Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Telegram, Apple, Google et la censure

30 septembre 2021

Temps de lecture : 4 minutes

Accueil | Veille médias | Telegram, Apple, Google et la censure

Telegram, Apple, Google et la censure

Accueil | Veille médias | Telegram, Apple, Google et la censure

Telegram, Apple, Google et la censure

30 septembre 2021

Cet article est une traduction du dernier communiqué de Pavel Durov, le fondateur de la populaire application Telegram, dont nous avons déjà parlé à plusieurs reprises. Pavel Durov s’y explique sur le nécessaire ajustement de Telegram vis-à-vis des législations nationales (le cas de la Russie est développé ci-dessous), les contraintes des distributeurs d’applications et la politique de Telegram vis-à-vis de la censure. Les intertitres sont de notre rédaction.

La liberté d’expression et ses limites

Telegram garan­tit à ses util­isa­teurs plus de lib­erté d’ex­pres­sion que n’importe quelle autre appli­ca­tion mobile grand pub­lic. À l’in­verse de ses nom­breux con­cur­rents, Telegram ne peut pas être for­cé par des action­naires, des four­nisseurs ou des annon­ceurs à une cen­sure injustifiée.

Toute­fois, Telegram n’ex­iste pas isolé­ment et dépend d’autres entre­pris­es pour fonc­tion­ner : des ban­ques tout d’abord, et des édi­teurs et dis­trib­u­teurs logi­ciels Apple et Google. Ces derniers sont par­ti­c­ulière­ment impor­tants, car Telegram — comme toutes les appli­ca­tions mobiles — doit se con­former aux règles définies par Apple et Google afin de rester acces­si­ble dans leur cat­a­logue pour les util­isa­teurs sur iOS et Android.

Depuis cette année, Google et Apple ont com­mencé à exiger des appli­ca­tions comme Telegram qu’elles se con­for­ment à la lég­is­la­tion des pays où elles sont dis­tribuées. Dans la mesure où cer­taines lois nationales sont incom­pat­i­bles avec le respect de droits de l’homme (comme par exem­ple ce qui touche à la sur­veil­lance de masse), nous n’avons jamais subi de pres­sions de la part de Apple et Google parce qu’ils les ignorent eux-mêmes. Cer­taines autres lois, toute­fois, prin­ci­pale­ment liées au con­tenu acces­si­ble au pub­lic, sont con­sid­érées comme légitimes par Apple et Google : nous devons donc emboîter le pas à chaque fois qu’ils les appliquent dans leurs écosystèmes.

Respect des lois locales, l’exemple russe

Nous en avons eu un exem­ple la semaine dernière, lorsque Apple et Google ont inter­dit une appli­ca­tion de vote sur le ter­ri­toire de la Fédéra­tion de Russie. L’ap­pli­ca­tion en ques­tion pro­po­sait des con­seils de vote, inci­tant la plu­part de ses util­isa­teurs à vot­er pour le Par­ti com­mu­niste lors des élec­tions par­lemen­taires russ­es le week-end dernier. Cette appli­ca­tion de vote était égale­ment présente sur Telegram en tant que « bot », et mal­gré des mil­liers de rap­ports et de deman­des de sup­pres­sion, nous l’avions lais­sée disponible. Dès le début des élec­tions, cepen­dant, Google et Apple ont sup­primé l’ap­pli­ca­tion de leurs cat­a­logues, expli­quant qu’elle enfreignait les lois locales inter­dis­ant toute ingérence dans les élec­tions — et qu’il incom­bait aux développeurs de respecter ces lois. Dans les 24 heures, Telegram a été con­traint de suiv­re les poli­tiques des plate­formes et de sus­pendre tem­po­raire­ment le bot.

Cer­taines per­son­nes nous ont demandé si nous auri­ons pu éviter cela. Ils atten­dent à juste titre que nous refu­sions toute demande de cen­sure. Comme le savent ceux qui con­nais­sent notre his­toire, Telegram est la pre­mière appli­ca­tion à résis­ter et, si néces­saire, à se bat­tre avec un gou­verne­ment. Nous l’avons fait à plusieurs repris­es dans de nom­breux pays autori­taires, de Hong Kong à la Biélorussie. Nous avons résisté avec suc­cès aux ten­ta­tives de blocage de notre ser­vice pen­dant des années. Mais le week-end dernier n’é­tait pas le bon moment pour déclencher une guerre – pour deux raisons.

Un équilibre instable

Pre­mière­ment, sans le sou­tien d’Ap­ple et Google, tout com­bat avec un régu­la­teur local est per­du d’a­vance. Une fois qu’Ap­ple et Google sup­pri­ment Telegram de leur cat­a­logue d’ap­pli­ca­tions en rai­son du non-respect de lois nationales (ce qu’ils men­a­cent main­tenant de faire dans de tels cas), Telegram perd la pos­si­bil­ité de con­tourn­er les inter­dic­tions locales, car les util­isa­teurs du pays con­cerné ne peu­vent plus installer l’ap­pli­ca­tion ou l’une de ses mis­es à jour. Notre site Web qui héberge Telegram Web et l’ap­pli­ca­tion Telegram autonome pour Android serait blo­qué par les télé­com­mu­ni­ca­tions locales en quelques min­utes. Même les util­isa­teurs exis­tants perdraient l’ac­cès à Telegram une fois qu’Ap­ple et Google dés­ac­tiveraient les noti­fi­ca­tions pour l’ap­pli­ca­tion (qui sont util­isées non seule­ment pour envoy­er des mes­sages aux util­isa­teurs, mais égale­ment pour dis­tribuer des adress­es IP non blo­quées et éviter la censure).

Deuxième­ment, cette demande par­ti­c­ulière des autorités russ­es n’é­tait man­i­feste­ment pas incon­sti­tu­tion­nelle, car elles se référaient à une loi qui encadre la cam­pagne dès l’ouverture d’un scrutin. De telles lois exis­tent dans de nom­breux pays et leur homo­logue russe a été intro­duite il y a longtemps. Si nous avions reçu une demande sim­i­laire de n’im­porte quel pays européen, nous y auri­ons répon­du favor­able­ment. Au con­traire, si la Russie ou tout autre pays avait exigé quelque chose qui con­stitue une vio­la­tion fla­grante des droits de l’homme, nous préfére­ri­ons faire face à une inter­dic­tion pure et sim­ple de Telegram dans ce pays plutôt que de com­pro­met­tre nos valeurs.

Voir aus­si : Qui veut pouss­er Apple à sup­primer Telegram ?

Deux exemples inverses

Cela s’est déjà pro­duit. Lorsque le gou­verne­ment iranien a ten­té de faire pres­sion sur Telegram pour qu’il fasse taire toutes les voix dis­si­dentes, nous les avons ignorés et avons été blo­qués en Iran, prêts à per­dre 40 mil­lions d’u­til­isa­teurs. De même, nous avons choisi d’être blo­qués en Russie en 2018 plutôt que de céder à des deman­des incon­sti­tu­tion­nelles de sur­veil­lance de masse.

Cepen­dant, cette fois, la sit­u­a­tion était com­plète­ment dif­férente. Une demande de sus­pen­sion tem­po­raire d’un bot de cam­pagne alors qu’une élec­tion est déjà en cours est très éloigné d’une demande de sur­veil­lance de masse ou de cen­sure de masse.

50 mil­lions de Russ­es dépen­dent de Telegram pour la con­fi­den­tial­ité et la lib­erté d’ex­pres­sion, et plus d’un demi-mil­liard d’autres util­isa­teurs de Telegram dépen­dent de mis­es à jour cri­tiques qui sont générale­ment mis­es en attente dans le monde entier par les mag­a­sins d’ap­pli­ca­tions en cas de non-con­for­mité avec une lég­is­la­tion locale. Faire blo­quer Telegram pour que tous les Russ­es don­nent à un par­ti poli­tique deux jours sup­plé­men­taires pour faire cam­pagne après le début des élec­tions, c’est comme sac­ri­fi­er la reine pour un pion aux échecs sans moyen clair de gag­n­er. Pour moi, les intérêts de cen­taines de mil­lions d’u­til­isa­teurs de Telegram seront tou­jours incom­pa­ra­ble­ment plus impor­tants que ceux de n’im­porte quelle force poli­tique. Notre principe est de tou­jours don­ner la pri­or­ité à nos utilisateurs.

Source en anglais : telegra.ph

Commentaires

1. La poli­tique générale de Telegram pour­rait utile­ment inspir­er Twit­ter et Face­book, la lib­erté d’expression et d’opinion y gagnerait.

2. Pavel Durov par­le de « sur­veil­lance de masse ». Pourquoi ne pas par­ler de sur­veil­lance tout court ? Cela laisse sous-enten­dre que Telegram a autorisé ou autorise ou autoris­era la « sur­veil­lance ciblée » de cer­tains groupes ou indi­vidus pour raisons poli­tiques ou religieuses.

3. Il évoque égale­ment la néces­sité pour Telegram de se con­former aux lois des dif­férents pays. En dévelop­pant un peu, à par­tir du moment où — par exem­ple — toute cri­tique de l’im­mi­gra­tion serait crim­i­nal­isée en France ou en Europe — quelle serait la poli­tique de Telegram ?

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés