Accueil | Actualités | Médias | Portrait : Anne Sinclair [rediffusion]
Pub­lié le 3 août 2016 | Éti­quettes : , ,

Portrait : Anne Sinclair [rediffusion]

Rediffusions estivales 2016

Anne Sinclair est née le 15 juillet 1948 à New York aux États-Unis. De nationalité franco-américaine, elle a passé les cinq premières années de sa vie aux États-Unis. En 1991, elle a épousé Dominique Strauss-Kahn (ex ministre des Finances, ex député-maire de Sarcelles, ex directeur général du Fonds monétaire international (FMI) et membre du Parti Socialiste). Le couple divorce en mars 2013, elle est désormais en couple avec l'historien Pierre Nora.

Elle est la fille de Joseph-Robert Schwartz (change son nom en Sinclair par décret du 3 août 1949) et de Micheline Rosenberg. Ancien résistant, Schwartz fut directeur de Radio-Levant à Beyrouth, puis secrétaire général de la délégation de la France libre au Caire. Proche ami de Pierre Mendès-France, il deviendra directeur général des parfums Élisabeth Arden, directeur technique des parfums Caron, directeur de Revlon International et administrateur de nombreuses sociétés.

Sa mère, Micheline Nanette Rosenberg était la fille de l'un des plus grands marchands d'art et galeristes de l'entre-deux-guerres, Paul Rosenberg. Anne Sinclair est divorcée du journaliste Ivan Levaï, qui lui a donné deux enfants : David et Élie.

Formation universitaire

Cours Hattemer. Licenciée en droit, diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris (filière Politique et Social, 1972).

Parcours professionnel

Co-anime les soirées électorales de BFMTV des 22 avril et 6 mai, associée à Olivier Mazerolle et Ruth Elkrief, les éditorialistes de la chaîne.

Directrice éditoriale du site français d'actualité, le Huffington Post, lancé le 23 janvier 2012. The Huffington Post est un journal d'information américain publié exclusivement sur Internet et afin d'offrir une réponse « libérale » (au sens anglo-saxon, c'est-à-dire non conservatrice) à d'autres sites conservateurs.

Participe, en 2008, à l'émission « Le Grand Journal » sur Canal+, en tant que correspondante aux États-Unis en vue de l'élection présidentielle américaine de 2008.

Anime sur France Inter, de 2003 à 2007, l'émission « Libre cours ».

En 2002, sur RTL, elle dirige des entretiens avec de grands patrons. Elle collabore également à l’hebdomadaire Paris Match.

À partir de 2001, elle tente une excursion hors de la presse et intègre le Groupe Netgem, une start-up spécialisée dans la vente de décodeurs de télévisions numérique.

En 1982, elle commence à travailler pour TF1 en tant que présentatrice de l'émission « Les Visiteurs du jour ». Suivent « Édition spéciale » (1983) et « Questions à domicile » avant la consécration avec « 7 sur 7 » (1984-1997). À partir de 1986, elle est directrice adjointe de l'information de la chaîne, puis directrice générale de TF1 Entreprise, directrice générale de e-TF1 en 1997, la filiale internet du groupe, en enfin vice-présidente. Elle quitte le groupe TF1 début 2001, à la suite de « désaccords » avec le PDG du groupe, Patrick Le Lay. Elle engage un procès aux prud'hommes et gagne 1,86 millions d'euro.

Animatrice de « L'homme en questions » (FR3,1973-1976) et de « L'Invité du jeudi » (A2, 1978-1982). Journaliste à Europe 1 de 1973 à 1976.
Travaille pour l’ancien premier ministre radical-socialiste Pierre Mendès-France à la direction de son bulletin Le Courrier de la République (1970-1973).

Lire la suite : ojim.fr/portraits/anne-sinclair/

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This