Accueil | Actualités | Médias | Pour le patron de M6, il y a trop de chaînes
Pub­lié le 2 septembre 2013 | Éti­quettes : , , , ,

Pour le patron de M6, il y a trop de chaînes

Ce vendredi 30 août sur France Inter, Nicolas de Tavernost a évoqué la situation publicitaire des chaînes gratuites. Pour le patron de M6, il y a beaucoup trop de chaînes, ce qui fragilise le marché publicitaire.

« Quand on crée 25 chaînes, il faut que les conditions d’exploitation de ces chaînes soient claires, a-t-il dénoncé. Si tout le monde fait la même chose et si tout le monde va sur le gâteau publicitaire, il y aura un désastre. Soit un désastre lent, auquel on peut assister aujourd’hui, avec des programmes de moins en moins intéressants parce qu’il n’y pas de moyens pour les financer, soit un désastre plus rapide, avec des faillites. »

Et ce dernier de se plaindre que « 25 chaînes, comme l’ont voulu les pouvoirs publics, c’est excessif ». Ce dernier aimerait également « que la publicité soit réservée aux chaînes (privées, ndlr) y compris aux nouvelles chaînes de la TNT ».

Concernant la réglementation, Tavernost la juge excessive : « on ne peut pas mettre de cinéma le vendredi soir. On ne peut pas continuer comme ça! Alors on met une série américaine, qui fait encore plus d’audience... ce n’est pas protecteur pour le cinéma. Nous sommes le seul pays à avoir cette rigidité depuis 40 ans, il faut assouplir tout ce système. »

Et ce dernier de conclure : « depuis 5 ans, la publicité ne s’est pas multipliée avec la multiplication des chaînes, au contraire elle s’est un peu contractée avec la concurrence d’Internet. »

Source : podcast France Inter - crédit photo : capture d'écran vidéo France Inter sur Dailymotion

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux