Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Virage à droite d’Emmanuel Macron : une opération d’enfumage reçue 5 sur 5 dans les médias

14 février 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Virage à droite d’Emmanuel Macron : une opération d’enfumage reçue 5 sur 5 dans les médias

Virage à droite d’Emmanuel Macron : une opération d’enfumage reçue 5 sur 5 dans les médias

La tactique politicienne guide parfois les décisions politiques. Le Président Macron ayant perdu une partie de ses soutiens à gauche avec la réforme des retraites, il fait savoir dans les médias qu’il effectue un « virage à droite ». Alors que certains faits contredisent cette inflexion, quelques médias de grand chemin relaient sans recul cette opération de communication.

Le virage à droite

Dès le mois d’avril 2019, plusieurs médias nous infor­maient du « virage à droite » du Prési­dent de la République au sujet de l’immigration. France 24, France Info, Libéra­tion, etc. relayaient la volon­té d’Emmanuel Macron de débat­tre de quo­tas d’immigration au Par­lement et de pren­dre à bras de le corps la struc­tura­tion de l’islam de France pour lut­ter con­tre le com­mu­nau­tarisme.

Les élec­tions munic­i­pales approchant, après avoir don­né en sep­tem­bre une inter­view à Valeurs actuelles, l’envoi de « cartes postales » à l’électorat de droite se renou­velle.

Le Parisien nous informe le 10 févri­er qu’« Emmanuel Macron vire sur l’aile droite en vue de 2022 ». « Si je suis bat­tu par Marine Le Pen, ce sera sur le ter­rain du régalien », aurait « souf­flé » Emmanuel Macron. Même con­stat pour Médi­a­part, qui émet cepen­dant dès le titre une réserve : « Face à l’extrême droite, Macron rejoue la par­tie per­dante de Sarkozy ».

L’argumentaire des deux médias est sen­si­ble­ment le même : face à Marine Le Pen, E. Macron veut appa­raître comme un Prési­dent act­if dans le domaine régalien, et pren­dre des déci­sions en matière d’immigration, de lutte con­tre la délin­quance et l’islamisme. Le Parisien et Médi­a­part soulig­nent néan­moins le risque que les électeurs préfèrent l’original (le Rassem­ble­ment nation­al) à la copie (LREM).

Si les jour­nal­istes émet­tent quelques cri­tiques vis-à-vis de l’inflexion du Prési­dent Macron, ils sont muets sur l’énorme décalage entre un éventuel posi­tion­nement plus à droite du Prési­dent de la République et la réal­ité. Sur les trois sujets dont Macron pré­tend s’emparer depuis plusieurs mois, l’immigration, l’insécurité et l’islamisme, non seule­ment la sit­u­a­tion est mau­vaise, mais elle se dégrade depuis le début de son man­dat. C’est en glanant les infor­ma­tions ici ou là qu’on le con­state. Pas en lisant Le Parisien ni Médi­a­part.

L’immigration

L’OJIM a souligné récem­ment l’extrême banal­i­sa­tion dans les médias de grand chemin de la hausse con­sid­érable de l’immigration depuis le début du man­dat d’E. Macron. Tous les chiffres sont en forte pro­gres­sion : pre­miers titres de séjour délivrés, deman­deurs d’asile, mineurs étrangers, c’est plus de 400 000 extra-européens qui sont arrivés « légale­ment » rien qu’en 2019. Aucun média de grand chemin n’est là pour soulign­er que même l’annonce de quo­tas d’immigration en début d’année 2019, qui ne con­cern­eraient pour­tant qu’une infime par­tie des flux migra­toires, est restée let­tre morte.

L’insécurité

Les chiffres de la délin­quance ont été très mau­vais en 2019, comme nous l’apprend le Point en début d’année. Et l’année 2020 com­mence très mal : « L’année 2020 démarre par une explo­sion de vio­lence » selon le Figaro le 9 févri­er. Homi­cides, coups et blessures volon­taires sont en forte hausse. Alors que les affaires de pédophilie dans le clergé catholique et le milieu sportif et les infan­ti­cides font les titres des médias de grand chemin, aucun ne cherche à recouper nationale­ment les infor­ma­tions sur d’autres phénomènes d’une toute autre ampleur.

Par­mi ceux-ci, la délin­quance en bande de mineurs étrangers, qui essai­ment dans de nom­breuses villes. A Nan­cy, ce sont selon 20 min­utes des vols de porta­bles avec vio­lence qui sont com­mis par des « mineurs non accom­pa­g­nés » (traduire : de jeunes clan­des­tins). A Nantes selon Ouest France comme ailleurs, les inter­pel­la­tions des jeunes délin­quants ne sont pas suiv­ies d’effet. C’est un peu partout en France des phar­ma­cies qui sont cam­bri­olées par des mineurs étrangers selon la presse locale. Mêmes phénomènes de délin­quance de jeunes étrangers à Paris selon l’Obs, en Gironde selon France 3, à Mont­pel­li­er où les mineurs sont finale­ment majeurs selon Actu.fr, etc. Le Préfet de Police de Paris évoque sur Pub­lic Sénat une « vio­lence inquis­i­tive, de voie publique, par­ti­c­ulière­ment sig­ni­fica­tive ». Il par­le sur la chaine par­lemen­taire d’« une réelle spé­ci­ficité à Paris » et se garde bien d’évoquer un phénomène nation­al. Aucun média ne cou­vre nationale­ment les infor­ma­tions épars­es sur ces ban­des de jeunes délin­quants étrangers qui sem­blent opér­er leurs méfaits dans une qua­si impunité, au point d’en faire un phénomène de société en pleine expan­sion mais à très bas bruit médi­a­tique.

L’islamisme

Le Prési­dent Macron a annon­cé son inten­tion de s’appuyer sur le Con­seil français du culte musul­man (CFCM) pour lut­ter con­tre le com­mu­nau­tarisme. Le choix du Prési­dent est-il judi­cieux ? Bien peu de doutes tra­versent les médias de grand chemin à ce sujet. Ceux qui dénon­cent l’emprise des frères musul­mans sur cette organ­i­sa­tion ont bien du mal à se faire enten­dre. Valeurs actuelles par­le d’un Prési­dent qui est « à côté de la plaque » en s’appuyant sur le CFCM, une organ­i­sa­tion qui « souf­fre d’un sérieux prob­lème de crédi­bil­ité ». Les lanceurs d’alerte s’appuient sur les réseaux soci­aux, qui présen­tent néan­moins l’inconvénient de tourn­er en boucle dans des cer­cles de con­va­in­cus. Le jour­nal­iste Yves Mamou rap­pelle sur Face­book que « c’est Abdal­lah Zekri émi­nent représen­tant du CFCM qui, à pro­pos de Mila, a lâché (en sub­stance), bien fait pour sa gueule, cette pouffe n’avait qu’à la fer­mer au lieu d’insulter l’islam ». Et de con­clure : « on souhaite bien des résul­tats à Macron ». C’est L’Observatoire de l’islamisation qui recense des posi­tions inquié­tantes du CFCM, qui font douter sur la con­duite à son terme d’une réforme effi­cace. Des doutes qui n’effleurent pas les médias de grand chemin.

On pour­rait objecter que sur tous ces sujets impor­tants – islamisme, immi­gra­tion, délin­quance — les médias veu­lent laiss­er à E. Macron le temps d’agir et d’obtenir des résul­tats. Les trois dernières années indiquent que le Prési­dent de la République pra­tique une pro­fonde pro­cras­ti­na­tion : il annonce à inter­valles réguliers des mesures qu’il repousse sans cesse : ain­si de la lutte con­tre l’islamisme annon­cée en avril 2019 selon le JJD, ain­si de l’immigration en jan­vi­er 2019, tou­jours selon le JDD. C’est donc sans sur­prise que l’on recevra la prochaine « carte postale » d’E. Macron adressée aux électeurs sur ces thèmes, une carte postale qui ressem­ble de plus en plus à un joli self­ie dénué de sens et surtout de suites tan­gi­bles. Atten­dons une véri­ta­ble enquête médi­a­tique sur le sujet.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.