Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La revue XXI sort de la tourmente avec une nouvelle formule

2 février 2020

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | La revue XXI sort de la tourmente avec une nouvelle formule

La revue XXI sort de la tourmente avec une nouvelle formule

Vous connaissez le « mook », anglicisme contraction de book et de magazine. Dès 2008, les pionniers en France en furent Laurent Beccaria (éditions Les Arènes) et Patrick de Saint-Exupéry (ex Le Figaro) en lançant XXI une revue semestrielle distribuée en librairie (comme un livre) et sur abonnements. Avec une participation minoritaire de Gallimard. La revue a eu ensuite une vie parfois mouvementée. 

Le faux pas de l’Ebdo

En 2018, alors que la revue con­nais­sait un franc suc­cès, les fon­da­teurs lan­cent, sans grande pré­pa­ra­tion, un nou­v­el heb­do­madaire l’Ebdo dont nous avons racon­té la rapi­de décon­fi­ture. Comme les sociétés éditri­ces du mag­a­zine et de l’hebdomadaire n’étaient pas cloi­son­nées, Bec­ca­ria et Saint-Exupéry sont oblig­és, la mort dans l’âme, de ven­dre le titre – ain­si que son petit frère 6 Mois – à la Revue dess­inée adossée au Seuil.

Nouvelle formule

Début 2020, avec son numéro 49 au prix de 16 euros, la revue fait une mue. Le sous-titre « L’information grand for­mat » est rem­placé par « Dans l’intimité du siè­cle ». Le for­mat a été réduit et un Car­net de 20 pages forme un réc­it graphique. Les rédac­tri­ces en chef Léna Mauger et Mar­i­on Quil­lard veu­lent priv­ilégi­er les longs réc­its, revenant à l’ADN de la revue.

La revue revendique un lec­torat sta­ble avec 8000 abon­nés et plus de 20000 ventes en librairie. Elle vise 1000 abon­nés de plus à tra­vers un finance­ment par­tic­i­patif. Elle prof­ite des syn­er­gies dévelop­pées par les titres des nou­veaux pro­prié­taires (Franck Bourg­eron et Syl­vain Ricard avec une par­tic­i­pa­tion minori­taire du Seuil), la Revue dess­inée, Topo et 6 Mois. Un hors-série inti­t­ulé A4 rassem­ble les meilleurs arti­cles sur un thème don­né et se serait ven­du à plus de 8000 exem­plaires.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

Claude Chollet et l’Observatoire du journalisme (OJIM) ont été mis en examen par le procureur de la République à la demande de Monsieur Ramzi Khiroun, ancien chauffeur et garde du corps de DSK et maintenant porte-parole du groupe Lagardère. La mise en examen porte sur le délit d’injures publiques, susceptible d’une amende de 12.000 € et de dommages et intérêts supplémentaires. La première audience a lieu le 7 octobre. Pour nous aider à nous défendre et à nous développer, rejoignez nos donateurs.

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.