Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Violences contre la Police en banlieue : des informations localo-locales

13 juin 2017

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Violences contre la Police en banlieue : des informations localo-locales

Violences contre la Police en banlieue : des informations localo-locales

À lire la presse nationale, les violences impliquant la Police ont un retentissement surtout quand les faits sont spectaculaires : camionnette de police incendiée à Viry-Châtillon le 8 octobre, policier agressé le 6 juin près de Notre Dame à Paris.

Lorsque des policiers sont mis en accu­sa­tion lors d’interpellations (affaire Théo, affaire Adama Tra­oré, etc.), l’audience don­née à ces événe­ments est sou­vent nationale. Ain­si, les vio­lences pré­sumées d’un polici­er aux Lilas (Seine-Saint-Denis) dans la nuit du ven­dre­di 26 au same­di 27 mai ont fait l’objet d’une large cou­ver­ture médi­a­tique. Les prin­ci­paux titres nationaux, France Info, BFMTV, L’Obs, Mar­i­anne, France Soir, L’Express, etc. con­sacrent des arti­cles à cet événe­ment.

Dans la presse quo­ti­di­enne régionale, les infor­ma­tions sur les agres­sions en ban­lieue con­tre des fonc­tion­naires de police sont fréquentes. Elles sont apparem­ment banal­isées à un point tel qu’elles n’arrivent plus à pass­er la fron­tière du périphérique pour attein­dre les rédac­tions parisi­ennes.

Revue de presse de ces faits divers en ban­lieue relatés dans les pages locales du Parisien, du 12 mai au 11 juin 2017, et dont on cherche en vain la trace dans des médias nationaux.

Seine-et-Marne

Le 12 mai, « deux policiers (sont) blessés lors d’une inter­pel­la­tion à Champs-sur-Marne ».
À Coulom­miers, le 24 mai, un indi­vidu con­trôlé sans tick­et de bus « insulte et frappe deux policiers ».
Le 25 mai, « qua­tre policiers (sont) blessés lors d’une inter­pel­la­tion houleuse » à Melun.
Le 26 mai, ce sont « deux policiers munic­i­paux blessés dans un guet-apens » à Meaux.
Le 2 juin, Le Parisien nous informe qu’un délin­quant a été con­damné à « un an de prison pour avoir trainé un polici­er à Mon­tereau ».
En Seine-et-Marne, le 10 juin, « les policiers sont pris à par­tie aux Méz­ereaux » (Melun).

Seine-Saint-Denis

Le 5 juin, un indi­vidu est con­damné à « six mois avec sur­sis pour avoir insulté la Police ».
Le 8 juin, le Parisien relate des « jets de morti­er sur le com­mis­sari­at » à Clichy-sous-Bois.
Le 9 juin, à Clichy-sous-Bois, c’est « le chauf­fard (qui) fonce sur le polici­er à moto ».

Val-de-Marne

Le 18 mai, « les policiers (sont) pris à par­tie aux Hautes Noues » à Vil­liers.
À Nogent-sur-Marne, un indi­vidu « dépres­sif, (il) braque les policiers » le 25 mai.
À Vit­ry, on con­state « 2 cock­tails Molo­tov en deux jours dans le com­mis­sari­at » le 29 mai.
À Vit­ry sur Seine le 1er juin, « Une nuit sous haute ten­sion après une inter­pel­la­tion » : « Des policiers blessés, cinq inter­pel­la­tions, un rassem­ble­ment d’une cinquan­taine de per­son­nes devant le com­mis­sari­at qui a dû fer­mer tem­po­raire­ment, des incendies à répéti­tion jusqu’à 3 heures du matin ».
Le 5 juin, « la police (est) cail­lassée cité Bar­busse à Ville­juif ».

Essonne

Le 15 mai, aux Ulis, « le com­mis­sari­at (est) une nou­velle fois cail­lassé ».
Le 24 mai, une « nou­velle attaque aux pavés sur une patrouille à Cor­beil Essonne ».
Le 27 mai, « une patrouille Sen­tinelle (est) attaquée et cail­lassée à Cor­beil ».
Le 8 juin, con­cer­nant l’ « attaque au cock­tail Molo­tov à Viry Chatil­lon : huit mois plus tard, les meneurs iden­ti­fiés ».
Le 10 juin à Grigny, « le con­trôle d’identité tourne à la rixe, un véhicule de police dégradé ».

Yvelines

Le 20 mai, à Mau­re­court, « un polici­er (est) blessé après une course pour­suite ».
Le 24 mai, « le tour­nage du clip de rap tourne à l’affrontement avec la Police » à Vél­izy.
Le 27 mai, à Con­flans-Sainte-Hon­orine, « il fonce sur le por­tail du com­mis­sari­at ». Le même jour, à Mantes le Jolie et à Chanteloup, « les policiers (sont) pris pour cible en plein après-midi ».
Le 31 mai, à Chanteloup, aux Mureaux et à Guyan­court, « les policiers (sont) pris pour cible » : « Les forces de l’ordre ont été la cible de jets de pro­jec­tiles dans plusieurs com­munes des Yve­lines, dans la soirée de lun­di ».
Le 1er juin, « un homme (est) inter­pel­lé pour vio­lence con­tre un polici­er » à Con­flans-Sainte-Hon­orine.
Le 2 juin, à Chanteloup et Mantes la Jolie, « les policiers (sont) encore pris pour cible ».
Le 3 juin, à la Ver­rière, « des policiers (sont) visés par des pro­jec­tiles après l’interpellation ».
Le 7 juin, à Bois‑d’Arcy, « le con­joint vio­lent gifle un polici­er ». Le même jour, à Trappes, « attroupe­ment con­tre l’enlèvement d’une voiture sus­pecte » : « Les forces de l’ordre ont eu recours au flash-ball pour dis­pers­er le groupe et quit­ter les lieux ».

Hauts-de-Seine et Val‑d’Oise

Éton­nam­ment, aucune vio­lence con­tre des policiers n’apparait pour cette péri­ode dans les pages locales du Parisien con­sacrées aux Hauts-de-Seine et au Val‑d’Oise. Ces départe­ments béné­ficieraient-ils d’un cli­mat social par­ti­c­uli­er ? Aucune agres­sion con­tre des policiers n’aurait eu lieu durant le mois écoulé ? Les ser­vices de com­mu­ni­ca­tion des forces de l’ordre dans ces départe­ments ne com­mu­niquent-ils pas à ce sujet à la presse ? Le mys­tère reste entier. ..

La banal­i­sa­tion de la vio­lence con­tre les policiers se véri­fie aus­si dans les chiffres : la chaine LCI révélait en octo­bre 2016 que, selon l’Ob­ser­va­toire nation­al de la délin­quance et des répons­es pénales, « le nom­bre de policiers et gen­darmes blessés dans leurs mis­sions avait mas­sive­ment aug­men­té entre 2010 et 2015. « En 2010, ils étaient 1408 à avoir subi une agres­sion physique, con­tre 1807 en 2015 ».

Éton­nam­ment, la presse nationale ignore large­ment ces agres­sions, si ce n’est pour en com­mu­ni­quer les sta­tis­tiques. La place don­née dans les médias aux faits de vio­lence con­tre les policiers passe par le choix des jour­nal­istes. Elle par­ticipe du niveau d’acceptation du corps social de faits graves à l’encontre d’agents chargés du main­tien de l’ordre et de la pro­tec­tion de la pop­u­la­tion. L’acceptation de l’anormal, en quelque sorte.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.