Accueil | Actualités | Médias | Reprise à rebondissements pour les titres du GHM

Reprise à rebondissements pour les titres du GHM

La reprise du « pôle sud » du Groupe Hersant Media (La Provence, Nice-Matin, Var-Matin et Corse-Matin) est, décidément, bien difficile à suivre.

Vendredi 7 décembre 2012, le Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI), un organisme de soutien et d’intervention gouvernemental au bénéfice des entreprises en difficulté, se réunissait pour étudier la seule offre globale de reprise des titres, celle de Bernard Tapie.

Mais, coup de théâtre de dernière minute : le groupe belge Rossel (RTL, Le Soir, Nord-Eclair, La Voix du Nord, Le Courrier picard…) dépose alors une autre offre de reprise globale des titres.

Le directeur général de GHM résume ainsi la situation dans un entretien au Figaro : « nous disposions d'une offre globale, ferme et définitive de 50,5 millions d'euros et financée par la famille Hersant et Bernard Tapie. […] La signature du protocole était prévue pour 15 heures mais, à 15 h 45, le conciliateur a reçu une offre du groupe Rossel avec un financement de BNP Paribas ».

Pour Le Figaro, il ne fait pas de doute que « le gouvernement a tout fait en coulisse pour pousser le groupe belge à se manifester, barrant ainsi la route à une arrivée de Bernard Tapie dans le paysage de la presse régionale française ».

La réaction de l'homme d'affaire ne tarde pas. Bernard Tapie annonce en effet dans la foulée qu'il renonce à son offre, contre l'avis du GHM qui « demande au conciliateur Christophe Thévenot de solliciter Bernard Tapie pour qu'il revienne sur son retrait »…

Bernard Tapie maintient cependant son retrait qu’il qualifie de définitif, tonnant au passage contre l'intervention du gouvernement : « quand Bercy fait le monde entier pour essayer de trouver, coûte que coûte, un repreneur, parce que celui qui est là ne lui plaît pas, alors on n’est plus dans le pays dans lequel je croyais encore me trouver. On est plus en Corée du Nord qu’en France, surtout quand il s’agit d’une entreprise de presse ».

Dernier rebondissement : le 10 décembre, le tribunal de commerce de Paris annonce qu'il prolonge le délai de dépôt des offres jusqu'au 24 décembre prochain. Sans une offre ferme, prévient Frank Gentin, son président, cité par l'hebdomadaire Challenges, le tribunal « se trouvera dans l'obligation de prononcer la liquidation ».

Un dossier à suivre...

Source : Le Figaro / Challenges. Crédit photo : capture d'écran vidéo France 2

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux