Accueil | Actualités | Médias | Tavernost : pas de publicité sur la télévision publique
Pub­lié le 31 mars 2013 | Éti­quettes : , ,

Tavernost : pas de publicité sur la télévision publique

Nicolas Sarkozy avait décidé de la fin de publicité en soirée sur la télévision publique. En pleine crise d’austérité, France Télévisions avait, par l’intermédiaire de Rémy Pflimlin, relancé le débat en janvier dernier.

Mais Nicolas de Tavernost veille au grain. Lors d’une rencontre avec l’Association des journalistes médias, le patron de M6 a déclaré : « pour nous, il n'est pas envisageable de changer la règle du jeu. » Et ce dernier de faire part d’un rendez-vous « le 2 avril avec le président de la République pour demander que l’État confirme son engagement à maintenir la suppression de la publicité après 20h et avant 20h. »

Après avoir vanté le modèle allemand, espagnol ou encore anglais, où les médias publics fonctionnent « avec peu ou pas de publicité », Nicolas de Tavernost s’est plaint « des taxes de toutes natures » payées par les chaînes privées pour financer presse et cinéma. Partant de cela, c’est « tout le secteur qui souffrira si on ne va pas au bout de la suppression de la publicité à France Télévisions ».

« L’État ne peut pas à la fois créer de nouvelles chaînes et tirer le tapis en disant que la publicité qui devait les financer doit retourner aux chaînes publiques », a-t-il conclu.

Crédit photo : capture d’écran vidéo RTL via Youtube (DR)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux