Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Presstalis et Prisma sont dans un bateau, qui va tomber à l’eau ?

8 mars 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Presstalis et Prisma sont dans un bateau, qui va tomber à l’eau ?

Presstalis et Prisma sont dans un bateau, qui va tomber à l’eau ?

Chacun connaît la devinette enfantine, pince mi et pince moi sont dans un bateau, pince mi tombe à l’eau, qu’est ce qui reste ? Réponse « pince moi » et le répondant est pincé par celui qui pose la question. Qui pincera qui entre Prisma premier groupe de magazines en France (Voici, Gala Télé-Loisirs, Femme actuelle et bien d’autres) et la messagerie en déconfiture ? Et qui se noiera ?

Je te tiens, tu me tiens par la barbichette

Cet arti­cle com­mencé par une devinette peut bien se pour­suiv­re par une comp­tine. Le groupe Pris­ma média est la fil­iale française du groupe alle­mand Ber­tels­mann (pre­mier groupe européen de com­mu­ni­ca­tion (RTL, M6, Pen­guin Ran­dom House et beau­coup d’autres) via la société Gruner+Jahr. C’est aus­si – de par son nom­bre de titres en France – le pre­mier client de Presstal­is, le plus engagé, celui qui détient les créances les plus impor­tantes sur la mes­sagerie avec un risque crois­sant de les per­dre en tout ou en par­tie.

D’autant (source Let­tre A du 4 mars 2020) que Pris­ma a assuré par­tielle­ment les fins de mois de Presstal­is en 2017 avec une avance de 17M€ dont il est cer­tain qu’elle ne sera jamais recou­vrée. Que peut faire devant une telle sit­u­a­tion Rolf Heinz, le puis­sant patron de Pris­ma ?

Discrète retraite sans flambeaux

Tout d’abord, quit­ter la direc­tion du navire qui coule en démis­sion­nant du con­seil d’administration main­tenant dom­iné par Louis Drey­fus du groupe Le Monde, voir notre arti­cle sur le sujet. Démis­sion entérinée en févri­er 2020. Ensuite, informer les salariés du groupe que le pre­mier semes­tre 2020 serait « très dur », pour les pré­par­er à des mesures qui pour­raient être sévères. Si Presstal­is boit le bouil­lon c’est a min­i­ma une perte sèche supérieure à 20M€ pour Pris­ma, en sus des 17M€ éva­porés du prêt de 2017. Papa Ber­telss­mann ne sera sans doute pas très con­tent.

Enfin en dimin­u­ant pro­gres­sive­ment le risque ou du moins en ralen­tis­sant sa crois­sance. La sit­u­a­tion est para­doxale, plus Pris­ma vend à tra­vers la dis­tri­b­u­tion de Presstal­is plus la dette de la mes­sagerie aug­mente et plus le risque d’impayé croît dans les mêmes pro­por­tions. C’est pourquoi Pris­ma repousse la paru­tion de numéros spé­ci­aux, de sup­plé­ments et autres hors-série. L’autre moyen c’est de dimin­uer le prix de vente des mag­a­zines, au moins pour un temps. Les heureux lecteurs de Télé-loisirs n’ont payé que 0,9€ (au lieu de 1,40€) leur guide sur deux numéros de févri­er, de même pour cer­tains numéros de Gala (2€ au lieu de 3€). Le sig­nataire de cet arti­cle – à regret — n’a pu prof­iter de cette offre excep­tion­nelle.

Mais, comme la marge de Presstal­is est cal­culée en par­tie sur ce prix, en dimin­u­ant le prix de vente l’éditeur dimin­ue de fac­to la marge brute de la mes­sagerie, la frag­ilisant encore plus. Surtout si d’autres édi­teurs suiv­ent le mou­ve­ment. Nous don­nons ren­dez-vous à tous les par­tic­i­pants au grand jeu Presstal­is après les élec­tions munic­i­pales, quo­ti­di­ens, mag­a­zines, imprimeurs, édi­teurs, jour­nal­istes. Le match repren­dra et il y aura des morts.

Sur la lutte entre les quo­ti­di­ens et les mag­a­zines autour de la chute de Presstal­is, voir le com­mu­niqué du SAEP (syn­di­cat des édi­teurs de presse, qui défend les mag­a­zines).

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision