Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Twitter réduit ses pertes mais est menacé par un trop-plein de censure

16 novembre 2017

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | not_global | Twitter réduit ses pertes mais est menacé par un trop-plein de censure

Twitter réduit ses pertes mais est menacé par un trop-plein de censure

Habitué aux pertes colossales, Twitter est en train de les réduire. Les résultats du 3ème trimestre 2017 annoncent 330 millions d’utilisateurs (+4% sur un an) et une croissance de 14% des utilisateurs actifs – mais contrairement à Facebook, Snapchat et Instagram, Twitter ne publie toujours pas le nombre d’utilisateurs actifs par jour. La société n’a perdu « que » 21 millions de dollars au troisième trimestre contre 116 au précédent et 100 au troisième trimestre de l’an dernier. Le CA a reculé de 4% à 590 millions de dollars et les dépenses baissent de 16% à 582 millions de dollars.

Twit­ter, qui vient de pass­er à 280 car­ac­tères, espère être dans le vert à la fin de l’an­née… mais côté cen­sure, les voy­ants virent au rouge et l’ex­as­péra­tion men­ace le réseau social. Mis en cause par les autorités améri­caines pour avoir dif­fusé les tweets spon­sorisés des médias RT et Sput­nik – proches du gou­verne­ment russe – lors des élec­tions améri­caines, comme tous les autres tweets spon­sorisés des médias ou des can­di­dats, Twit­ter s’est en effet mis au garde-à-vous en cen­surant dès le 26 octo­bre et à l’avenir tous les tweets spon­sorisés des deux médias offi­ciels russ­es. Pour­tant, il ne s’ag­it pas d’un petit bud­get : RT a dépen­sé 274 100 dol­lars de pub­lic­ité en 2016, ain­si que 1,9 mil­lions de dol­lars de pub sur Twit­ter depuis 2011. Les russ­es ont men­acé de leur côté de met­tre à sec la branche russe de Twit­ter en arrê­tant toutes les pub­lic­ités d’en­tre­pris­es – un marché de plusieurs mil­lions de dol­lars pour le réseau social.

La menace GAB…

Entre-temps, la cen­sure men­ace l’ex­is­tence même de Twit­ter. Un nou­veau réseau social, GAB, prend de l’im­por­tance dans le monde anglo-sax­on, même s’il reste con­fi­den­tiel en France. Créé en août 2016 après que son fon­da­teur, le tex­an Andrew Tor­ba, ait con­staté que Face­book cen­surait des arti­cles de presse con­ser­va­teurs, il a gag­né de l’im­por­tance lorsque Twit­ter a sus­pendu, au nom de la lutte con­tre les pro­pos racistes, sex­istes etc. des dizaines de comptes de per­son­nal­ités de l’alt-right améri­caine. En jan­vi­er 2017 il revendique 215 000 util­isa­teurs.

Fin 2016, la déci­sion des géants du web Apple et Google de ban­nir GAB de leurs sys­tèmes de dis­tri­b­u­tion d’ap­pli­ca­tion ren­force la pop­u­lar­ité du site – sim­ple appli­ca­tion de l’ef­fet Streisand. En août 2017 Google et Apple retirent une fois de plus les appli­ca­tions de GAB.ai de leurs sys­tèmes de dis­tri­b­u­tion, pour vio­la­tion de leur poli­tique sur les dis­cours haineux. GAB arrive néan­moins à lever 1 mil­lion de dol­lars dont 500 000 en cinq jours et à se financer depuis – il n’y a pas de pub et le site dont le logo est une grenouille verte, allu­sion trans­par­ente à l’i­cone de l’alt-right Pepe the Frog, vit des dons de ses util­isa­teurs.

En avril 2017 Gab lance une offre “pre­mi­um”, GAB Pro, à 5,99 dol­lars men­su­els qui donne accès à des tchats privés où les mes­sages s’ef­facent au bout de 24 heures, ain­si qu’à la GabTV, un ser­vice de stream­ing de vidéos ali­men­té par des con­tenus “libérés de la cen­sure” ; cette ver­sion pro atteint 2500 util­isa­teurs en août dernier, ce qui per­met d’équili­br­er ses finances. Après un coup de mou d’avril à sep­tem­bre, GAB est repar­ti à la hausse, ali­men­té par les polémiques et les ten­ta­tives de cen­sure des grands du web : il est aujour­d’hui classé 16 564 dans le monde et 7 051 aux USA sur Alexa Rank­ing.

Devenu un refuge logique pour les nation­al­istes de tous ordres, GAB essaie de se dévelop­per au-delà de la bulle de l’alt-right anglo-sax­onne en sur­fant sur la lib­erté d’ex­pres­sion, men­acée par les géants du web. Utsav San­du­ja, directeur d’ex­ploita­tion de Gab, met en avant cette prob­lé­ma­tique : « il y a trop de cen­sure dans le monde. J’ai vu beau­coup de monde en UE qui ont été cen­surés juste pour avoir cri­tiqué le prob­lème des migrants », dit-il pour expli­quer les moti­va­tions qui l’ont con­duit à tra­vailler pour GAB. « J’ai vu beau­coup de dou­bles stan­dards dans les réseaux soci­aux ; j’ai un passé de jour­nal­iste inter­na­tion­al, j’ai tra­vail­lé dans de nom­breux pays dans le monde et je con­nais vrai­ment la valeur des droits de l’homme et de la libre expres­sion », ajoute-t-il.

Le web au bord de la cassure

Il revient sur la vio­lente cam­pagne anti-GAB dans la presse améri­caine : « un mélange de médias qui se pla­cent en guer­ri­ers de la jus­tice sociale ou des médias de gauche tels que The NY Times, The Wash­ing­ton Post, The Guardian et leurs rela­tions avec les médias soci­aux. Il y a un nœud qui relie ces jour­nal­istes et les gens qui tra­vail­lent sur Face­book, ain­si que ceux qui ont con­tribué à la cam­pagne de Hillary Clin­ton ».

Utsav San­du­ja revendique le rôle poli­tique de GAB : « nous avons aidé à la libre expres­sion d’ac­tivistes de l’AfD en Alle­magne, du Front Nation­al en France, de l’Ukip en Angleterre et nous leur don­nons la pos­si­bil­ité de cri­ti­quer leurs gou­verne­ments et leurs poli­tiques ; ces par­tis poli­tiques peu­vent dif­fuser leur parole sur GAB, alors que sur Face­book et Twit­ter ils sont pris à par­tie par des dis­cours de haines et des fake news ».

Cepen­dant la guerre con­tre les sites web proches de l’ex­trême-droite com­mence à inquiéter les géants du web eux-mêmes. Ain­si de la dis­pari­tion ful­gu­rante du Dai­lyStormer, créé en 2013, après les atten­tats de Char­lottesville. Le média d’ex­trême-droite avait pub­lié un arti­cle qui s’en pre­nait à la vic­time. Immé­di­ate­ment, son hébergeur GoDad­dy l’a sus­pendu, l’hébergeur Google chez qui il a démé­nagé idem, YouTube a fer­mé sa page, Face­book l’a viré du news­feed et Cloud­Flare a cessé de le pro­téger con­tre les attaques DNS. Dai­lyStormer a été viré du web comme un mal­pro­pre – il s’est réfugié depuis sur le Dark web, mais ce Blitzkrieg con­tre le fas­cisme a lais­sé une impres­sion de gueule de bois.

« Je me suis réveil­lé de mau­vaise humeur et j’ai décidé qu’un site ne devrait pas être autorisé sur Inter­net. Per­son­ne ne devrait avoir un tel pou­voir », aurait écrit — sem­ble-t-il à regret — Matthew Prince, le patron de Cloud­Flare, dans un email à l’un de ses employés. Il développe dans un long bil­let sa vision pour le moins pes­simiste de l’avenir d’in­ter­net et de sa neu­tral­ité : « dans un futur proche, si ce n’est pas déjà le cas, pour pub­li­er un con­tenu sur Inter­net, vous aurez besoin de pass­er par le réseau d’un géant comme Cloud­flare, Google Microsoft, Face­book, Ama­zon ou Aliba­ba. Sans un guide clair pour réguler les con­tenus, un petit nom­bre d’entreprises va décider ce qui peut ou ne pas être pub­lié en ligne ».

Au-delà de la ques­tion de la cen­sure, le web est aux portes d’une « cas­sure », estime le Pew Research Cen­ter. D’un côté, « des zones sécurisées régulées par des intel­li­gences arti­fi­cielles », où les con­tenus qui n’arrangent pas la doxa sont cen­surés, qu’ils soient social­istes et anti-mil­i­taristes ou proches de l’ex­trême-droite nation­al­iste et supré­maciste. De l’autre des espaces d’a­n­ar­chie, tels que le Dark web, les réseaux soci­aux alter­nat­ifs voire des inter­nets alter­nat­ifs, con­stru­its selon la tech­nolo­gie du blockchain util­isée par Bit­coin. L’u­nité du web aura vécu.

Sur le même sujet

Related Posts

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.