Accueil | Actualités | Médias | La revue XXI sort de la tourmente avec une nouvelle formule
Pub­lié le 2 février 2020 | Éti­quettes : , , ,

La revue XXI sort de la tourmente avec une nouvelle formule

Vous connaissez le « mook », anglicisme contraction de book et de magazine. Dès 2008, les pionniers en France en furent Laurent Beccaria (éditions Les Arènes) et Patrick de Saint-Exupéry (ex Le Figaro) en lançant XXI une revue semestrielle distribuée en librairie (comme un livre) et sur abonnements. Avec une participation minoritaire de Gallimard. La revue a eu ensuite une vie parfois mouvementée. 

Le faux pas de l’Ebdo

En 2018, alors que la revue connaissait un franc succès, les fondateurs lancent, sans grande préparation, un nouvel hebdomadaire l’Ebdo dont nous avons raconté la rapide déconfiture. Comme les sociétés éditrices du magazine et de l’hebdomadaire n’étaient pas cloisonnées, Beccaria et Saint-Exupéry sont obligés, la mort dans l’âme, de vendre le titre – ainsi que son petit frère 6 Mois – à la Revue dessinée adossée au Seuil.

Nouvelle formule

Début 2020, avec son numéro 49 au prix de 16 euros, la revue fait une mue. Le sous-titre « L’information grand format » est remplacé par « Dans l’intimité du siècle ». Le format a été réduit et un Carnet de 20 pages forme un récit graphique. Les rédactrices en chef Léna Mauger et Marion Quillard veulent privilégier les longs récits, revenant à l’ADN de la revue.

La revue revendique un lectorat stable avec 8000 abonnés et plus de 20000 ventes en librairie. Elle vise 1000 abonnés de plus à travers un financement participatif. Elle profite des synergies développées par les titres des nouveaux propriétaires (Franck Bourgeron et Sylvain Ricard avec une participation minoritaire du Seuil), la Revue dessinée, Topo et 6 Mois. Un hors-série intitulé A4 rassemble les meilleurs articles sur un thème donné et se serait vendu à plus de 8000 exemplaires.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This