Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Rebondissement en série dans l’affaire de la revente de Numéro 23

18 juin 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Rebondissement en série dans l’affaire de la revente de Numéro 23

Rebondissement en série dans l’affaire de la revente de Numéro 23

Ajouté d’urgence à la loi Macron par le Sénat, un amendement instituant une taxe de 20 % sur la plus-value en cas de revente de fréquences de la TNT a été supprimé par l’Assemblée nationale, avant d’être finalement réinséré dans la loi ces derniers jours.

L’amendement avait été adop­té par le Sénat le 6 mai 2015 en réac­tion à l’an­nonce du rachat par Nex­tRa­dioTV de la chaîne Numéro 23. Pour l’ac­quérir, le groupe dirigé par Alain Weill, qui pos­sède déjà BMFTV et RMC Décou­verte, a déboursé la coquette somme de 90 mil­lions d’eu­ros… pour une fréquence qui avait été attribuée gra­tu­ite­ment par le CSA à Pas­cal Houzelot, le patron de la chaîne, il y a moins de trois ans.

Si l’affaire est légale, de nom­breuses voix s’é­taient néan­moins élevées con­tre ce qui s’ap­par­ente à un traf­ic de fréquences plus que dis­cutable sur le plan moral. C’est ce qui a poussé les séna­teurs à relever la taxe sur la revente d’une fréquence TNT de 5 à 20 %, avec le sou­tien de la min­istre de la Cul­ture, Fleur Pel­lerin. Car si la vente est d’ores et déjà con­clue, il manque encore l’a­gré­ment du Con­seil Supérieur de l’Au­dio­vi­suel. Il n’y avait donc pas de temps à per­dre pour les con­tes­tataires, désireux de faire appli­quer le texte avant la déci­sion des Sages.

Sauf que… jeu­di 11 juin : coup de théâtre ! À l’oc­ca­sion d’une nou­velle dis­cus­sion de la loi Macron à l’Assem­blée nationale, l’a­mende­ment a été pure­ment et sim­ple­ment sup­primé, à la plus grande sat­is­fac­tion du min­istre de l’É­conomie, qui s’est jus­ti­fié à la tri­bune en assur­ant qu’un nou­veau pro­jet de loi porterait « un véhicule lég­is­latif mieux adap­té » à la ques­tion…

Les réac­tions n’ont pas tardé. Pour la député UDI Cather­ine Morin-Desail­ly, il s’ag­it d’une « sup­pres­sion incom­préhen­si­ble » qui, dans les faits, revient à « avalis­er les con­di­tions de vente de Numéro 23 ». Et celle-ci de soulign­er, sur son blog, que « la gauche devra assumer face aux Français d’avoir entériné des pra­tiques par­mi les plus dis­cuta­bles du ‘monde de la finance’ favorisant, qui plus est, l’en­richisse­ment de per­son­nal­ités réputées proches des cer­cles actuels du pou­voir ». Et c’est là que le bât blesse.

Pas­cal Houzelot, patron de Numéro 23 et, de fait, prin­ci­pal béné­fi­ci­aire de cette revente juteuse, entre­tient en effet des liens avec cer­tains mem­bres du gou­verne­ment. Lob­by­iste, nom­mé récem­ment Cheva­lier des Arts et des Let­tres par la min­istre de la Cul­ture, l’homme est égale­ment réputé pour organ­is­er des dîn­ers privés avec le gratin politi­co-médi­a­tique : Olivi­er Schrameck, Manuel Valls, Fleur Pel­lerin, et même Emmanuel Macron. De quoi éveiller bien des soupçons de petits arrange­ments entre copains…

Car avec cette sup­pres­sion, l’a­mende­ment n’é­tait pas prêt de revoir le jour avant de longs mois. De quoi laiss­er tout le temps au CSA pour avalis­er la revente (sans doute avant ses vacances annuelles en août)… et ain­si épargn­er cette vente scan­daleuse d’une tax­a­tion accrue.

Mais face au tol­lé provo­qué par ce retrait, l’af­faire a con­nu un dernier rebondisse­ment. Mar­di 16 juin, le gou­verne­ment a en effet réin­tro­duit l’a­mende­ment dans la loi Macron en com­mis­sion. Il pla­fonne le mon­tant de la taxe à 26 % de la plus-val­ue réal­isée sur la vente de la chaîne, et garde le sys­tème de tax­a­tion à 20 % si la chaîne est cédée moins de cinq ans après son attri­bu­tion par le CSA.

Celui-ci devrait donc entr­er en vigueur avant que le CSA ne donne son agré­ment à la revente de Numéro 23, et donc impos­er une tax­a­tion à cet acte. À moins qu’un nou­veau rebondisse­ment n’in­ter­vi­enne d’ici là…

Voir notre infographie du groupe NextRadioTV

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).