Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nord de Paris : chronique médiatique de la tiers-mondialisation d’une ville

16 septembre 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Nord de Paris : chronique médiatique de la tiers-mondialisation d’une ville

Nord de Paris : chronique médiatique de la tiers-mondialisation d’une ville

Il y a peu, l’Observatoire du journalisme vous présentait l’épopée de l’Open Arms, le bateau de cette ONG qui a voulu engager un bras de fer avec Matteo Salvini à l’époque où celui-ci était ministre de l’Intérieur en Italie. Une épopée sans cesse renouvelée à l’occasion de laquelle l’accueil des clandestins par l’Europe et la France est présenté comme une obligation humanitaire. Un autre récit ne fait jamais l’objet d’un tel emballement médiatique : celui de l’afflux incessant des clandestins à Paris, comme dans d’autres villes françaises. Revue de presse et des réseaux sociaux.

Paris outragé et surtout encombré

La ville de Paris, comme bien d’autres en France, est con­fron­tée à des arrivées sans précé­dent de clan­des­tins. Selon la pré­fec­ture de région citée par France Bleu, ils seraient une cen­taine à arriv­er chaque jour dans la « ville lumière ». Les campe­ments de migrants con­sti­tués au nord de Paris font l’objet d’incessantes « mis­es à l’abri », qui don­nent lieu ensuite à un accueil dans des struc­tures plus pérennes. Telles un ton­neau des danaïdes, ces opéra­tions ne résol­vent la sit­u­a­tion que pour les pri­mo arrivants, d’autres étrangers prenant immé­di­ate­ment leurs places.

Rien n’y fait : les héberge­ments d’urgence ont beau être de plus en plus nom­breux : ils sat­urent. Quand ils n’ont pas la capac­ité de les accueil­lir, les migrants, essen­tielle­ment des étrangers en sit­u­a­tion irrégulière, investis­sent les rues, les squares et les abor­ds du périphérique. Une réal­ité qui est tou­jours traitée dans la presse régionale sous le seul aspect du néces­saire accueil et de l’hébergement de ces pop­u­la­tions.

Les capacités d’hébergement

Elles sont sans cesse aug­men­tées : L’Express nous apprend en juil­let que « trois nou­veaux cen­tres d’accueil de migrants vont ouvrir » en région parisi­enne. Ceci, bien que l’Ile de France dis­pose de 5 cen­tres avec 750 places d’hébergement. Sans compter les nuitées à l’hôtel. L’hebdomadaire nous informe que la con­struc­tion de « chalets » et de « mobil homes » de qual­ité est par ailleurs envis­agée pour des séjours plus longs. On apprend plus glob­ale­ment par Le Figaro que « l’Etat veut créer en France 5 000 places d’hébergement (sup­plé­men­taires NDLR) pour les migrants » en 2019. Alors qu’il y en a déjà 86 000.

Les mises à l’abri

Jusqu’en 2016, la Pré­fec­ture de région d’Ile France recen­sait sur son site les « mis­es à l’abri ». En mai 2016, on en comp­tait alors 22 depuis le début de ladite crise des migrants. Ces opéra­tions devenant peut-être trop nom­breuses, la presse régionale, en l’occurrence Le Parisien, — un quo­ti­di­en région­al très Macron com­pat­i­ble (comme son pro­prié­taire Bernard Arnault) et en sit­u­a­tion de qua­si-mono­pole sur l’information régionale – a pris le relais. Tout au long de l’année, le jour­nal nous informe de la sol­lic­i­tude des pou­voirs publics pour les migrants : le 26 juil­let 2018, ce sont « 254 migrants mis à l’abri », le 22 jan­vi­er, « 59 migrants mis à l’abri », le 4 avril 2019 « 179 mineurs isolés obti­en­nent une mise à l’abri », etc.

Les campements

Selon France Bleu le 26 août « ils sont des cen­taines entassés sous des tentes de for­tune, éry­thréens, afghans, soudanais, soma­liens ».

Pour béné­fici­er d’une mise à l’abri, les asso­ci­a­tions sont de bon con­seil : il faut ameuter la presse et gag­n­er en vis­i­bil­ité. C’est ain­si que plus de 230 migrants investis­sent fin août le parc de la Vil­lette selon Le Parisien. Une infor­ma­tion ample­ment reprise par le Figaro, France 3 régions, LCI, etc. 2 jours plus tard, un tweet de la Pré­fec­ture de Paris nous apprend qu’une « mise à l’abri » est organ­isée.

L’insécurité dans la ville

Le Parisien dresse la liste de « squares devenus infréquenta­bles » dans les 18e et 19e arrondisse­ment. 6 squares sont recen­sés comme étant peu­plés d’hommes seuls et de tox­i­co­manes. « Promeneurs et familles ont été chas­sés par l’insécurité, la tox­i­co­manie et les dégra­da­tion ». Par ailleurs, des « mineurs » étrangers et délin­quants écu­ment la région parisi­enne pour com­met­tre leurs méfaits nous informe Le Parisien. Mais le prob­lème est « insol­u­ble » nous avait déjà prévenu le jour­nal en sep­tem­bre 2018….

Le commerce clandestin investit les rues parisiennes

Vendeurs à la sauvette de cig­a­rettes, d’alimentation, etc., c’est toute une économie souter­raine qui ne se cache même plus au détour de cer­taines rues du nord de Paris : en dépit des opéra­tions de Police, comme celle menée au Château d’eau, ils réap­pa­rais­sent aus­sitôt, apprend-on sur les réseaux soci­aux.

La municipalité prend des initiatives : des agents municipaux vont accompagner les parisiennes

On apprend dans Le Parisien que le pre­mier adjoint à la maire de Paris a annon­cé à la presse le 15 avril dernier les prin­ci­pales mesures d’un plan d’actions pour les « quartiers pop­u­laires ». L’élu munic­i­pal pré­cise une des actions visant à assur­er un « espace pub­lic apaisé », « Sur la place de la Chapelle et ses abor­ds, (des agents de la ville) faciliteront la cir­cu­la­tion des femmes dans l’espace pub­lic, ren­due dif­fi­cile par la présence en très grand nom­bre de jeunes hommes ».

Une annonce qui n’appelle pas de com­men­taire par­ti­c­uli­er du jour­nal­iste. Faciliter et pro­téger la cir­cu­la­tion des femmes, une vraie réponse à la sur­pop­u­la­tion d’hommes seuls et au har­cèle­ment de rue dans cer­tains quartiers de Paris…

Les réseaux sociaux : une source précieuse d’informations

De nom­breux comptes twit­ter de col­lec­tifs du nord de Paris ou de par­ti­c­uliers font état de la dégra­da­tion de la sit­u­a­tion dans cer­tains quartiers de la cap­i­tale:

C’est JDSE retwit­té par Sos la chapelle qui rap­pelle le 6 sep­tem­bre que les « anom­alies » (lire : les dégra­da­tions) explosent dans le 18e arrondisse­ment 35 000 sig­nale­ments en 2018.

C’est le réseau 10–18 sur BFMTV qui estime qu’il devrait y avoir des zones de net­toy­age pri­or­i­taire, tant cer­taines rues sont sales.

Demain la Chapelle nous informe le 15 août des « mésusages se mul­ti­pli­ant sur la « prom­e­nade urbaine ». Com­pren­dre : traf­ic de drogue et autres rap­ines.

Le compte Placedelachapelle égrène les « ventes de drogues, cig­a­rettes, con­tre­façons, van­dal­i­sa­tions, bas­tons, agres­sions, insultes » au nord de Paris. Selon ce compte, « il suf­fit de suiv­re le compte de @prefpolice pour com­pren­dre l’am­pleur du bor­del dans le Nord de Paris ».

C’est le 26 août selon Jule75018 la place de la Chapelle, fraiche­ment rénovée, qui en en passe de devenir un « cloaque », avec force tox­i­cos, crak­ers, etc.

On pour­rait mul­ti­pli­er les exem­ples qui peu­vent don­ner de la matière à un reportage qui — pour une fois — sor­ti­rait du traite­ment ponctuel d’événements.

Dans les médias de grand chemin, les prob­lèmes liés aux arrivées inces­santes de migrants à Paris sont presque tou­jours présen­tés avec comme unique solu­tion accueil­lir et met­tre à l’abri encore et tou­jours, encore et tou­jours plus. Des places sup­plé­men­taires, des mis­es à l’abri qui se mul­ti­plient, des fonc­tion­naires pour net­toy­er, accom­pa­g­n­er, etc., la même réponse est reprise sans imag­i­na­tion, bien qu’elle ait fait la preuve de son échec patent. Mais peut-être ne faut-il pas trou­bler la maire de Paris, Anne Hidal­go. Ne vit-elle pas selon Paris Match une « ren­trée zen » dans un arti­cle plus que complaisant…Je vais bien, tout va bien….

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision