L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pas d’ananas sur Radio Courtoisie

30 novembre 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Pas d’ananas sur Radio Courtoisie

Pas d’ananas sur Radio Courtoisie

30 novembre 2013

Temps de lecture : 2 minutes

Tous les samedis depuis septembre 2008, Thierry Bouzard présentait sur Radio Courtoisie l’émission « Chants traditionnels de France et d’Europe ». Ce samedi 16 novembre, ce fut la chanson de trop.

Dans une émis­sion con­sacrée à « la trans­gres­sion dans la cul­ture pop­u­laire », Thier­ry Bouzard a dif­fusé une série de chants trans­gres­sifs par­mi lesquels « Nazi rock » de Serge Gains­bourg, « Cass­er du noir » de Patrick Sébastien et, surtout, « Shoah­nanas » de Dieudon­né. Un choix qui n’a pas été du goût du directeur de la sta­tion, Hen­ry de Lesquen, qui a immé­di­ate­ment sus­pendu le patron d’émission.

Dans un cour­ri­er adressé à celui-ci dès le 18 novem­bre, Lesquen lui sig­ni­fie la sus­pen­sion de ses fonc­tions, l’accusant d’être « sor­ti du cadre de l’émission » à l’aide de « provo­ca­tions inac­cept­a­bles » et d’avoir choqué « la sen­si­bil­ité des audi­teurs » de Radio Cour­toisie. Pour Thier­ry Bouzard, « le but, ce n’était pas de créer un scan­dale mais d’illustrer la trans­gres­sion en chan­son. Shoah­nanas est une bonne remise en cause du dogme de la loi Gayssot », explique-t-il aux Inrocks.

Sur son blog con­sacré aux chants mil­i­taires, il ajoute que « ces chan­sons ont un rôle com­mun, celui de tester la per­ti­nence des règles qui per­me­t­tent à une société d’ex­is­ter ». Et de s’expliquer : « Il n’é­tait pas ques­tion pour moi de faire de la provo­ca­tion ni de la sub­ver­sion à la radio, mais d’ex­pli­quer un mécan­isme socié­tal dans lequel la chan­son joue un rôle jusqu’i­ci jamais mis en évidence. » 

Mal­gré la polémique, Thier­ry Bouzard « ne regrette absol­u­ment pas d’avoir présen­té ce réper­toire » et con­clut en osant un par­al­lèle, cette fois par­faite­ment dans le cadre : « “Quand le sage mon­tre la lune, le fou regarde le doigt” dis­ent les Chi­nois. Sans avoir la pré­ten­tion d’avoir joué le rôle du sage, en mon­trant les bouf­fons, j’ai subi leur sort, mieux vaut en rire avec eux. »

Ain­si Lesquen et Bouzard sont-ils au final… sur la même longueur d’onde, et tout cela ne serait donc qu’un malentendu…

Crédit pho­to : kodak­gold via SXC (cc)

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés