Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Presstalis+NMPP+France Messagerie = 600M€ de vos poches

6 janvier 2023

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Presstalis+NMPP+France Messagerie = 600M€ de vos poches

Presstalis+NMPP+France Messagerie = 600M€ de vos poches

6 janvier 2023

Temps de lecture : 2 minutes

Ce contenu est gratuit. L’Ojim vous informe sur ceux qui vous informent. Son indépendance repose sur les dons de ses lecteurs. Après déduction fiscale, un don de 50 € revient à 17 €, un don de 100 € revient à 34 €.

C’est une longue, très longue et triste histoire que celle de la distribution de la presse en France. Et qui coûte cher.

Des NMPP à Presstalis

À la fin de la guerre et lors du vote de la loi Bichet (1947) la CGT alors con­trôlée de près par le par­ti com­mu­niste avait pris de fait le con­trôle des Nou­velles Mes­sageries de la Presse Parisi­enne (NMPP), société coopéra­tive, con­sti­tuée par les édi­teurs de presse (51%) et Hachette (49%) ; Hachette nom­mait le directeur général, ce dernier n’ayant que très peu de pou­voir face à celui de la CGT. Les NMPP avaient le mono­pole de la dis­tri­b­u­tion des quo­ti­di­ens et dis­tribuaient la majorité des magazines.

Gabe­gies pharaoniques, salaires et sur salaires, primes et sur­primes, emplois bidons en réal­ité occupés par des per­ma­nents du PCF ou de la CGT, prére­traites somptueuses, traf­ic de papi­er (200 tonnes par mois) en faveur de Cuba, détourne­ment de jour­naux ven­dus hors cir­cuit, les pertes cumulées dépassent l’équivalent de 240M€ et Hachette se retire en 2010, la société devient alors Presstalis.

De Presstalis à France Messagerie

En quelques années les effec­tifs pléthoriques étaient passés d’une armée de 6000 employés (!) à deux rég­i­ments soit 2500 per­son­nes, soit encore beau­coup trop de monde pour un ser­vice défectueux et des grèves à répéti­tion. Presstal­is devient une SAS, pos­sédée à 75% par les édi­teurs de presse mag­a­zine et 25% les édi­teurs de quo­ti­di­ens. Pour arriv­er plus tard à 1250 per­son­nes, le plan de départs garan­tit le verse­ment inté­gral du salaire pour les plus de 55 ans jusqu’à leur retraite effec­tive à 60 ans. L’État injecte 250M€ en 2012 pour la restructuration.

Mais la sit­u­a­tion ne s’améliore pas, en 2017 nou­veau plan de départ de 250 per­son­nes et 150M€ pris dans les poches de l’État. Le dépôt de bilan est pronon­cé en avril 2020 et l’État accorde deux « prêts » de 68M€ pour faire la soudure. France Mes­sagerie, qui reprend les activ­ités de Presstal­is, reçoit une nou­velle aide de 80M€ pour financer les licenciements.

France Messagerie 27M€ de plus par an mais affaibli

À par­tir de 2020, France Mes­sagerie (présidé par Louis Drey­fus du Monde) con­serve le mono­pole de la dis­tri­b­u­tion des quo­ti­di­ens nationaux et celle d’une par­tie des mag­a­zines. Ces derniers sont con­traints pen­dant un temps de ne pas rejoin­dre le con­cur­rent MLP (Mes­sageries Lyon­nais­es de la Presse) mais une bonne par­tie le fait dès l’interdiction lev­ée. Le groupe SoPress, puis Pris­ma média et enfin quar­ante petits édi­teurs passent chez MLP. Le mou­ve­ment s’accélèrera en 2023 lorsque les mag­a­zines du groupe Reworld (source Let­tre A) passeront chez MLP, qui con­trôlera alors plus de  80% de la dis­tri­b­u­tion des mag­a­zines. Entretemps France Mes­sagerie survit grâce à une sub­ven­tion annuelle de l’État de 27M€. Faites les comptes, on est env­i­ron à 600M€ pour la dis­tri­b­u­tion de médias dont une bonne par­tie appar­tient à l’espèce des médias de grand chemin. En atten­dant sans doute de nou­veaux déboires et de nou­velles sub­ven­tions. On vous souhaite une bonne année quand même.

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés