Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Presstalis : divorce en vue entre quotidiens et magazines, la CGT perturbe la distribution

15 mai 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Presstalis : divorce en vue entre quotidiens et magazines, la CGT perturbe la distribution

Presstalis : divorce en vue entre quotidiens et magazines, la CGT perturbe la distribution

Le long, le très long feuilleton de l’agonie de Presstalis touche (presque) à sa fin. La majorité des magazines – spoliés depuis de longues années par les quotidiens – ont refusé de s’associer au plan proposé par ces derniers et la CGT relance l’offensive.

Je t’aime, moi non plus

Les quo­ti­di­ens voulaient que les mag­a­zines con­tin­u­ent de pay­er pour eux. Les deux plus gros édi­teurs de mag­a­zines, Pris­ma et Reworld Media ont déjà dit non ; d’autres mag­a­zines hési­tent dont ceux du groupe de Daniel Křetín­ský (Elle, Mar­i­anne, Télé 7 jours) ; les petits édi­teurs (qui font moins de 5M€ de chiffre d’affaires) pour­ront rejoin­dre les MLP (Mes­sageries lyon­nais­es de presse) don­nant sat­is­fac­tion en par­tie à leur syn­di­cat la SAEP.

Résul­tat des cours­es les quo­ti­di­ens nationaux (Le Monde, Le Figaro, L’Équipe, Les Échos, Libéra­tion, La Croix, L’Humanité) déci­dent de courir seuls tout en con­tin­u­ant à appel­er les mag­a­zines à les rejoin­dre et déposent un pro­jet de con­tin­u­a­tion d’activité au tri­bunal de com­merce, appelé à se pronon­cer le 15 mai.

245 emplois sur 900 préservés

Si le pro­jet de Louis Drey­fus préserve plus de la moitié des emplois du siège et de la plate­forme très syn­diquée de Bobigny, il ne prévoit pas de repren­dre les quelques 500 salariés de la Société d’agence et de dif­fu­sion (SAD). Ces cen­tres de dif­fu­sion vers la province seraient soit repris un par un par de nou­veaux entrants ou ces derniers en créeraient de nou­veaux avec cer­tains anciens salariés.

La CGT – large­ment respon­s­able (mais pas toute seule) de la décon­fi­ture de Presstal­is — a trou­vé la solu­tion : per­turber l’impression et la dis­tri­b­u­tion de cer­tains quo­ti­di­ens et mag­a­zines les 12 et 13 mai en par­ti­c­uli­er à Mar­seille et Lyon. D’autres mou­ve­ments sont à prévoir dans les jours et semaines à venir.

Un pansement de grand luxe sur une jambe de bois

L’Etat con­tin­ue de panser les plaies. Le Comité inter­min­istériel de restruc­tura­tion indus­trielle (CIRI) a déjà fait remet­tre au pot via le tré­sor pub­lic. 17M€ en avance sur les aides directes de juin, plus 16M€ dus aux kiosquiers, plus un prêt de 35M€ (une cer­ti­tude, ce prêt ne sera jamais rem­boursé) pour les prochaines semaines, plus encore 80M€ annon­cés mélanges de prêts et de sub­ven­tions pour soutenir le pro­jet de Louis Drey­fus. L’addition totale doit dépass­er main­tenant les 600M€…

Et ce pour un résul­tat très incer­tain. Inter­rogé par l’AFP, le prési­dent par intérim de Presstal­is, Cédric Dujardin a déjà exprimé son scep­ti­cisme : « Je ne vois pas com­ment faire un plan pérenne dans une indus­trie avec un marché qui dégringole de 15% par an. Il ne faut pas se faire de films… Beau­coup de déci­sions n’ont pas été pris­es car elles n’arrangeaient per­son­ne et à un moment on arrive au pied du mur. On m’a appelé pour pass­er le mur et pren­dre les déci­sions désagréables ». Un pari ? D’autres sub­ven­tions pour la dis­tri­b­u­tion des quo­ti­di­ens jusqu’au moment où leur dis­tri­b­u­tion sera essen­tielle­ment dig­i­tale, où la dis­tri­b­u­tion physique devien­dra mar­ginale et se fera par portage, entraî­nant la mort des kiosquiers ou leur trans­for­ma­tion en dis­trib­u­teurs de mag­a­zines, bon­bons, para­pluies, préser­vat­ifs et fan­fre­luches.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision