Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
QG ? Les combats de pépé continuent
Publié le 

10 mars 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | QG ? Les combats de pépé continuent

QG ? Les combats de pépé continuent

Aussi surprenant que cela semblera, à l’heure d’une invasion migratoire orchestrée par la Turquie, le média d’Aude Lancelin QG (Quartier Général) affiche ses préoccupations : « Lextrême-droite, meilleure alliée du capital ». Écoute d’une émission qui pourrait avoir été réalisée en 1939 (juste avant le pacte germano-sociétique). Émission conçue autour de Thomas Portes, « en lutte » contre Génération Identitaire qui avait montré que l’on peut bloquer les frontières, en 2018. En plein dans l’actualité.

L’OJIM s’est intéressé à QG, média directe­ment issu de la crise de Le Média qui fut lancé par les proches de LFI et de Jean-Luc Mélen­chon, avant que ses dirigeants et employés ne dévelop­pent en interne, en gros, tout ce qu’ils reprochent au cap­i­tal­isme : voir ici.

Sur QG, l’émission « Quarti­er Libre » du 05 févri­er 2020, ani­mée par Aude Lancelin, rece­vait donc Thomas Portes, « porte-parole nation­al des cheminots au PCF, pour évo­quer le com­bat con­tre le RN sur le ter­rain, lavenir pour le mou­ve­ment con­tre la réforme des retraites, et autres thèmes. » C’est Aude Lancelin qui présente et inter­roge.

Un sens unique et vintage : florilège

  • Le porte parole des cheminots au PCF est aus­si chef de cab­i­net à la mairie PCF de Champigny-sur-Marne, une vieille tra­di­tion qui per­met de faire vivre des mil­i­tants.
  • Portes pub­lie Au coeur de la haine (Arcane 17 — référence au mer­veilleux livre d’André Bre­ton, ndlr), « con­sé­cu­tif au procès que lui a inten­té le grou­pus­cule d’extrême droite, Généra­tion Iden­ti­taire (on notera que Lancelin ne présente pas le PCF comme un grou­pus­cule) suite à la démon­stra­tion faite en 2018 ». Le 21 avril 2018, GI est inter­venu pour mon­tr­er qu’il est pos­si­ble défendre les fron­tières, sur le col de l’échelle.

Notons le car­ac­tère pré­moni­toire de cette inter­ven­tion au vu de ce qui se passe à la fron­tière entre la Turquie et l’UE en ce début mars 2020

  • Le jour de l’intervention de GI, Portes tweete en qual­i­fi­ant l’organisation de « néo-nazie ». GI porte plainte. Portes et Lancelin sem­blent sur­pris que l’on ne puisse pas, en France, qual­i­fi­er de néo-nazi qui l’on veut, quand l’on veut. Du moins, quand on est de gauche lib­er­taro com­mu­niste. Il est vrai que jusqu’à présent la reduc­tio ad hitlerum était à ce point de mise qu’elle était dev­enue comme une sec­onde nature.
  • Portes explique, et le pire est qu’il a l’air con­va­in­cu, qu’il est sur­pris. Pour lui, sa réac­tion du 21 avril est une « réac­tion poli­tique » (pas de la diffama­tion — il est donc per­mis de sup­pos­er que Portes trou­verait jus­ti­fié que l’on qual­i­fie le PCF actuel de khmer rouge), qu’« il était passé à autre chose » (l’assignation a mis deux mois à arriv­er — les cocos sont pré­cis, le vieux monde est der­rière eux pensent-ils tou­jours) mais, finale­ment, « c’est une vieille stratégie de l’Extrême droite de cibler celles et ceux qui les qual­i­fient pour ce qu’ils sont ».
  • Portes explique que le but du PCF, dans le cadre de son procès et de son livre, est d’utiliser le procès afin de pou­voir qual­i­fi­er GI de « nazie » et donc d’obtenir la dis­so­lu­tion de cette mou­vance-là. Il est d’une sincérité épatante, Lancelin bien que très zen, sans doute l’effet de la nour­ri­t­ure bio-veg­an, acqui­esce : il est donc admis qu’un par­ti de gauche en voie de dis­pari­tion, le PCF, peut fomenter une util­i­sa­tion de la jus­tice dans le but de faire inter­dire une organ­i­sa­tion poli­tique ayant des idées dif­férentes des siennes. Le PCF est tou­jours aus­si démoc­rate.

L’extrême droite, danger principal en 1930 en France, pardon… en 2020

  • « Réarme­ment idéologique ? ». Évidem­ment, dit Portes, pour qui qual­i­fi­er les électeurs du RN « d’abrutis » ne suf­fit plus (avant c’était suff­isant). Portes décou­vre « qu’il y a un vote d’adhésion ». Il explique qu’il ne faut rien lâch­er mais ne cherche pas à com­pren­dre pourquoi les gens votent RN. Il n’interroge pas non plus ce qu’est le RN, ni s’il est réelle­ment d’extrême droite. Par con­tre, il tombe sur les fess­es en com­prenant que les électeurs ne sont pas… « racistes ».
  • C’est que Portes est allé à Hénin-Beau­mont, mairie de Steeve Briois, pour faire ce genre de con­stats. Il décou­vre — et nous ne pou­vons qu’en être éton­nés — que ce sont les poli­tiques menées depuis les années 80 du siè­cle passé, à par­tir de Mitterrand/Fabius, dont ne veu­lent plus les gens, des gens du reste nor­maux. Portes ne sem­ble pas infor­mé que ces poli­tiques ont a plusieurs repris­es été menées… avec des min­istres com­mu­nistes au gou­verne­ment.
  • Pire : Portes explique que Briois (maire d’Hénin-Beaumont) fai­sait les sor­ties d’usine avant d’être élu maire, expli­quant que les emplois français par­taient à l’étranger, récla­mant du tra­vail en France pour les Français. Le chef de cab­i­net de Champigny qui ne cesse de dire que les « jeunes mil­i­tants man­quent de cul­ture poli­tique » ignore que la France entière des années 70 / 80 était tapis­sée d’affiches du PCF clairon­nant « Le tra­vail aux Français  ».

Union contre le retour du « fachisme » !

  • Dans les munic­i­pal­ités RN, les mil­i­tants d’opposition (de gauche en par­ti­c­uli­er) seraient « per­sé­cutés ». Portes en con­naît un ray­on à ce pro­pos, une pra­tique sécu­laire dans les munic­i­pal­ités PCF. Il par­le même d’un « sen­ti­ment de ter­reur », une sorte de PCF munic­i­pal.
  • Dis­cours vin­tage : « Quoi qu’il arrive, faire bar­rage à l’extrême droite et au fachisme ». Autrement dit, Portes pense que le RN est le meilleur allié du cap­i­tal mais… il pour­rait vot­er pour le cap­i­tal­iste Macron.
  • Portes voit un « pays dans une érup­tion totale ». Il doit vivre dans le 9–3. Ailleurs, les choses sont pour­tant assez calmes et la pop­u­la­tion man­i­feste mas­sive­ment dans les grandes sur­faces. Sauf dans quelques rues de Lyon ou de Toulouse, par exem­ple, où régulière­ment quelques dizaines de mil­i­tants de gauche brisent les vit­rines des com­merçants en toute impunité.
  • Le RN serait « ultra-libéral »… A l’évidence, la pen­sée est blo­quée vers 1975 du côté du PCF.
  • La France est présen­tée comme un pays qua­si total­i­taire ou la répres­sion de Macron est « fachiste ». Tout est donc « fachiste », sauf le PCF. Ce qui, n’oublions pas (voir supra), n’empêcherait pas Portes de vot­er Macron au 2e tour des prochaines élec­tions prési­den­tielles, en une sorte de remake du pacte ger­mano-socié­tique alors ?
  • Une solu­tion ? « Il faut unir la gauche ». Un moyen : « Il faut arrêter de regarder ce qu’on fait les uns et les autres dans le passé». Il est vrai que pour le PCF, dont Portes est mem­bre et d’une cer­taine manière le salarié, avec 100 mil­lions de morts en 70 ans, il est préférable de met­tre la pous­sière sous le tapis.
  • La révo­lu­tion ? Ce sont les cheminots et l’éducation nationale qui doivent la faire. Autrement dit, les salariés du secteur pub­lic. Une révo­lu­tion menée par les salariés de l’Etat cap­i­tal­iste…

Des pans entiers de la vie poli­tique actuelle, de gauche ou de gauche rad­i­cale, situés géo­graphique­ment dans quelques bas­tions comme le 9–3, ont con­servé un logi­ciel d’une autre époque et sem­blent autant décon­nec­tés du réel des vrais gens que les amis d’Emmanuel Macron. Ce logi­ciel de papy paraît peu adap­té à une société dans laque­lle cha­cun de nous est main­tenant tracé à chaque sec­onde, ce qui fut juste­ment le rêve de Lénine, Staline, Pol-Pot, Mao et quelques autres..

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision