Accueil | Actualités | Médias | Un internaute crée l’anti-Décodex
Pub­lié le 21 mars 2017 | Éti­quettes : ,

Un internaute crée l’anti-Décodex

Très critiqué depuis son lancement, le Décodex du Monde a désormais son concurrent ! Un concurrent parodique, certes, mais qui traduit bien le malaise généré par l'arrivée de ce nouvel outil de propagande dans le monde numérique.

On ne le présente plus : le Décodex, un outil lancé par Le Monde afin de « labelliser » les sites d'informations pour traquer les « fausses nouvelles ». Evidemment, la levée de bouclier ne s'est pas faite attendre, et de toute part : des médias mainstream s'estimant jugés par un confrère aux sites de réinformation, injustement diabolisés. Depuis peu, en réaction à ce phénomène, un nouveau venu a fait son apparition dans le catalogue des extensions de Google Chrome : OpenMind.

Lancé par un internaute, qui répond au pseudonyme de Lejendarm, l'application reprend le principe du Décodex en le détournant afin de fournir des conseils opposés à ceux du Monde. Pour son créateur, le Décodex n'est pas « un combat contre les hoax, mais des jugements arbitraires, parfois complaisants, parfois rudes, d'une équipe qui se fait juge et partie et qui perd son objectif d'origine, en profite pour régler des comptes, pour condamner ce qui ne leur plait pas, au lieu de condamner ce qui est faux ». De plus, « proposer un outil aussi intrusif, sous contrôle d'un petit groupe qui n'a de compte à rendre à personne et qui a la volonté de vous dire ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas, (...) c'est jouer avec le feu », ajoute-t-il.

Ainsi s'est-il proposé de créer l'anti-Décodex en reprenant le même code couleur... pour dire tout autre chose. La couleur verte définit « un site probablement non-occidental ou qui défend des analyses peu communes » (comme peut l'être RT France par exemple), la couleur bleue indique des adresses « alternatives », le gris les sites collaboratifs comme Wikipédia, « incroyablement plus pros que les articles de presse », l'orange pour les sites « parodiques et inutiles » et enfin le rouge, avec cette définition bien trouvée : « Une vision du monde pour les dominer toutes. »

À côté de chaque site, la création d'OpenMind a pris la peine de rédiger un petit texte de présentation. Ainsi pour Valeurs Actuelles, classé en orange par le Décodex, OpenMind nous dit qu'il s'agit d'un site « mal perçu par l'équipe du journal Le Monde », ce qui doit « probablement » le rendre « intéressant ». Pour Le Monde, évidemment, le label est rouge car le site a « reçu la bénédiction du Monde. Soyez prudent, prenez-en à petite dose. » L'arroseur arrosé...

L'outil OpenMind n'est pour le moment pas très connu, mais il a néanmoins profité de la publicité de RT France mais aussi de celle de l'économiste Olivier Berruyer, animateur du blog Les Crises, catalogué par Le Monde comme étant un site diffusant « des théories conspirationnistes ». Ce qu'il faut noter, c'est qu’en parallèle, et malgré sa force de frappe potentielle via ses lecteurs et les réseaux sociaux, le Décodex affiche un bilan plus que décevant. Outre les nombreuses critiques reçues, l'outil n'avait, le 20 février dernier, été téléchargé que 21 000 fois.

Voir aussi notre dossier sur le Décodex

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux