Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
So Foot subit à son tour la vindicte féministe
Publié le 

22 septembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | So Foot subit à son tour la vindicte féministe

So Foot subit à son tour la vindicte féministe

Quelques jours après la polémique qui a eu lieu chez Oui FM, So Foot a à son tour été victime de la susceptibilité féministe.

Lun­di dernier, le mag­a­zine sportif pub­li­ait un arti­cle sur un scan­dale sex­uel inter­venu dans le petit club suisse FC Lenzburg. Dans ce club, une masseuse vient d’être licen­ciée pour avoir fait une fel­la­tion à un joueur à la fin d’une soirée arrosée mar­quant la fin du cham­pi­onnat.

La ver­sion suisse du quo­ti­di­en 20 Min­utes racon­te la scène :

« Après une soirée arrosée passée dans une boîte branchée de Zurich, les foot­balleurs ont con­tin­ué à faire la fête à l’ex­térieur. Ils se sont rassem­blés sur un park­ing et ont for­mé un cer­cle. Au cen­tre se trou­vaient Car­men (…) et un joueur âgé de 20 ans. Le jeune homme a bais­sé son pan­talon et soulevé son t‑shirt. La masseuse du club a alors com­mencé à le mas­turber, sous les encour­age­ments de l’as­sis­tance. La scène a été filmée et a rem­porté un grand suc­cès par­mi les joueurs, avant d’at­ter­rir chez le prési­dent du club. La masseuse a été licen­ciée avec effet immé­di­at. ‘Les joueurs ont été sanc­tion­nés à l’in­terne. Nous ne pou­vions pas vir­er la moitié de l’équipe’, a expliqué le prési­dent Ulrich Brud­er. »

La masseuse estime être « le bouc émis­saire dans cette his­toire » et affirme ne se sou­venir de rien. « Je peux très bien imag­in­er que quelque chose a été ver­sé dans mon verre », ajoute-t-elle.

C’est sous l’an­gle de l’hu­mour que So Foot a décidé de rap­porter l’in­for­ma­tion. Titré « Une masseuse suisse virée à cause d’une fel­la­tion », l’ar­ti­cle mis en ligne ce lun­di joue avec les mots, pas tou­jours de manière très fine certes, en expli­quant, par exem­ple, que la femme avait « du mal à avaler l’af­faire » ou en con­clu­ant : « No blow job in job. »

Un humour qui a choqué les fémin­istes qui sont alors immé­di­ate­ment mon­tées au créneau comme l’a rap­porté Street­Press. Plusieurs inter­nautes ont qual­i­fié So Foot de mag­a­zine sex­iste voire l’ont accusé de plaisan­ter sur une pos­si­ble affaire de « viol ».

Suite à ce flot de cri­tiques, So Foot a repub­lié son arti­cle sous un autre titre, « Une masseuse vic­time d’une agres­sion sex­uelle », tout en ajoutant un mot d’ex­cuse :

« Face aux nom­breuses réac­tions provo­quées par cet arti­cle, dans les com­men­taires et sur les réseaux soci­aux, la rédac­tion de SOFOOT.com :

  • s’ex­cuse si des per­son­nes ont été choquées par le con­tenu de la brève.
  • assure chercher à join­dre les pro­tag­o­nistes afin d’ap­porter un éclairage sur cette som­bre affaire et ses suites. »

Mais le mag­a­zine n’a pas retiré pour autant ses tour­nures humoris­tiques. « Ça voudrait dire qu’on n’as­sume pas. En plus, tout le monde l’a déjà vu. On s’est excusé pour la for­mu­la­tion, ce qui nous préoc­cupe en fait, c’est l’in­fo. On veut savoir ce qui s’est passé ! Mais c’est hyper mal engagé main­tenant… Le club ne veut plus par­ler et on n’ar­rive pas à join­dre la jeune femme », s’est expliqué So Foot à Street­Press.

Des excus­es qui n’ont pas suf­fit à calmer la colère des fémin­istes qui sont allées jusqu’à plac­arder les locaux de l’heb­do­madaire d’af­fich­es (pho­to ci-dessous).

Manque de bol, les locaux en ques­tion n’é­taient plus ceux de So Foot, qui a démé­nagé depuis août dernier…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision