Accueil | Actualités | Médias | Tavernost : pas de publicité sur la télévision publique
Pub­lié le 31 mars 2013 | Éti­quettes : , ,

Tavernost : pas de publicité sur la télévision publique

Nicolas Sarkozy avait décidé de la fin de publicité en soirée sur la télévision publique. En pleine crise d’austérité, France Télévisions avait, par l’intermédiaire de Rémy Pflimlin, relancé le débat en janvier dernier.

Mais Nicolas de Tavernost veille au grain. Lors d’une rencontre avec l’Association des journalistes médias, le patron de M6 a déclaré : « pour nous, il n'est pas envisageable de changer la règle du jeu. » Et ce dernier de faire part d’un rendez-vous « le 2 avril avec le président de la République pour demander que l’État confirme son engagement à maintenir la suppression de la publicité après 20h et avant 20h. »

Après avoir vanté le modèle allemand, espagnol ou encore anglais, où les médias publics fonctionnent « avec peu ou pas de publicité », Nicolas de Tavernost s’est plaint « des taxes de toutes natures » payées par les chaînes privées pour financer presse et cinéma. Partant de cela, c’est « tout le secteur qui souffrira si on ne va pas au bout de la suppression de la publicité à France Télévisions ».

« L’État ne peut pas à la fois créer de nouvelles chaînes et tirer le tapis en disant que la publicité qui devait les financer doit retourner aux chaînes publiques », a-t-il conclu.

Crédit photo : capture d’écran vidéo RTL via Youtube (DR)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This