Accueil | Actualités | Médias | Valmonde d’Iskandar Safa relance Le Spectacle du Monde et s’intéresse à Nice-Matin

Valmonde d’Iskandar Safa relance Le Spectacle du Monde et s’intéresse à Nice-Matin

Le groupe Valmonde, propriété de l’industriel Iskandar Safa depuis 2015, est constitué du navire amiral Valeurs Actuelles, ainsi que de Mieux vivre votre argent et La Lettre de la Bourse et leurs activités annexes, rachetés à Altice en 2017. Après avoir cédé Jours de chasse le groupe relance le mensuel Le Spectacle du Monde et regarde du côté de Nice-Matin.

Le Spectacle du Monde revient

Lancé par Raymond Bourgine en 1962 le Spectacle du monde avait vieilli comme l’âge de ses abonnés et le groupe avait interrompu la publication en 2014 en proposant aux abonnés de se transférer sur l’hebdomadaire. Le groupe relance le mensuel comme supplément de Valeurs actuelles. Le premier numéro encarté est sorti le 31 janvier 2019.

L’hégémonie américaine thème du premier numéro

Sans supplément de prix, le cahier de 48 pages, dirigé par Amaury Brelet, ne comporte que deux pages de publicité. Les auteurs américains – Robert Kagan et Joseph S. Nye - sont des néo conservateurs bon teint (donc hostiles à Trump) et fermes partisans de l’ordre (ou du désordre, au choix) américain dans le monde. Les voix françaises sont plus critiques, de l’ancien député Pierre Lellouche à Christian Harbulot (fondateur de l’Ecole de Guerre Economique). Les points de vue chinois et russe ne sont pas oubliés avec des interventions d’officiels de ces deux pays ou de proches de leurs administrations respectives. Plus surprenante la contribution de Houellebecq (parue en anglais dans le Harper’s Magazine) et dans sa version originale française « Donald Trump est un bon président ».

En embuscade pour Nice Matin

Comme nous vous le disions début janvier 2019, le groupe belge Nethys, empêtré par des affaires de corruption de sa maison mère, veut se débarrasser des 34% qu’il détient. Alors qu’il était prévu qu’il monte à 51% en 2019 et remette au pot financièrement.

Iskandar Safa avait déjà été éconduit en 2014 lors de la procédure de redressement judiciaire du quotidien. Alors associé au groupe belge Rossel, il s’était vu préférer une offre de reprise par la coopérative des salariés. La situation de Nice-Matin (après un plan social et des efforts sur le numérique) s’est améliorée mais le quotidien a besoin d’investissements pour se consolider. Selon Chloé Woitier du Figaro, Safa serait prêt à mettre 40M€ pour reprendre 100% du capital, les 34% de Nethys, comme les 66% de la coopérative et investir dans le développement. Une somme qui ne paraît pas excessive compte tenu des enjeux. Le quotidien dispose d’une forte influence régionale, d’un beau parc immobilier et Iskandar Safa a de son côté en cours un énorme projet immobilier à Mandelieu-La-Napoule où il possède près de 1.300 hectares. Les prochaines assemblées générales de la société éditrice du titre seront décisives, surtout si d’autres prétendants se présentent.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux