Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand Quotidien de Yann Barthès encourage le racisme anti-blanc

24 février 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Quand Quotidien de Yann Barthès encourage le racisme anti-blanc

Quand Quotidien de Yann Barthès encourage le racisme anti-blanc

L’anti-racisme est le communisme du XXIème siècle a pour coutume de dire Alain Finkielkraut. Il y a parfois mieux, le racisme anti-blanc sous couvert d’anti-racisme tout court. C’est ainsi que l’écrivain américaine Neil Irvin Painter a pu le 7 février 2019 déverser son mépris des Blancs à l’antenne de l’émission Quotidien de Yann Barthès sur TF1.

Le Blanc est stupide

Le Noir est stu­pide. Par­don, erreur c’est le Blanc selon les dires de Neil Irvin.

« Le Blanc est stu­pide, il ment, il est cor­rompu, il har­cèle les femmes ».

La cita­tion – au départ s’adressant à Don­ald Trump – est élargie à tous les Blancs. Imag­i­nons qu’un écrivain blanc améri­cain – par­lant par exem­ple de l’acteur noir Bill Cros­by accusé de har­cèle­ment sex­uel et élar­gis­sant à tous les Noirs améri­cains dise « Le Noir, il est stu­pide, il ment, il est cor­rompu, il har­cèle les femmes ». Sa car­rière est finie, il est chas­sé de tous les plateaux télévisés, son édi­teur le renie, ses voisins le chas­sent, sa femme divorce, ses enfants lui jet­tent des pier­res, il se retire à la mon­tagne et som­bre dans l’alcoolisme.

Appel à la disparition des Blancs

Un peu plus loin, la char­mante Neil Irvin, tout sourire, recom­mande aux Blancs de se métiss­er pour avoir la peau plus fon­cée et se pro­téger ain­si des rayons nocifs du réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Rires com­plices de l’animateur et du pub­lic. Rap­pelons que dans ce type d’émission, le pub­lic est amené à applaudir à l’appel d’un chef de claques. Neil Irvin Painter est l’auteur d’une « His­toire des Blancs » (Max Milo éd.). Livre où dans un jar­gon marxo-racial­iste elle dénonce « l’impérialisme de Jules César » et mag­ni­fie l’esclave noir, éter­nel pau­vre opposé à la « blan­chité » (sic).

Réactions en chaine

Le sta­giaire de ser­vice (on espère que c’est un sta­giaire) de France Soir défend la douce Irvin alors que Thier­ry Mar­i­ani dans un tweet annonce qu’il va saisir le CSA. Ce dernier recevra-t-il sa plainte ? Dans un long arti­cle du FigaroVox du 12 févri­er 2019, l’avocat Gilles-William Gold­nadel reprend une par­tie de l’argumentation qu’il avait dévelop­pée dans son livre « Névros­es médi­a­tiques » que nous avions chroniqué ici. Il dénonce

« Une époque qui à la fois et en même temps traque le moin­dre soupçon, la moin­dre impu­ta­tion d’a pri­ori raciste lorsqu’il s’agit des peu­ples sup­posés vic­times du racisme blanc et s’autorise les préjugés les plus grossiers et stéréo­typés jusqu’à l’appel à la dis­pari­tion ».

Gilles-William Gold­nadel souligne surtout l’invraisemblable com­plai­sance du pub­lic : « Le pire du pire, ce sont ces som­bres idiots à la peau pâle qui tirent un masochiste et raciste plaisir à se haïr la peau ». Yann Barthès en tête de gondole.

L’émission se trou­ve ici.

Voir aussi

« Ce Brésil si blanc », ou le racisme autorisé de Ouest-France

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.