Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">«</span> Un jour dans le monde » de N. Demorand : rdv en terre trop connue ?
Publié le 

6 octobre 2014

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | « Un jour dans le monde » de N. Demorand : rdv en terre trop connue ?

« Un jour dans le monde » de N. Demorand : rdv en terre trop connue ?

« S’intéresser à tout ce qui se passe ailleurs, c’est l’ambition de la nouvelle émission de Nicolas Demorand qui, tous les soirs, analyse l’actualité étrangère » sur France Inter. Diffusée à une heure de grande écoute, « Un jour dans le monde » se veut l’émission géopolitique de référence : des correspondants un peu partout sur la planète, des sujets divers et variés, des invités prestigieux. Du 8 au 15 septembre, l’OJIM a suivi pour vous Nicolas Demorand et ses invités. Si la promesse d’ouverture sur le monde est bel et bien tenue, l’ouverture… idéologique, elle, n’est pas vraiment au rendez-vous !

Bruxelles mon amour

L’Union européenne et les Etats-Unis sont hissés au rang d’icônes. On peut ain­si enten­dre Jean Pisani-Fer­ry tress­er des lau­ri­ers à la poli­tique de la BCE (08/09), sans qu’aucun con­tre-argu­ment ne soit avancé. Le traité transat­lan­tique ? « Nous l’appelons tous de nos vœux », assène Arnaud Lep­ar­men­tier, par ailleurs jour­nal­iste au Monde. Cette con­fu­sion du rôle du jour­nal­iste et d’homme poli­tique n’est pas sans rap­pel­er la cam­pagne en faveur du Oui qu’avait menée en 2005 la mati­nale de France Cul­ture, où offi­ci­ait déjà M. Demor­and. Toute idée qui s’éloigne un tant soit peu de l’orthodoxie brux­el­loise fait par con­séquent l’objet d’un feu nour­ri : stig­ma­ti­sa­tion de la France et de sa « ten­ta­tion pro­tec­tion­niste », reduc­tio ad lep­enum de toute per­son­ne évo­quant la rené­go­ci­a­tion des accords de Schen­gen, etc.

« Un jour dans le monde » mon­tre peu d’ouverture aux opin­ions non con­ven­tion­nelles, soit. Mais l’auditeur a égale­ment de quoi être sur­pris par la façon dont Nico­las Demor­and présente ses invités, en « omet­tant » de faire référence à leurs éventuelles activ­ités mil­i­tantes – par exem­ple l’engagement à l’UDI de Quentin Dick­in­son, décrit comme un sim­ple con­sul­tant. Le mécan­isme, sub­til mais effi­cace, per­met de maquiller un avis poli­tique sub­jec­tif en une exper­tise jour­nal­is­tique objec­tive.

Bernard-Henri Lévy chez Casimir

Le sou­tien total apporté à la poli­tique améri­caine — et à l’intervention occi­den­tale con­tre l’État islamique — empêche toute cri­tique de celle-ci, ou déclenche le cas échéant un réflexe pavlovien. En témoigne la vir­u­lente réac­tion d’Omar Oua­hane aux pro­pos tenus par le jour­nal libanais Al-Diyar, qui ose écrire que « la poli­tique étrangère de Wash­ing­ton est guidée par ses seuls intérêts et que ses alliés d’aujourd’hui seront peut-être ses enne­mis de demain ». Sac­rilège !

Bien sûr, le for­mat court de l’émission n’est pas prop­ice à des réflex­ions appro­fondies. Toute­fois, l’auditeur peut être sur­pris par la légèreté avec laque­lle sont traités des sujets pour­tant très sérieux. Les rap­ports inter­na­tionaux sem­blent réduits à l’affrontement des bons et des méchants, des intel­li­gents et des sots. Ain­si, le mou­ve­ment indépen­dan­tiste écos­sais est sévère­ment méprisé : celui-ci n’aurait qu’un rêve, « une Ecosse libre, bucol­ique, vivant de whisky, d’éoliennes et du fes­ti­val d’Edinbourg ». Cette légèreté sem­ble égale­ment prisée par Eric Valmir, lequel explique, au cours de sa recen­sion du film L’Institutrice, que le con­flit israé­lo-pales­tinien est dû « au manque de poésie des Israéliens » (sic).

Voyage au bout de l’antifascisme

A enten­dre les dif­férents inter­venants, il n’y qu’un seul péril aujourd’hui menaçant : le péril fas­ciste et ses décli­naisons. L’Écosse indépen­dante ? Une per­cée dan­gereuse du « nation­al­isme ». Des élec­tions – pour­tant démoc­ra­tiques – où le par­ti des Démoc­rates sué­dois récoltent 13 % des suf­frages ? For­cé­ment « préoc­cu­pantes », car ce par­ti « traite les étrangers comme des sous êtres humains » déclare sans rire Éric Valmir (15/09). Foin de la réal­ité ou de l’enquête ; l’idéologie suf­fit.

La men­ace ne peut ain­si venir que d’un seul extrême, celui placé à droite de l’échiquier. « Un jour dans le monde » assume du reste par­faite­ment ce par­ti-pris. Ain­si, Arnaud Lep­ar­men­tier de déclar­er, à pro­pos des 28 % obtenu par Die Linke (ex par­ti com­mu­niste) aux élec­tions régionales alle­man­des en Thüringe le 14 sep­tem­bre : « franche­ment nous on ne nous la fait pas, nous avons du mal à crier au retour des bolcheviks ». La men­ace ter­ror­iste, elle non plus, n’inquiète pas out­re mesure. Dominique Moisi (IFRI) déclare ain­si à pro­pos de l’attitude à adopter face aux dji­hadistes : « il s’agit de dire aux jeunes qui sont ten­tés de par­tir qu’il n’y a aucun avenir [dans le ter­ror­isme] ». La solu­tion ? « Com­pren­dre et accepter la dif­férence », et arrêter d’« hum­i­li­er » ces jeunes. Avec la haine de soi, la boucle est bouclée.

Voir le portrait de Nicolas Demorand

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision