Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quotidien et Yann Barthès dans le rôle du truand ?

21 juillet 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Quotidien et Yann Barthès dans le rôle du truand ?

Quotidien et Yann Barthès dans le rôle du truand ?

[Red­if­fu­sion — pre­mière dif­fu­sion le 25 novem­bre 2019]

L’émission pour adulescents Quotidien de Yann Barthès ne faisait déjà pas dans la dentelle, passant son temps à manipuler ses habitués pour qu’ils pensent selon la ligne du parti des médias convenus. Un seul numéro de Valeurs Actuelles aura suffi à abattre de mythe.

Piratage de Valeurs Actuelles

Le numéro de l’hebdomadaire Valeurs Actuelles daté du 21 au 27 novem­bre aurait dû, comme il est d’usage, être décou­vert par ses lecteurs poten­tiels en kiosques ou maisons de la presse au petit matin du jeu­di 21 novem­bre. Ce ne fut pas le cas. Pourquoi ? L’un des « héros » du pou­voir médi­a­tique bien-pen­sant, devenu celui des « rien pen­sants » selon l’excellente for­mule d’Elis­a­beth Lévy, a décidé de le pirater et de le met­tre à dis­po­si­tion de tout un cha­cun dès le mer­cre­di soir, dans le cadre de son émis­sion ain­si que sur les réseaux soci­aux. Ce soir-là, Yann Barthès a ten­té de retourn­er une sit­u­a­tion dif­fi­cile à son avan­tage mais n’y est pas par­venu : il fait la cou­ver­ture du numéro, avec comme titre « La tyran­nie des bien-pen­sants », comme accroche « Enquête sur quo­ti­di­en, la machine infer­nale de Yann Barthès. Pro­pa­gande, humil­i­a­tions, fake news… Com­ment les têtes à claques du poli­tique­ment cor­rect font la loi ». 

Quo­ti­di­en et Yann Barthès ont donc préféré pren­dre les devants et mimer l’ironie. Cela n’aura évidem­ment pas suf­fi puisque le dossier, excel­lent, de Valeurs Actuelles est entière­ment fondé sur le factuel, jour­nal­is­tique en somme, ce que n’est pas l’émission Quo­ti­di­en, dont il est juste­ment démon­tré qu’elle ne s’embarrasse pas de déontologie.

Bien au contraire.

Une émission de service commandé

Valeurs Actuelles mon­tre le jeu des manip­u­la­tions (reportages truqués, images détournées, inter­view savam­ment coupées afin de faire dire ce que l’on veut à l’interlocuteur, obses­sion de l’extrême droite, con­tra­dicteurs jamais invités, à une excep­tion près….).

Ain­si, en qua­tre arti­cles, signés Bastien Leje­une, Ingrid Riocre­ux, Char­lotte d’Ornellas et Solange Bied-Char­reton, Quo­ti­di­en s’écroule :

  • La tyran­nie des bien-pensants
  • Les vic­times quo­ti­di­ennes de Quo­ti­di­en
  • Les petits men­songes de Quo­ti­di­en
  • Yann Barthès, empereur de la France d’en haut

Quo­ti­di­en s’écroule donc, et mon­tre ce qu’il est en réal­ité : une émis­sion en ser­vice com­mandé pour l’idéologie dom­i­nante hors-sol. Il n’est même pas cer­tain que les adules­cents ani­mant cette « émis­sion » soient capa­bles de le com­pren­dre intel­lectuelle­ment. Le numéro de Valeurs Actuelles (qui paraît le ven­dre­di) est tou­jours en vent.

Sur le même sujet

Related Posts

Derniers portraits ajoutés

Jean-Pierre Pernaut

PORTRAIT — Il est le jour­nal­iste le plus détesté de la bobocratie médi­a­tique parisi­enne (Les Inrocks, Libéra­tion, etc…) mais son « Jour­nal de 13 heures » est le plus suivi du PAF (près de 7 mil­lions de per­son­nes quotidiennement).

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.