-Hongrie, nazisme, com­mu­nisme…). Ils se sont bien soulevés con­tre le nazisme mais c’était « le 5 mai 1945, une semaine après le sui­cide de Hitler ». Puis, après-guerre, l’armée rouge les a oblig­és à pouss­er dehors les habi­tants de langue alle­mande, ceux des Sudètes. Les Tchèques ont tou­jours des élus com­mu­nistes à l’Assemblée, pas­sage obligé pour bâtir des coali­tions.
  • La « révo­lu­tion de velours » de 1989 est une révo­lu­tion sans… révo­lu­tion : « un régime en fail­lite a sim­ple­ment aban­don­né la par­tie, sans scènes de théâtre à la Ceauces­cu ni laides exé­cu­tions ».  

Mais alors ? Pourquoi lire un arti­cle sur la République tchèque et surtout Prague dans un mag­a­zine mod­éré­ment con­ser­va­teur améri­cain ? Parce que le pays est sta­ble, plutôt prospère, que ses cerveaux ne le fuient pas, que ses finances sont saines.

Mais… Et c’est ce point qui est essen­tiel : « Les rues de Prague sont sûres, ce qui sig­ni­fie qu’il n’y a pas de musul­mans. Comme les autres pays du groupe de Viseg­rad, la République tchèque refuse de s’autodétruire, ce dont il faut la louer, au con­traire de ce que recom­mande la bureau­cratie de Brux­elles ».

Par­fois, regarder notre monde vu d’ailleurs, avec un peu de presse hon­nête, donne un étrange sen­ti­ment. De récon­fort ?

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision