Accueil | Actualités | Médias | Valeurs Actuelles devrait passer entre de nouvelles mains
Pub­lié le 29 juillet 2014 | Éti­quettes : , , ,

Valeurs Actuelles devrait passer entre de nouvelles mains

Le magazine Valeurs Actuelles pourrait bientôt changer de propriétaire, annonce La Lettre A.

Créé en 1966 par Raymond Bourgine, l'hebdomadaire a ensuite été racheté par Marc Ladreit de Lacharrière, président de Fimalac, puis revendu à Serbe Dassault (propriétaire du Figaro), avant d'être racheté à titre personnel par Pierre Fabre en 2006. À sa mort il y a un an, le groupe pharmaceutique dirigé par Pierre-Yves Revol s'est alors retrouvé avec le groupe de presse Valmonde (Valeurs Actuelles, Jour de Chasse et Jour de Cheval) entre les mains.

« Le titre a ainsi toujours été entre les mains d’hommes d’affaires marqués plutôt à droite, collant à son image. Pierre-Yves Revol devrait logiquement avoir le souci d’écrire la quatrième page de l’histoire du titre avec quelqu’un d’équivalent », écrivent Les Échos.

Pour autant, cela ne constitue en rien une priorité pour le groupe Pierre Fabre. Compte tenu de la taille du groupe pharmaceutique, le secteur presse ne représente pas grand chose. De plus, depuis qu'Yves de Kerdrel est aux commandes, Valmonde et Valeurs Actuelles se portent au mieux, malgré l'arrêt du mensuel culturel Spectacle du Monde, qui représentait un foyer de pertes. Valmonde devrait être bénéficiaire cette année, « afficher un résultat net proche du million d’euros pour un chiffre d’affaires de 15 millions », a affirmé Yves de Kerdrel.

Voir notre portrait d'Yves de Kerdrel

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This