Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Censure des Identitaires sur Facebook, censure privée et censure d’État

11 mai 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | not_global | Censure des Identitaires sur Facebook, censure privée et censure d’État

Censure des Identitaires sur Facebook, censure privée et censure d’État

L’Observatoire du journalisme a déjà consacré de nombreux articles à la censure de Facebook. Soit que celle ci soit orchestrée par l’État comme en Allemagne et nous avions consacré un long dossier à l’étude de cette loi. Soit que le réseau social s’y livre complaisamment. Nous revenons – via un article paru le 4 mai 2018 sur le site de la Fondation Polemia – sur l’interdiction de la page Facebook des Identitaires et celle de l’opération Defend Europe.

L’action du préfet

L’Ojim a déjà dit tout le mal que l’on peut penser de la DILCRAH, la délé­ga­tion inter­min­istérielle à la lutte con­tre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti LGTB (ouf !) un organ­isme créé sous Nico­las Sarkozy en 2012 et dont l’action a été ampli­fiée sous François Hol­lande en 2014 et 2016.

Le préfet Frédéric Poti­er, qui dirige la Dil­crah, s’est félic­ité de l’interdiction indi­quant dans un tweet que cette dou­ble inter­dic­tion (celle de la page des Iden­ti­taires et celle de la page de Defend Europe) était à son ini­tia­tive. Comme le remar­que Jean-Yves Le Gal­lou, auteur de l’article de Polemia :

C’est d’autant plus préoc­cu­pant que l’opération des Iden­ti­taires n’avait été entachée d’aucune illé­gal­ité et d’aucune vio­lence ! Le Par­quet n’avait d’ailleurs rien pu leur reprocher, au grand dam de l’immense majorité des jour­nal­istes français qui, tout d’un coup, se révélaient comme des défenseurs d’une jus­tice sévère et expédi­tive

Une interdiction à titre d’exemple

Il s’agit donc d’une dou­ble cen­sure : l’État demande à un organ­isme privé de cen­sur­er une ini­tia­tive privée en-dehors de toute référence au judi­ci­aire et sans pos­si­bil­ité d’appel. Vous pou­vez tou­jours écrire à Face­book France ou Face­book Cal­i­fornie, l’espoir de recevoir une réponse est fort mince.

Face­book France ? L’article de Polemia fait remar­quer que si la Dil­crah a été créée par Nico­las Sarkozy, c’est Lau­rent Sol­lis, sarkozyste bon teint qui pré­side Face­book France et applique diligem­ment les desider­a­ta de la Dilcrah :

Le directeur général de Face­book France est Lau­rent Sol­ly. Ce haut fonc­tion­naire et préfet est un sarkozyste pur et dur. Il a d’abord été con­seiller tech­nique de l’ancien prési­dent, avant d’être son chef de cab­i­net au min­istère de l’Économie. Il est même directeur adjoint de la cam­pagne de 2007 de Sarkozy. Une cam­pagne au cours de laque­lle il déclare : « La réal­ité n’a aucune impor­tance, il n’y a que la per­cep­tion qui compte. » Vous êtes prévenus. 

Lire l’ar­ti­cle inté­gral : polemia.com

Derniers portraits ajoutés

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.

David Perrotin

PORTRAIT — David Per­rotin a réus­si, en quelques années, à se forg­er une répu­ta­tion de mil­i­tant de gauche doté d’une carte de presse. Il est vrai que l’orientation de ses arti­cles est sans ambiguïté, tous les dis­cours et toutes les thé­ma­tiques tra­di­tion­nelle­ment asso­ciées à la droite étant sys­té­ma­tique­ment discrédités.