Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pierre Ménès et le racisme anti-blancs : les médias contre-attaquent

18 septembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Pierre Ménès et le racisme anti-blancs : les médias contre-attaquent

Pierre Ménès et le racisme anti-blancs : les médias contre-attaquent

Pierre Ménès, habitué à dire ce qu’il pense, a estimé sur CNEWS, le 7 septembre 2019, que “le vrai problème, en France, dans le foot, c’est le racisme anti-blancs”. Ce commentaire faisait suite aux récents propos de Lilian Thuram sur la “nécessité d’avoir le courage de dire que les Blancs pensent être supérieurs et qu’ils croient l’être”.

Pierre Ménès n’en n’est pas à son pre­mier coup d’essai, il avait déjà évo­qué le racisme anti-blancs en 2010, lors de la Coupe du monde. Mais cette fois, ses pro­pos ont engen­dré un véri­ta­ble emballe­ment médi­a­tique. Petit florilège.

Encore un qui fait le jeu de la “fachosphère”

Les arti­cles dans la presse général­iste s’intéressant unique­ment à ces déc­la­ra­tions, ne sont pas si nom­breux. Le vocab­u­laire employé tourne tou­jours autour des mêmes ter­mes, “polémique”, “con­tro­verse”, ou même, “déra­page” et “pro­pos déplacés” pour Voici ! En clair, il faut com­pren­dre que Ménès a dit des gros mots.

Quitte à décrédi­bilis­er son pro­pos, autant aller jusqu’au bout. Plusieurs arti­cles, de L’Obs à Quo­ti­di­en, évo­quent par la suite, la fameuse “fachos­phère” et “l’ex­trême droite” qui se frot­teraient les mains de cette sor­tie. Un sujet les fait bien plus réa­gir, celui de la pos­si­ble exis­tence ou non, du racisme anti-blancs.

De toute façon, le racisme anti-blancs, ça n’existe pas

Petits comme grands médias ont axé l’essentiel de leur pro­duc­tion dans cette “affaire”, sur la ques­tion du racisme anti-blancs, et se sont tous empressés de mon­tr­er son absence de bien-fondé.

Quo­ti­di­en nous fait un “fact-check­ing” (sic) des pro­pos de Ménès, en allant inter­roger les joueurs d’un club de foot­ball, et comme dans ce dernier, cela se passe bien, ils sont formels, il n’y a pas de racisme anti-blanc dans le foot­ball ! Le jour­nal­iste nous rap­pellera de toute manière, “[qu’]il n’y a aucune réal­ité sci­en­tifique et soci­ologique sur le racisme anti-blanc”. Ceci dit, rien d’étonnant quand on se rap­pelle l’intervention dans leur émis­sion, de l’écrivain améri­caine Neil Irvin Painter.

Mais nom­breux sont les autres médias à suiv­re Quo­ti­di­en dans sa démarche, Medi­a­part nous par­le de “l’impossibilité de penser le racisme en tant que sys­tème” ; LCI de “Lil­ian Thu­ram au cœur des cri­tiques : peut-on vrai­ment par­ler de “racisme anti-blanc” ?” ; RTL du ““Racisme anti-blanc” : pourquoi cette expres­sion est-elle con­testée ?” ; et bien d’autres…

Pas cer­tain de les avoir enten­dus pour autant dénon­cer le com­plexe de supéri­or­ité attribué à tous les Blancs par Thu­ram… Comme dirait So Foot, “belle flûte Ménestrel” !

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.