Accueil | Actualités | Médias | Quand Haziza veut « balafrer » un journaliste de Politis…
Pub­lié le 11 septembre 2014 | Éti­quettes : , , , ,

Quand Haziza veut « balafrer » un journaliste de Politis…

Alors qu'il couvrait, à La Rochelle, l'université d'été du PS, le rédacteur en chef adjoint de Politis, Michel Soudais, a été violemment interpellé par Frédéric Haziza.

Bien connu pour son militantisme pro-israélien assumé et pour son agressivité, le journaliste de La Chaîne Parlementaire (LCP) aurait lancé à M. Soudais, devant témoins : « Je vais t’écraser comme une merde », avant de le menacer de lui « balafrer » le visage. « De curieuses méthodes », commente sobrement Politis.

À l'origine des tensions, un petit billet publié sur Politis et reprenant la bourde commise par Haziza il y a quelques semaines. En pleine période de manifestations pro-palestiniennes, le journaliste de Radio J, la radio communautaire juive, avait tweeté une photo censée représenter un manifestant s'en prenant à un policier. Manque de chance, celle-ci avait été prise en juin 2009... en Iran ! ce que n’avait pas manqué de souligner Politis, d’où le courroux de Frédéric Haziza, pris la main dans le sac de la désinformation.

Voir notre portrait de Frédéric Haziza

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This