Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Violences contre la Police en banlieue : des informations localo-locales

13 juin 2017

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Violences contre la Police en banlieue : des informations localo-locales

Violences contre la Police en banlieue : des informations localo-locales

À lire la presse nationale, les violences impliquant la Police ont un retentissement surtout quand les faits sont spectaculaires : camionnette de police incendiée à Viry-Châtillon le 8 octobre, policier agressé le 6 juin près de Notre Dame à Paris.

Lorsque des policiers sont mis en accu­sa­tion lors d’interpellations (affaire Théo, affaire Adama Tra­oré, etc.), l’audience don­née à ces événe­ments est sou­vent nationale. Ain­si, les vio­lences pré­sumées d’un polici­er aux Lilas (Seine-Saint-Denis) dans la nuit du ven­dre­di 26 au same­di 27 mai ont fait l’objet d’une large cou­ver­ture médi­a­tique. Les prin­ci­paux titres nationaux, France Info, BFMTV, L’Obs, Mar­i­anne, France Soir, L’Express, etc. con­sacrent des arti­cles à cet événe­ment.

Dans la presse quo­ti­di­enne régionale, les infor­ma­tions sur les agres­sions en ban­lieue con­tre des fonc­tion­naires de police sont fréquentes. Elles sont apparem­ment banal­isées à un point tel qu’elles n’arrivent plus à pass­er la fron­tière du périphérique pour attein­dre les rédac­tions parisi­ennes.

Revue de presse de ces faits divers en ban­lieue relatés dans les pages locales du Parisien, du 12 mai au 11 juin 2017, et dont on cherche en vain la trace dans des médias nationaux.

Seine-et-Marne

Le 12 mai, « deux policiers (sont) blessés lors d’une inter­pel­la­tion à Champs-sur-Marne ».
À Coulom­miers, le 24 mai, un indi­vidu con­trôlé sans tick­et de bus « insulte et frappe deux policiers ».
Le 25 mai, « qua­tre policiers (sont) blessés lors d’une inter­pel­la­tion houleuse » à Melun.
Le 26 mai, ce sont « deux policiers munic­i­paux blessés dans un guet-apens » à Meaux.
Le 2 juin, Le Parisien nous informe qu’un délin­quant a été con­damné à « un an de prison pour avoir trainé un polici­er à Mon­tereau ».
En Seine-et-Marne, le 10 juin, « les policiers sont pris à par­tie aux Méz­ereaux » (Melun).

Seine-Saint-Denis

Le 5 juin, un indi­vidu est con­damné à « six mois avec sur­sis pour avoir insulté la Police ».
Le 8 juin, le Parisien relate des « jets de morti­er sur le com­mis­sari­at » à Clichy-sous-Bois.
Le 9 juin, à Clichy-sous-Bois, c’est « le chauf­fard (qui) fonce sur le polici­er à moto ».

Val-de-Marne

Le 18 mai, « les policiers (sont) pris à par­tie aux Hautes Noues » à Vil­liers.
À Nogent-sur-Marne, un indi­vidu « dépres­sif, (il) braque les policiers » le 25 mai.
À Vit­ry, on con­state « 2 cock­tails Molo­tov en deux jours dans le com­mis­sari­at » le 29 mai.
À Vit­ry sur Seine le 1er juin, « Une nuit sous haute ten­sion après une inter­pel­la­tion » : « Des policiers blessés, cinq inter­pel­la­tions, un rassem­ble­ment d’une cinquan­taine de per­son­nes devant le com­mis­sari­at qui a dû fer­mer tem­po­raire­ment, des incendies à répéti­tion jusqu’à 3 heures du matin ».
Le 5 juin, « la police (est) cail­lassée cité Bar­busse à Ville­juif ».

Essonne

Le 15 mai, aux Ulis, « le com­mis­sari­at (est) une nou­velle fois cail­lassé ».
Le 24 mai, une « nou­velle attaque aux pavés sur une patrouille à Cor­beil Essonne ».
Le 27 mai, « une patrouille Sen­tinelle (est) attaquée et cail­lassée à Cor­beil ».
Le 8 juin, con­cer­nant l’ « attaque au cock­tail Molo­tov à Viry Chatil­lon : huit mois plus tard, les meneurs iden­ti­fiés ».
Le 10 juin à Grigny, « le con­trôle d’identité tourne à la rixe, un véhicule de police dégradé ».

Yvelines

Le 20 mai, à Mau­re­court, « un polici­er (est) blessé après une course pour­suite ».
Le 24 mai, « le tour­nage du clip de rap tourne à l’affrontement avec la Police » à Vél­izy.
Le 27 mai, à Con­flans-Sainte-Hon­orine, « il fonce sur le por­tail du com­mis­sari­at ». Le même jour, à Mantes le Jolie et à Chanteloup, « les policiers (sont) pris pour cible en plein après-midi ».
Le 31 mai, à Chanteloup, aux Mureaux et à Guyan­court, « les policiers (sont) pris pour cible » : « Les forces de l’ordre ont été la cible de jets de pro­jec­tiles dans plusieurs com­munes des Yve­lines, dans la soirée de lun­di ».
Le 1er juin, « un homme (est) inter­pel­lé pour vio­lence con­tre un polici­er » à Con­flans-Sainte-Hon­orine.
Le 2 juin, à Chanteloup et Mantes la Jolie, « les policiers (sont) encore pris pour cible ».
Le 3 juin, à la Ver­rière, « des policiers (sont) visés par des pro­jec­tiles après l’interpellation ».
Le 7 juin, à Bois‑d’Arcy, « le con­joint vio­lent gifle un polici­er ». Le même jour, à Trappes, « attroupe­ment con­tre l’enlèvement d’une voiture sus­pecte » : « Les forces de l’ordre ont eu recours au flash-ball pour dis­pers­er le groupe et quit­ter les lieux ».

Hauts-de-Seine et Val‑d’Oise

Éton­nam­ment, aucune vio­lence con­tre des policiers n’apparait pour cette péri­ode dans les pages locales du Parisien con­sacrées aux Hauts-de-Seine et au Val‑d’Oise. Ces départe­ments béné­ficieraient-ils d’un cli­mat social par­ti­c­uli­er ? Aucune agres­sion con­tre des policiers n’aurait eu lieu durant le mois écoulé ? Les ser­vices de com­mu­ni­ca­tion des forces de l’ordre dans ces départe­ments ne com­mu­niquent-ils pas à ce sujet à la presse ? Le mys­tère reste entier. ..

La banal­i­sa­tion de la vio­lence con­tre les policiers se véri­fie aus­si dans les chiffres : la chaine LCI révélait en octo­bre 2016 que, selon l’Ob­ser­va­toire nation­al de la délin­quance et des répons­es pénales, « le nom­bre de policiers et gen­darmes blessés dans leurs mis­sions avait mas­sive­ment aug­men­té entre 2010 et 2015. « En 2010, ils étaient 1408 à avoir subi une agres­sion physique, con­tre 1807 en 2015 ».

Éton­nam­ment, la presse nationale ignore large­ment ces agres­sions, si ce n’est pour en com­mu­ni­quer les sta­tis­tiques. La place don­née dans les médias aux faits de vio­lence con­tre les policiers passe par le choix des jour­nal­istes. Elle par­ticipe du niveau d’acceptation du corps social de faits graves à l’encontre d’agents chargés du main­tien de l’ordre et de la pro­tec­tion de la pop­u­la­tion. L’acceptation de l’anormal, en quelque sorte.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.