Accueil | Actualités | Médias | Présent : le quotidien connaît une seconde naissance
Pub­lié le 10 juillet 2014 | Éti­quettes : ,

Présent : le quotidien connaît une seconde naissance

Étrange aventure que celle du quotidien « national catholique » Présent. Né par souscription en novembre 1981 sous les auspices du journaliste polémiste François Brigneau, du penseur catholique Jean Madiran, de Bernard Antony et de deux autres associés, le journal connaîtra un réel succès lors de son lancement début 1982 avec plus de 6000 abonnés. Malgré une mise en page « bizarre » (ou originale selon certains) le début des années 90 verra l’heure de gloire du quotidien qui dépasse alors les 10 000 abonnés et plusieurs milliers de ventes en kiosque.

Ce sera ensuite un long déclin, le journal perdant régulièrement plusieurs centaines d’abonnés par an (malgré des appels permanents à souscription) pour arriver à un étiage de 2000 abonnés payants début 2014 avec des ventes en kiosques résiduelles inférieures à moins de 300 exemplaires. Des ventes insuffisantes pour assurer la survie d’un journal employant 20 collaborateurs à plein temps ou à temps partiel. Un journal menacé de disparition de manière mécanique. Les fondateurs Brigneau et Madiran disparus en 2012 et 2013 c’est une équipe rajeunie qui reprend le flambeau en mars 2014 avec quelques remous compréhensibles de l’ancienne direction.

La nouvelle direction souhaite rajeunir le lectorat, introduire de nouvelles plumes, créer des partenariats extérieurs, établir une discrète mais réelle présence sur internet tout en gardant précieusement l’orientation « nationale et catholique » de la parution. Comme tout changement celui-ci est mal vécu et les « anciens » refusent les modifications des « modernes » les accusant de trahir l’héritage catholique en accueillant des « païens », des francs-maçons (!) et autres indésirables. Ces accusations ont été partiellement relayées par le site catholique Le Salon Beige.

Une lecture rapide de quelques numéros (8136,37,38,40) de juillet 2014 du quotidien ne confirme pas ces reproches. La maquette est la même, Le « Saint du Jour » est signalé dans trois numéros sur quatre, la traditionnelle dessinatrice Chard figure à chaque numéro. Un intéressant feuilleton de l’été reprend les aventures de jeunes français venus défendre la chrétienté à Beyrouth en 1976 lors de la guerre civile du Liban. Les « échos éthiques » reprennent les thèmes traditionnels des catholiques traditionalistes sur l’euthanasie et l’avortement, un « Dictionnaire du Vatican » voisine avec la reprise d’un appel aux dons de Jean Madiran et le rappel d’un héros de Dien-Bien-Phu. La dénonciation d’un possible défilé des troupes « viet-minhs » et de « drapeaux verts du FLN » lors du 14 juillet accompagne une rituelle dénonciation de Nicolas Sarkozy et des islamistes. Tous ces angles confirment la ligne « nationale catholique » du journal. Des esprits chagrins pourraient même souligner que des changements mineurs sont insuffisants pour relancer un quotidien en mauvaise posture. On a trop des doigts d’une main pour dénombrer les quotidiens clairement engagés politiquement : L’Humanité, La Marseillaise, Libération et Présent. A une heure où le pluralisme de la presse s’étiole dangereusement il serait dommage que Présent disparaisse.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This