Accueil | Actualités | Médias | Pour le patron de M6, il y a trop de chaînes
Pub­lié le 2 septembre 2013 | Éti­quettes : , , , ,

Pour le patron de M6, il y a trop de chaînes

Ce vendredi 30 août sur France Inter, Nicolas de Tavernost a évoqué la situation publicitaire des chaînes gratuites. Pour le patron de M6, il y a beaucoup trop de chaînes, ce qui fragilise le marché publicitaire.

« Quand on crée 25 chaînes, il faut que les conditions d’exploitation de ces chaînes soient claires, a-t-il dénoncé. Si tout le monde fait la même chose et si tout le monde va sur le gâteau publicitaire, il y aura un désastre. Soit un désastre lent, auquel on peut assister aujourd’hui, avec des programmes de moins en moins intéressants parce qu’il n’y pas de moyens pour les financer, soit un désastre plus rapide, avec des faillites. »

Et ce dernier de se plaindre que « 25 chaînes, comme l’ont voulu les pouvoirs publics, c’est excessif ». Ce dernier aimerait également « que la publicité soit réservée aux chaînes (privées, ndlr) y compris aux nouvelles chaînes de la TNT ».

Concernant la réglementation, Tavernost la juge excessive : « on ne peut pas mettre de cinéma le vendredi soir. On ne peut pas continuer comme ça! Alors on met une série américaine, qui fait encore plus d’audience... ce n’est pas protecteur pour le cinéma. Nous sommes le seul pays à avoir cette rigidité depuis 40 ans, il faut assouplir tout ce système. »

Et ce dernier de conclure : « depuis 5 ans, la publicité ne s’est pas multipliée avec la multiplication des chaînes, au contraire elle s’est un peu contractée avec la concurrence d’Internet. »

Source : podcast France Inter - crédit photo : capture d'écran vidéo France Inter sur Dailymotion

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This